Le Village du cinéma

March 16, 2018

par Hikaru NAKAZONO

 

Les Japonais aiment beaucoup le cinéma et surtout les films historiques qui parlent de l’histoire de leur pays d’avant l’ère Meiji, avant 1868. Un des lieux de tournage de films se trouve à Kyoto. Il s’appelle Toei Uzumasa Eigamura, littéralement « Le village du cinéma de Toei Uzumasa ». Je vais vous le présenter.

 

Ce parc à thème a été créé en 1975. Il y a de nombreuses attractions, de spectacles et autres curiosités. On peut se faire prendre en photo portant une tenue d’époque. Les enfants peuvent faire l’expérience d’une scène de leur héros sous des effets spéciaux comme dans les séries télévisées japonaises pour enfants. Pendant la visite, on peut également assister à un tournage en direct.

Je vais vous présenter avec plus de détails plusieurs attractions du Village du cinéma.

La première attraction s’appelle Open Set. Ce sont plusieurs rues reconstituées, grandeur réelle, d’une ville de l’époque Edo (1600~1867). C’est en plein air et ces rues deviennent des décors pour les tournages des films historiques.

Quand un film ou une série télévisée est tourné ici, on peut y assister. Les jours de tournage sont publiés sur la page internet du parc Eigamura, la veille du tournage.

    

                                                      les rues-décors « Open Set »

 

La deuxième attraction s’appelle Kamen Rider×Super Sentai Hero Land. On peut voir des grandes figurines représentant chaque héros, et leur histoire. Bien sûr, on peut se prendre en photo devant les figurines.

 

 les figurines de Kamen Rider                           les figurines de Super Sentai

 

Dans Le village du cinéma, se trouve une galerie d’exposition qui s’appelle Toei Anime gallery. Elle expose des objets représentatifs de la production d’animations Toei Anime comme par exemple, des affiches, des dessins sur papier Celluloïd sur lequel on a peint à la main les différentes étapes des dessins animés. Toei Anime a une longue histoire depuis 1956 dans le monde de l’animation japonaise, et beaucoup de gens sont fascinés par ses dessins animés.

     

                                  la salle d’exposition Toei Anime gallery

 

Il y a une autre galerie qui s’appelle Super Sentai×Kamen Rider Kyoto Roke gallery. Elle expose des photos de tournage de Super Sentai et Kamen Rider prises au village du cinéma.

 

Il y a une troisième salle d’exposition qui s’appelle Eiga Bunka kan (映画文化館). On peut y voir des objets qui ont appartenu à des acteurs défunts, ainsi que d’autres objets liés au monde du cinéma, comme des affiches ou du matériel ancien de cinéma.

        

 des affiches de cinéma                              des vieilles caméras

 

On peut se promener dans un lieu qui s’appelle Mito Komon Manyu no Yakata. Manyu (漫遊). On peut y voir des affiches aussi et des accessoires qui ont servi dans des scènes de la série dramatique japonaise Mito Komon. On peut aussi en acheter.

 

Un autre endroit intéressant s’appelle Kaodashi Kanban. On trouve des panneaux de bois où sont dessinés des personnages de héros grandeur nature mais sans le visage. On se place derrière le panneau, on met son propre visage dans le trou et on peut se prendre en photo. Ainsi, on devient soi-même un héros ou une héroïne.

    

                                       les panneaux de bois Kaodashi Kanban

 

Un endroit spécial est consacré à la célèbre chanteuse et actrice Hibari Misora. Elle était très dynamique et souriante. Elle est décédée à 52 ans en 1989. Cet endroit s’appelle Kyoto Uzumasa Misora Hibari za. On y voit des posters, des costumes et divers accessoires de cette grande artiste.

    les costumes de Hibari Misora

 

Ensuite, je vais vous présenter les attractions et les spectacles qui sont populaires auprès des enfants.

D’abord, l’attraction Katana de Go. On porte un sabre et on devient un participant actif. Le sabre n’est pas un vrai bien sûr donc, on peut laisser les enfants participer à cette acticité de sabre. Le prix pour y participer est pour les plus de 13 ans, 500 yens (environ 4 euros), et pour les enfants à partir de 3 ans, 400 yens (environ 3 euros).

l’attraction de Katana de Go

 

Et puis, voici une autre attraction qui s’appelle Laser Mission Dasshutsu no Shiro. Il y a des obstacles à franchir et on doit éviter des rayons laser jusqu’à la sortie du château. L’entrée pour y participer pour les plus de 13 ans est de 500 yens, et pour les enfants à partir de 3 ans, 400 yens.

       

         l’attraction de Dasshutsu no Shiro

 

Une autre attraction appelée Ninja no Toride est très populaire aussi. On doit s’échapper d’un bâtiment haut de 3 étages. Dans ce bâtiment aussi, il y a plusieurs obstacles à franchir, ils sont simplement physiques ou plus difficiles à franchir si on ne réfléchit pas. On en choisit qu’une seule voie. Pour participer, cela coûte 500 yens, et pour les enfants à partir de 3 ans, 400 yens.

Et puis il y a le spectacle (gratuit) qui s’appelle Totsugeki Ninja show Sasuke. C’est un spectacle de sons et lumières en 3D. Deux espions ninja de l’époque féodale, Sasuke Sarutobi et Hanzō Hattori mènent un combat.

    

 le spectacle Totsugeki Ninja show Sasuke

On peut aussi voir le spectacle Chanbara Tuji Shinan. C’est un combat d’épée, dans les rues de l’Open set que l’on peut voir de très près. C’est impressionnant. On peut, après le combat, en faire l’expérience nous aussi ! Ce spectacle aussi est gratuit !

                                                                                            

          

            un combat Chanbara

 

Au Village du cinéma, il y a non seulement des attractions et des spectacles, mais aussi la possibilité de porter des vêtements de samuraï ou de geisha (artiste femme portant un magnifique kimono dont le rôle était de distraire les convives des grandes réceptions).

 

Il y a deux studios pour se costumer :

  • le premier est le studio Otegaru Funso.

On peut revêtir un costume de samuraï ou un kimono de geisha sans se maquiller. Cela prend entre 15 à 20 minutes seulement et on nous prend une photo en tenue. Cela coûte 4 500 yens (environ 34 euros). Il y a 11 costumes différents pour les adultes et 8 pour les enfants.

          

                 le studio Otegaru Funso

 

  • le deuxième studio s’appelle Honkaku Funso. Si vous voulez un costume plus authentique de samuraï, c’est dans ce studio qu’il faut aller. C’est un peu long parce qu’on nous maquille et on nous met une perruque. Il faut presqu’une heure pour être costumé. On peut prendre une photo, et puis marcher dans les rues du village du cinéma aussi. Pour les adultes, cela coûte entre 8 500 et 16 000 yens (environ 120 euros) et pour les enfants, cela coûte 8 500 yens (environ 63 euros). Il y a 26 sortes de costumes pour les adultes et 6 pour les enfants. C’est populaire, en particulier auprès des étrangers.

    

                                                    le studio Honkaku Funso

 

Si vous avez faim pendant la visite, il y a 9 restaurants dans le Village du cinéma. On peut y manger de la cuisine japonaise, chinoise mais aussi occidentale.

 

Le Village du cinéma se trouve à l’ouest de Kyoto. On peut y aller en train, depuis la gare de Kyoto, avec la ligne JR Sagano en direction de Arashiyama jusqu’à la gare Uzumasa, et puis à pied pendant 5 minutes.

Le prix du billet d’entrée au Village du cinéma est de 2 200 yens (17 euros), pour les adultes, 1 300 yens (10 euros) pour les lycéens et les collégiens et 1 100 yens (9 euros) pour les enfants de plus de 3 ans.

 

Je pense que le Village du cinéma est une bonne destination de visite, parce qu’on peut voir comment on fait du cinéma et on peut savourer l’atmosphère d’un tournage de film historique. Les enfants peuvent s’y amuser beaucoup mais aussi les adultes. Si vous vous intéressez aux films historiques, au cinéma, je vous recommande d’aller au Village du cinéma à Kyoto.

Le Pavillon d’or Kinkakuji

Junya Nishioka, Suguru Miyazaki, Towa Nishioka

 

 

Kyoto est une ville historique et traditionnelle. Aujourd’hui, c’est une ville très touristique avec beaucoup d’endroits à visiter comme les temples, les jardins, les musées ou autres curiosités typiques.

 

Nous allons vous présenter un temple qui est très célèbre à Kyoto : le Pavillon d’or, en japonais « Kinkaku ji », « 金閣寺 » . « kin » veut dire « or », « kaku », les bâtiments des nobles, et « ji » signifie « temple ». Le pavillon d’or fait partie du temple Rokuon ji.

Il est situé dans l’arrondissement de Kita-ku au nord de la ville de Kyoto. Il a été inscrit au Patrimoine mondial en 1994. Comme son nom l’indique, il est recouvert de feuilles d’or à l’extérieur et à l’intérieur. Aux alentours du Pavillon d’or, il y a un grand jardin et plusieurs étangs.

Le Pavillon d’or

Historique

Au Japon , chaque temple dépend d’une secte. Le Pavillon d’or est rattaché à la secte bouddhiste « Rinzai shu ».

Plan du site du temple Rokuon ji

Ce temple a été édifié en 1397 par Yoshimitsu Ashikaga, un général de l’ époque de Muromachi (1338 -1573). À l’origine, c’était sa résidence et il voulait ainsi montrer sa richesse. À sa mort, en 1408, le Pavillon d’or est devenu un temple suivant les vœux de son testament. Sa construction avait coûté une centaine de millions de yens.

En 1950, tout a été détruit dans un incendie criminel mais il a été reconstruit en 1955. Après quelques années, les feuilles d’or se sont décollées à cause du soleil et des pluies.

De 1986 à 1987, on a restauré à grande échelle le Pavillon d’or. Sa restauration a coûté 740 millions de yens. Aujourd’hui, le Pavillon d’or est protégé par une laque plus résistante.

Aux alentours du Pavillon d’or, on peut y admirer également un étang, une cascade et une grande cloche. Selon une enquête conduite par le centre de recherche sur le tourisme à Kyoto, sur la fréquentation des touristes étrangers, en 2015, le Pavillon d’or est le deuxième site touristique le plus visité et le plus populaire à Kyoto, le premier site étant le sanctuaire Fushimi-inari.

La petite source près du Pavillon d’or

À la sortie du temple Kinkaku ji, il y a quelques magasins de souvenirs. On peut y acheter des amulettes, du thé, du saké ou des gâteaux japonais. Il y a aussi une maison de thé ancienne qui s’appelle « Fudo-Gamacha Sho» (不動釜茶所) . C’est un lieu de repos où l’on peut se restaurer.

Aux alentours du temple, il y a d’autres magasins de souvenirs.Toute l’année, de nombreux touristes y viennent pour y admirer les différentes saisons. Nous, nous vous conseillons d’y aller surtout en automne et en hiver : le temple et le jardin sont magnifiques.

On peut aller au Pavillon d’or, en bus pour 230 yens ( environ 2 euros). Il faut 50 minutes de la gare de Kyoto, et on descend à l’arrêt Kinkakujimichimae qui est le plus proche du temple. Le ticket d’entrée pour les plus de 13 ans est de 400 yens, pour les enfants de moins de 12 ans, 300 yens.

 

Le Pavillon d’or Kinkakuji est un des sites touristiques les plus célèbres à Kyoto. Il est situé dans un beau paysage où l’or constraste avec le vert de la nature. Quand nous avons visité le Pavillon d’or, il y avait beaucoup de monde. Ce jour-là, il y avait beaucoup d’élèves en voyage scolaire et de nombreux touristes étrangers. C’est un temple unique avec beaucoup de charme. Nous sommes fiers d’avoir ce magnifique temple à Kyoto.

 

 

 

Le temple Kiyomizu dera

Tomoko Ito – Ami Ishimaru

 

Kyoto, ancienne capitale, est restée très traditionnelle et compte de nombreux temples bouddhistes et shinto. Nous vous présentons le temple bouddhiste Kiyomizu dera.

Le temple de Kiyomizu dera a été construit en 778 à la demande de Sakanoue Tamuramaro un shogun de l’époque.

Le temple Kiyomizu dera est enregistré au Patrimoine culturel mondial depuis décembre 1994.

 

Il y a deux raisons principales pour nous de vous recommander d’aller visiter le temple Kiyomizu dera.

Tout d’abord, le plus important, c’est un endroit très beau. Le paysage varie en fonction des saisons, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.

Le temple,

  • au printemps, avec les cerisiers en fleurs,

  • en été, avec beaucoup de verdure,

  • en automne et en hiver avec les feuillages d’automne et la neige,

  • au temps des illuminations de nuit, en bleu et en rouge.

 

Il est magnifique n’est-ce pas ?

 

Et ensuite, dans ce temple, se trouve un endroit intéressant. C’est non seulement très beau mais aussi amusant. C’est un petit temple appelé le temple Jishu qui se trouve dans le temple Kiyomizu dera.

                                                            entrée du temple Jishu

C’est le temple dédié à l’amour. Dans ce temple, au milieu de l’allée centrale, il y a deux grosses pierres l’une en face de l’autre (photo ci-dessous) qui représentent l’amour entre deux personnes. Entre les deux pierres, il y a un intervalle de 10 mètres. Pour savoir si les deux personnes vont s’aimer, les yeux fermés, elles doivent chacune rejoindre l’autre d’une pierre à l’autre. Si elles se rencontrent, leur amour deviendra réalité. C’est très amusant.

                                                            allée centrale avec les pierres

Il y a beaucoup de boutiques de souvenirs sur le chemin qui mène au temple Kiyomizu dera et beaucoup de restaurants. C’est très joli !

 

Détails pratiques :

Accès :

La gare la plus proche du temple est la gare de Kawaramachi de la ligne des trains Hankyu et de là, on peut y aller avec le bus 207 direction Kiyomizudera.

Tarifs d’entrée :

– adulte, 400 yens (environ 3 euros)

enfant jusqu’au lycée, 200 yens (environ 1 euro 5)

Horaire d’ouverture :

Le temple est ouvert tous les jours de 18 heures à 21 heures.

 

 

Si vous venez à Kyoto, allez absolument au temple Kiyomizu dera et regardez les beaux paysages depuis le temple qui sont comme des peintures pour les yeux.

Le Musée du kaléidoscope

Tadami Terada et Ai Miyake

 

Kyoto est une ville très touristique où l’on peut apprécier et apprendre l’art traditionnel typiquement japonais comme les arts de la laque, de l’éventail, du papier japonais « washi », des poupées japonaises, du bambou, du kimono ou de la cérémonie du thé mais aussi l’art du cinéma, de la poterie et du tissage. Il y a de nombreux musées où l’on peut admirer tous ces arts et d’autres aussi.

Nous allons vous présenter le musée du kaléidoscope de Kyoto qui s’appelle «Kyoto mangekyo Museum » ; en anglais « Kaleidoscope Museum of Kyoto », « mangekyo » (se prononce « mannguékyo ») et signifie en japonais, « kaléidoscope ».

Ce musée est situé au centre de la ville de Kyoto, dans le quartier de Karasuma-oike dans la rue Anekoji, Il a été créé en 2004.

 

entrée du musée

Il y a beaucoup de types de kaléidoscopes dans ce musée, 300 kaléidoscopes différents et on peut en admirer et toucher environ 50. Les expositions sont renouvelées à chaque saison. En voici quelques exemples :

  • un kaléidoscope en maquette représentant le pont « Togetsukyo », le célèbre pont situé à Arashiyama, à l’ouest de Kyoto, avec en fond, un diorama.
 
kaléidoscope en forme de pont et diorama (dessin de Ai Miyake)

Le kaléidoscope est sur trois pilotis du pont et on voit sous le pont.

  • des kaléidoscopes en forme de vase en terre (kyoyaki) qui mesurent un mètre de haut ! Quand on regarde dans le vase, on peut voir une lumière aux couleurs vives.
 en forme de vase (dessin de Ai Miyake)

 

  • Un kaléidoscope en forme de boîte à musique  : on peut regarder dans le kaléidoscope en écoutant de la musique très belle. Le kaléidoscope est dans la boîte. On tourne la manivelle qu’il y a sur le côté pour actionner le kaléidoscope et pour avoir la musique. On met les yeux à gauche (sur la photo).

en forme de boîte à musique (dessin de Ai Miyake)
  • Un kaléidoscope en forme de projection kaléidoscopique. La vue dans le kaléidoscope est projetée en grand, sur un mur qui devient un grand écran. Il y a une projection une fois toutes les heures. C’est fantastique.

   une projection kaléidoscopique (dessin de Tadami Terada)
  • Un kaléidoscope en forme de Maiko et il s’appelle « Maiko 2003». Une Maiko est une jeune apprentie Geisha. Le kaléidoscope est dans ses yeux.

  Maiko 2003 (dessin Ai Miyake)

On tourne le peigne «kanzashi » richement décoré qui se trouve dans ses cheveux. C’est un peigne typique qui orne la coiffure japonaise traditionnelle.

Jusqu’à la fin février, on peut admirer des kaléidoscopes en forme de Pavillon d’or et de Tour de Kyoto. Les kaléidoscopes sont faits par des artisans japonais.

Mais attention, on ne peut pas prendre de photos pour ne pas abîmer les objets.

Dans ce musée, il y a une boutique de souvenirs. On peut acheter des kaléidoscopes et on en trouve en porte-clefs aussi. On peut en faire soi-même également. On achète le kit pour 520 yens (4 euros environ) et on nous aide à le monter. Il y a un café-restaurant à côté de la boutique. On peut déjeuner ou manger des gâteaux. On peut parler avec les employés du musée. Ils sont très gentils.

 

Accès au musée :

En métro : avec la ligne Karasuma (la ligne nord-sud) ou avec la ligne Tōzai (la ligne est-ouest), descendre à la gare de Karasumaoike, sorties 3-1 ou 3-2. Puis il faut marcher 3 minutes en direction de l’est.

En train Hankyu, descendre à la gare Hankyu Karasuma, sorties 18, 21 ou 22. Puis, marcher 10 minutes en direction du nord-est.

En bus de ville de Kyoto (les bus verts) si vous êtes près de la gare de Sanjo-Keihan : prendre la ligne 15 ou 51 et descendre à Karasumaoike. Mais on pense que le métro est mieux parce que c’est plus rapide et moins cher. Depuis la gare de Kyoto, le ticket de métro coûte 210 yens et il faut 5 minutes pour y aller.

Tarifs d’entrée au musée

tarif adulte, à partir de 16 ans : 300 yens (environ 2 euros)
tarifs collégien et enfant de plus de 5 ans : 200 yens (1 euro 50), pour les plus jeunes, c’est gratuit.
Ce musée ouvre du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

 

Si vous vous intéressez aux kaléidoscopes ou aux musées un peu originaux, allez dans ce musée !! C’est un endroit intéressant à visiter à Kyoto et de plus, ce n’est pas cher et on peut admirer beaucoup de kaléidoscopes différents et très spéciaux. On vous recommande cette visite !

Le musée du train de Kyōto

par Sonoko Watanabe et Mizuho Fukuda

 

Dans le monde entier, les trains fascinent depuis leur création. Si on aime les trains, au Japon, comme il y a beaucoup de types de trains différents, c’est très intéressant.

Depuis le 29 avril 2016, un nouveau musée est apparu  à Kyōto : le Musée du Train. On peut y admirer beaucoup de trains à vapeur et d’autres plus modernes.

entrée du musée

gare de triage du musée des trains à vapeur

Entre le hall d’entrée et le bâtiment principal, il y a une promenade de 100 mètres, faite sur le modèle d’un quai avec des vrais trains mais qui ne sont plus utilisés aujourd’hui.

On y vend des boîtes-repas (bentō) à emporter et que l’on peut aussi manger dans une voiture-restaurant ancienne. Les « bentō  » qui se vendent seulement dans les gares, partout au Japon, sont appelés « ekiben 駅弁 » : « eki 駅 » signifie « gare » et « ben 弁 » est le premier kanji de « bentō ». Le contenu du « bentō » est une spécialité de la région traversée. Les boites-repas vendues dans ce musée sont des « ekiben » anciens.

 

ancienne voiture-restaurant

Rez-de-chaussée

rez-de-chaussée du musée

Au rez-de-chaussée du bâtiment principal – attention, au Japon, les étages sont décalés, le rez-de-chaussée en France est le 1er étage au Japon – on présente l’histoire des trains, le système du chemin de fer japonais et aussi des modèles d’anciens trains. Le premier train au Japon a roulé entre Shimbashi (à Tōkyō) et Yokohama.

La locomotive du shinkansen (l’équivalent du TGV en France) est très populaire auprès des enfants. Le mot « shin 新 » signifie « nouveau », « kan 幹 » signifie « coffre » ou « principal », et « sen 線 » signifie « ligne ». Le premier shinkansen, le type 0 (zéro) a commencé à rouler en 1964. On a fait ce train rapide pour les Jeux Olympiques de Tokyo de 1964.

De Tōkyō en direction du sud, Nagoya, Kyōto, Ōsaka etc., les numéros des shinkansen sont : 0, 100, 300, 500, 700, N 700, N700 A, N700-7 000, N700-8 000, et un des derniers shinkansen, celui qui va jusqu’à Kyūshū, 800.

De Tōkyō au nord du Japon, les numéros sont : 200, 400, E1, E2, E3, E4, E5, E6, E7 et W7.

Tous les shinkansen sont principalement blancs plus une couleur mais c’est surtout le design du train qui change.

 

locomotive d’un shinkansen

Sur la photo ci-dessus, pour les amoureux des trains, c’est le shinkansen de type 500. Il a commencé a rouler en 1997. Il y a presque toujours des parents ici, qui prennent leurs enfants en photo devant ce train à grande vitesse.

1er étage

 

1er étage du musée

Au 1er étage, au milieu, il y a un grand vide et on peut admirer les trains vus d’en haut.

 

trains vus depuis le 1er étage

 

À cet étage, on présente le système du transport des marchandises en train, et les biens culturels où l’on parle et voit des trains, comme les chansons, les films, les jeux (maquettes etc), les livres, etc.

On peut voir aussi un contrôle des billets transparent ainsi on voit le cheminement du ticket qui se déplace très lentement. C’est très intéressant.

 

un contrôle des billets transparent

 

Il y a aussi une grande salle où l’on peut voir des dioramas, une énorme maquette de trains et également un restaurant. Dans ce restaurant, les plats portent un nom de train. On peut manger pour environ 1 000 yens (environ 8 euros).

 

maquette de train et diorama

Il y a des simulateurs de conduite du shinkansen et d’autres trains aussi. Comme c’est le coin le plus populaire dans le musée, il y a un système de loterie pour pouvoir y jouer.

 

simulateurs et uniformes pour les enfants

2e étage

vues du 2e étage du musée

 

Au plafond du 1er étage, il y a une passerelle en verre en forme de voitures de shinkansen. Si vous allez au 2e étage en empruntant ces passerelles, vous pourrez voir le rez-de-chaussée.

 

 

passerelle en forme de shinkansen

vue de la passerelle du 2e étage

Au 2e étage, côté sud, il y a un grand toit en terrasse. Depuis cette terrasse, on peut voir des trains aussi, des trains en circulation parce que le musée est juste à côté de la gare de Kyōto qui est la plus grande gare de Kyōto.

 

un shinkansen et un train rapide en circulation vus depuis la terrasse

Si vous avez de la chance, vous verrez plusieurs trains différents en même temps.

Normalement, on ne peut pas entrer dans les trains dans ce musée, sauf plusieurs trains sur la promenade. Dans le musée, il y a beaucoup de trains qui ne roulent plus actuellement, donc ils doivent être bien conservés.

Autrefois au Japon, il n’y avait qu’une seule compagnie de chemin de fer, la compagnie JNR (Nihon Kokuyū Tetsudō ou en anglais Japan National Railways) mais aujourd’hui, il y a la ligne principale JR mais aussi beaucoup d’autres lignes importantes comme par exemple dans le Kansaï, Hankyū, Keihan, Kintestu.

Il y a beaucoup de lignes de trains, et prendre le train est très populaire ici. On prend le train pour aller au travail, pour aller à l’école ou à l’université, pour sortir, etc. Le train est un peu cher (bien sûr, ça dépend des lignes ou des entreprises du chemin de fer) .

 

Au Japon, il y a beaucoup de gens qui aiment les trains. On les appelle les « tetsudō-fan 鉄道ファン ». Le mot « tetsudō 鉄道 » signifie « chemin de fer » et « fan ファン » signifie « fan ». On les appelle aussi « tetsu-ota 鉄オタ » : « ota オタ » signifie « otaku オタク (Ça veut dire « fan » mais dans un sens un peu obsessionnel. ».

Le musée du train de Kyōto se trouve près du carrefour de la rue Shitchijō dōri et de la rue Ōmiya dōri à côté de la gare de Kyōto. On peut aller au musée en bus depuis la gare de Kyōto, c’est tout près. Il faut 10 minutes environ.

Le musée est ouvert tous les jours sauf les mercredis, les 1er, 9 et 16 janvier, et le 19 décembre. Les heures d’ouverture sont de 10h à 17h30. Le ticket d’entrée est de 1 200 yens pour les adultes, de 1 000 yens pour les étudiants et les lycéens, de 500 yens pour les collégiens et les élèves de l’école primaire et de 200 yens pour les enfants qui ont plus de 3 ans.

 

Quand on pense à Kyōto, on pense toujours à la ville traditionnelle et historique avec ses nombreux temples bouddhistes et shinto, mais c’est aussi une ville stratégique pour les transports des personnes et des marchandises en train. Si vous venez à Kyōto, visitez ce magnifique musée !

Le temple Mibu dera

par  Hikaru NAKAZONO

Kyoto est la ville la plus traditionnelle du Japon avec ses nombreux temples comme le temple Kiyomizu dera, le Pavillon d’or, le Temple d’argent, et beaucoup d’autres moins connus ! Je vais vous présenter le temple bouddhiste Mibu dera.

 

Le temple Mibu dera a été construit en 991 par un moine bouddhiste nommé Kaiken qui venait du Temple Mii à Shiga à côté de Kyoto.

le temple Mibu dera

À l’origine, il s’appelait Jizo in (地蔵院 ), nom donné par l’empereur Shirakawa en 1080. Ce temple dépend de la secte bouddhiste japonaise appelée Risshu. En 1259, un grand incendie va le détruire mais il va être reconstruit par Tairano Masahira, une personne du peuple.

On va prier dans ce temple pour sa santé, pour la réussite d’ examens ou l’obtention d’un bon travail. Moi, par exemple, quand j’étais en troisième au collège, j’y suis allée pour prier à la réussite de mon examen d’entrée au lycée et … je l’ai réussi !

Dans le temple Mibu dera, il y a plusieurs bâtiments, dont celui du temple Mibugawa Inari do. Le dieu de ce temple s’appelle Mibugawa Daimyoshin ou Inari Myoshin, c’est le dieu des récoltes. On va prier pour avoir de bonnes récoltes.

Il y a également la tour Sentaibutsutō. Cette tour a été construite en 1988. Il y a 1 000 statues d’Amitābha et de jizō, (le protecteur des enfants et des voyageurs), de l’époque Muromachi (1392~1573) installées en cône.

     

                la tour Sentaibutsutō                                les statues des «jizō», 

En 1300, Dogyo, un moine bouddhiste a créé un genre de spectacle comique en un acte, appelé kyōgen, généralement joué sur la même scène que les pièces de théâtre Nō. Ce genre s’appelle Mibu Onenfutsu kyōgen. C’est différent des spectacles comiques en général. Les acteurs jouent silencieusement avec un orchestre traditionnel accompagnant les pièces de Nō, aux sons d’une cloche, d’une flûte et d’un tambour (hayashi), en portant un masque.

Tous les printemps, en avril et mai, il y a la fête appelée Mibu Onenfutsukaï dans ce temple. Le premier spectacle a eu lieu en 1300, et puis pendant plus de 700 ans, sans interruption. Ce spectacle a lieu également en février et en octobre. En 1976, il a été enregistré Propriété culturelle folklorique immatérielle.

Mais le temple Mibu dera est sutout connu pour son histoire. A la fin de l’époque Edo (1603~1867), une organisation de défense appelée Shinsen gumi, composée de samouraïs, était chargée de surveiller les anti-shogounaux. Puis, en 1868, ce groupe a combattu dans la bataille Boshin senso contre les membres du nouveau gouvernement de l’époque.

Le groupe Shinsen gumi est très populaire et vraiment célèbre auprès des Japonais, en particulier, les fondateurs du groupe Isami Kondo et Kamo Serizawa, mais aussi, Toshizo Hijikata et Soji Okita.

 

       

       Isami KONDO                               Toshizo HIJIKATA

 

Soji OKITA

Les personnes qui ont essayé de renverser le shogounat pour établir un nouveau pouvoir politique se sont rassemblés à Kyoto et ont causé une grande agitation. Alors, des anciens samouraïs y sont allés pour maintenir l’ordre public. Et puis, ils ont été sous la protection de Katamori Matsudaïra.

                          

  Katamori MATSUDAIRA                                  Kamo SERIZAWA

Sur le côté est du temple (le bâtiment appelé Mibu duka), se trouve une statue de Isami Kondo et les tombes de Kamo Serizawa et des autres membres du groupe armé Shinsen gumi. Pour les voir, il faut un ticket d’entrée de 200 yens (1euro 50).

le buste de Isami KONDO

On peut visiter la résidence Yagi où se réunissait le groupe et on peut écouter le récit historique du groupe Shinsen gumi (en japonais seulement). L’entrée coûte 1 000 yens (7 euros 50).

 

la résidence Yagi

Dans le temple Mibu dera, en plus des seize spectacles de kyōgen, chaque année, il y a plusieurs autres évènements.

  • En janvier, se tient une réunion appelée « Shoshue », Des moines bouddhistes viennent expliquer les enseignements du bouddhisme. C’est ouvert à tous.
  • En février, il y a la fête appelée « Setsubunkai yakuyoke daihoe ». On prie pour ne pas avoir de malheur et pour la bonne fortune.
  • En mars et en septembre, il y a la fête appelée « Higane hōyō ». On enseigne et on écoute un texte bouddhique (« higan »), qui nous est personnellement destiné.
  • En avril, il y a la fête appelée « Hanamatsuri ». On célèbre la naissance de Cakyamuni, le fondateur du bouddhisme en Inde.
  • En juillet il y a également une cérémonie pour honorer l’âme des membres de Shinsen gumi, Cette cérémonie est gratuite.
  • Du 10 au 16 août, a lieu la fête appelée « Manto kuyoue ». On illumine les mille statues du temple pour célébrer les esprits de nos ancêtres.
  • La nuit du 31 décembre, on peut assister à la fête bouddhiste « Joya no kanetsuki » pour fêter l’arrivée de la nouvelle année. On fait sonner la grande cloche 108 fois. On dit que c’est le nombre de nos désirs pendant une année. Tout le monde est invité à faire sonner une fois la cloche du temple.

Le temple Mibu dera se trouve au centre de Kyoto près de Shi jo Omiya. On peut y aller depuis la gare de Kyoto avec le bus numéro 28, direction Arashiyama, et descendre à l’arrêt Mibuderamichi, puis on marche 3 minutes jusqu’au temple.

 

Ce temple est moins connu par les touristes donc c’est calme et c’est très bien. On peut y apprendre l’histoire et la culture japonaises. Je vous recommande cette visite.

Le sanctuaire Kifune jinja

 Maika Yamatani – Yuma Horitake

 

Kyoto est la ville la plus populaire du Japon avec Tokyo, auprès des étrangers. Dans cette ancienne capitale du Japon, à Kyoto, on trouve encore de nombreux édifices et maisons typiquement japonais dont beaucoup sont enregistrés au Patrimoine mondial. Nous allons vous présenter le sanctuaire Kifune jinja.

 

Le sanctuaire Kifune jinja a été construit vers 1610. C’est un des sanctuaires de Kyoto les plus populaires auprès des Japonais et il est visité par de nombreux touristes étrangers aussi chaque année. Il se trouve au nord de Kyoto, un peu loin du centre de la ville.

Il y a beaucoup de fêtes et festivals dans tous les sanctuaires au Japon. Nous aimerions vous présenter trois grandes fêtes qui ont lieu dans ce sanctuaire.

 

≪Les fêtes du sanctuaire Kifune jinja ≫

・La fête Kifune, le 1er juin : c’est la plus grande fête du sanctuaire Kifune jinja. La fête commence au centre du sanctuaire (Hongu), et on peut voir de magnifiques danses traditionnelles. On promène dans le quartier du sanctuaire des sanctuaires portatifs appelés « mikoshi ».

Il y a également une pierre divine appelée « funagataishi » où vont prier mille enfants.

un sanctuaire potatif <<mikoshi>>

 

la pierre divine <<funagataishi>>

 

・La fête Ohitaki, le 7 novembre : on va prier pour avoir une bonne santé. Environ dix mille petits morceaux de bois (« gomagi ») sur lesquels est écrit un souhait, sont brûlés dans un feu qui ressemble à un grand feu de camp.

 

le feu à la fête Ohitaki

 

・La fête Amagoï, le 9 mars : on prie pour avoir des pluies suffisantes pour avoir de bonnes récoltes. Ce jour-là, les gens arrosent le sanctuaire avec de l’eau, du sake ou du sel.

les bonzes lancent du sel avec une branche de « sakaki » (une plante)

 

Le sanctuaire Kifune jinja est bien connu aussi pour ces terrasses d’été appelées « kawadoko ».

 

≪Les terrasses d’été « Kawadoko » ≫

C’est la caractéristique de l’été au Japon de l’ouest, dans le Kansai. « kawa » signifie « rivière » et « doko », plancher en japonais. On y vient pour manger à la fraîcheur de la rivière pour oublier la chaleur de l’été pendant un instant, comme sur la photo ci-dessous. Il y a 20 restaurants environ et on peut y déguster de la cuisine japonaise. Ça coûte un peu cher pour manger sur ces terrasses, entre 6 000 et 10 000 yens environ (entre 45 et 75 euros environ).

vue sur la rivière depuis la terrasse

On peut y admirer des spectacles différents comme des illuminations.

 

≪Les illuminations d’hiver≫

Elles ont lieu uniquement lorsqu’il y a beaucoup de neige. À Kyoto, les grands sanctuaires connus illuminent les cerisiers au printemps et les feuillages des arbres en automne, mais, dans le sanctuaire Kifune jinja, les illuminations ont lieu en hiver sous la neige. Il y a souvent plus de neige qu’au centre de la ville. Quand il neige à Kyoto, souvent elle fond très vite.

En 2017, elles ont eu lieu une fois en janvier et deux fois, en février. En général, elles sont annoncées dans la journée, dès 15 heures sur le site officiel du sanctuaire et ont lieu de 17h30 à 20 heures. C’est gratuit. Le sanctuaire est fantastique, et lorsque les flocons de neige voltigent au vent, c’est très romantique.

allée de l’entrée du sanctuaire

Comment aller dans le sanctuaire Kifune jinja ?

≪Accès≫

  • Avec le train Keihan : prendre la ligne Eizan et descendre à la gare de Kifuneguchi. Puis prendre le bus de Kyoto n°33 et descendre à l’arrêt Kifune.
  • Avec le train Hankyu : descendre à la gare de Shijo-Karasuma, puis de cette même gare, prendre le métro en direction de Kokusaïkaïkan jusqu’au terminus. Enfin, prendre le bus de Kyoto n° 52 et descendre à l’arrêt Kifuneguchi et enfin, le bus n°33 et descendre à l’arrêt Kifune.

 

Dans le sanctuaire Kifune jinja, on peut y admirer les quatre saisons. Si vous avez l’opportunité de venir à Kyoto, nous vous conseillons d’aller visiter le sanctuaire Kifune jinja. Nous vous recommandons particulièrement d’y aller en été pour profiter des terrasses « kawadoko ». Faites votre possible pour y aller !

Les feux d’artifice d’hiver

Kaori Kido et Momoka Shiba

 

A Kyoto, il y a beaucoup d’évènements durant toute l’année dont une grande variété de festivals et de fêtes, ce qui rend Kyoto très animée.
Nous allons vous présenter des feux d’artifice d’hiver appelés « fuyuhanabi » (冬花火) : en japonais, 冬hiver et 花火feu d’artifice.

 

                                                               un bouquet de feux d’artifice

Pourquoi on les appelle des feux d’artifice d’hiver ? Au Japon, les feux d’artifice sont très populaires et en général, ils ont lieu en été. Chaque année, on peut admirer beaucoup de feux d’artifice. Comme c’est très populaire, il y a maintenant des feux d’artifice d’hiver.

Nous allons vous présenter le Feu d’artifice de Amanohashidate au nord de la préfecture de Kyoto.

                                                     célèbre vue de Amanohashidate

On dit que Amanohashidate fait partie des plus beaux paysages du Japon qu’il faut absolument voir. Amanohashidate se trouve dans la ville de Miyazu, dans la préfecture de Kyoto le long de la mer du Japon. Les feux sont tirés sur la mer Aso. On peut les voir depuis le parc Kasamatsu situé sur le côté nord de Amanohashidate.

Le premier Feu d’artifice de Amanohashidate a eu lieu le 30 octobre 2005. On peut y voir plus de 2 000 feux différents pendant le spectacle. Il n’y a pas de musique, donc nous pouvons entendre le bruit et les vibrations des explosions et les « ho !! » « ha !! » du public.

                                                    un feu d’artifice en forme de coeur ♡

Ce jour-là, on peut voir aussi des danses traditionnelles appelées “yosakoï”. Le feu d’artifice commence à 19 heures et finit à 20 heures 30. C’est magnifique ! Beaucoup de monde va voir ces feux.

Pour aller à Amanohashidate, il faut 2 heures en train de la gare de Kyoto à la gare de Amanohashidate et ensuite, 10 minutes en taxi jusqu’au lieu des feux. Il y a un parking gratuit pour les voitures et beaucoup d’hôtels dans les environs si vous voulez rester une nuit.


carte autour du lieu des feux d’artifice

Les feux d’artifice sont toujours très beaux et très impressionnants. Le feu d’artifice de cette année 2017 n’a pas eu lieu à cause d’un typhon. Nous attendons celui de l’année prochaine avec impatience.

La date exacte des Feux d’artifice de Amanohashidate de 2018 n’est pas encore décidée. Mais en général, c’est le dernier dimanche d’octobre. Si cela vous intéresse, allez sur le site internet des Feux de Amanohashidate-Fuyuhanabi : http://www.amanohashidate.jp/fuyuhanabi/

 

Ce spectacle est gratuit et avant, pendant ou après, on peut aussi manger et boire aux multiples stands dans la rue. Vous pouvez aussi en profiter pour acheter un souvenir de Amanohashidate, comme par exemple les biscuits de Amanohashidate.

 


un souvenir de Amanohashidate

       un biscuit de Amanohashidate

 

Sur le biscuit, on voit une personne regarder la mer de Amanihashidate en se penchant entre ses jambes. On dit qu’on peut voir ainsi, la voix lactée.

Essayez vous-aussi !

 

Il y a d’autres feux d’artifice d’hiver dans d’autres régions du Japon comme à Yamanashi, au lac Kawaguchi, à Shizuoka, près de la mer Atami et à Hokkaido, à Hakodate. Le Feu d’artifice de Amanohashidate est le seul feu d’artifice d’hiver dans la préfecture de Kyoto.

                                                            carte des feux d’artifice d’hiver au Japon 

 

Les feux d’artifice, dans le ciel nocturne, sont très beaux. Au Japon, généralement, on va voir un feu d’artifice avec sa famille, ses amis ou son amoureux.

 

Le Feu d’artifice d’hiver de Amanohashidate est célèbre et très populaire. C’est une bonne expérience pour ressentir la culture japonaise d’aujourd’hui. Nous vous recommandons d’aller à Amanohashidate et si c’est le jour du feu d’artifice, votre visite sera encore plus merveilleuse ! Nous vous souhaitons une bonne visite !

 

Les eaux thermales ≪Rurikei onsen≫

 

Yuma Horitake Maika Yamatani

 

La culture du bain est très importante au Japon. Le Japon est un pays très montagneux avec de nombreux volcans, ainsi, il y a beaucoup de sources d’eau chaude et beaucoup de stations thermales. Prendre un bain dans une station thermale est très apprécié auprès des Japonais. Nous allons vous présenter la station thermale <<Rurikei onsen>> où on peut prendre un bain d’eau chaude toute l’année.

Elle a été ouverte au printemps 2002 et est située dans la ville de Nantan, le long de la rivière Ruri, dans la préfecture de Kyoto.

Le nom de cette station, <<Rurikei onsen>>, veut dire « forêt de guérison du corps et de l’esprit ». Le mot « onsen » signifie « source d’eau chaude ». C’est une station thermale dont les effets curatifs sont de grande qualité. Les eaux de la source thermale sont reconnues naturelles par le ministère de l’environnement.

 

《Des sources d’eau chaude》

La station thermale <<Rurikei onsen>> a des effets de guérison contre les névralgies diverses, les maux articulaires, les diverses causes de frilosité, la goutte, l’artériosclérose ainsi que de multiples autres vertus.

Dans cette station thermale, il y a plusieurs sortes de bains et autres endroits de relaxation :

  • un bain à l’intérieur

On y trouve un bassin d’eau chaude pour le bain ordinaire, mais également un bassin muni d’un Jacuzzi et aussi un bassin d’eau froide. Ce n’est pas un bain mixte donc il y a deux bains séparés.

  • un bain en plein air

Le bain en plein air est à l’extérieur de la station thermale. Comme c’est un bain mixte, on doit porter un maillot de bain.            

・une piscine d’eau chaude provenant de la source

Il y a une piscine à la station thermale <<Rurikei onsen>>, mais ce n’est pas une piscine habituelle, car l’eau chaude de la piscine provient d’une source naturelle. On peut y nager mais il y a quelques règles à respecter. Il faut porter un bonnet de bain et on ne peut pas jouer dans le bassin. 

・ une salle de pierres chaudes

Il y a une grande pièce avec, au sol, des pierres chaudes, sur lesquelles on peut s’allonger. Elles sont chauffées par l’eau chaude de la station. La température des pierres est de 40 degrés. C’est très populaire auprès des femmes parce qu’il y a un effet amaigrissant. C’est mixte. Tout le monde peut s’allonger sur ces pierres mais en faisant attention de ne pas rester trop longtemps. Quand on arrive, on nous remet une tenue, un « yukata », un kimono léger en coton pour être plus à l’aise.

                                                         ↑ la salle aux pierres chaudes

On peut y aller de 6 h à 24 h mais aussi la journée, de 7h à 22h.

・ une tente « glamping »

Le mot « glamping » est un mot créé à partir de « glamourous » et « camping » en anglais. C’est une sorte de camping de luxe dans la nature. C’est un nouveau style de camping. On peut dormir confortablement sous la tente, comme dans un hôtel et en plus on nous apporte un barbecue tout prêt !

Les tarifs de glamping varient selon le type et la saison. Voici, sur la photo ci-dessous, la tente la plus populaire. Elle est chauffée en hiver.

 une tente de « glamping »

On peut également réserver un bungalow.

                                                           ↑un bungalow climatisé

Dans la station thermale <<Rurikei onsen>>, il y a une boutique spécialisée dans la vente de jus de fruits et de légumes de saison, un restaurant japonais, une cafétéria, une boulangerie et une boutique de souvenirs.

                                                                ↑des jus de fruits et de légumes naturels

 

《Détails pratiques》

Horaires et prix d’entrée

La station est ouverte de 7h à 24h pour les bains, de 10h à 19h pour la piscine.

Le prix d’entrée est de 1500 yens pour les plus de 13 ans, 1 000 yens en dessous de 13 ans et l’entrée est gratuite pour les plus de 65 ans et les enfants de moins de 4 ans.

Accès

-Avec le train JR : prendre la ligne Sagano depuis la gare de Kyoto et descendre à la gare de Sonobe, puis prendre la navette jusqu’à la station thermale. Il faut environ 1 heure depuis la gare de Kyoto. Le billet de train coûte 580 yens.

– Avec le train Hankyu : prendre la ligne Takarazuka depuis la gare de Umeda et descendre à la gare de Kawanishi-noseguchi, puis prendre la ligne Myoken et descendre à la gare de Nissei-chuo. Enfin, prendre la navette jusqu’à la station thermale. Il faut environ 1 heure depuis la gare de Kyoto. Le billet de train est de 310 yens.

 

Comme nous l’avons dit en introduction, la culture du bain est très importante au Japon. Il y a beaucoup de stations thermales. Les eaux thermales de la station thermale <<Rurikei onsen>> sont réputées pour avoir beaucoup d’effets bénéfiques sur la santé et elle est très populaire auprès des Japonais.

Nous vous recommandons cette station thermale si vous aimez les sources d’eau chaude !

Manger sur une rivière à Kyoto

Ami Ishimaru Tomoko Ito

 

             Manger sur une rivière à Kyoto

 

 

Kyoto est une ville très touristique donc on y trouve beaucoup de restaurants. L’été à Kyoto est très chaud et surtout très humide donc nous allons vous présenter une façon très originale de manger dans la fraîcheur.

Pendant la période de mai à septembre, il est possible de se restaurer “sur une rivière”. Nous allons vous présenter le restaurant Kibunesō, qui se trouve à Kibune au nord de Kyoto, où l’on peut manger sur la rivière Kamogawa. Il fait en général 10 degrés de moins qu’au centre de Kyoto malgré que ce soit situé près du centre. On peut y aller avec le train de la ligne Keihan jusqu’à Demachiyanagi. Il faut changer et prendre la ligne de tramway Eizan dentetstu direction Kibuneguchiekimade. De là, on peut prendre un bus jusqu’à Kibune.

la salle à manger du restaurant

 

On y mange du poisson de rivière bien sûr comme par exemple, du saumon-ayu et du congre.

Quand on va dans ce restaurant, on peut choisir de manger avec ou sans “yukata” (kimono d’été en coton). Ce kimono est fourni par le restaurant. Le “yukata” plus le repas coûtent 15 500 yens (environ 125 euros) mais on garde le kimono. Bien sûr, on peut y aller avec son propre yukata.

 

deux jeunes filles en “yukata”

 

Sinon, les prix sont de 7 500 yens (environ 61 euros) pour le déjeuner et entre 10 000 et 15 000 yens pour le dîner. C’est un peu cher mais c’est magnifique !!!

De juin à juillet, on y vient aussi pour admirer les lucioles.

des lucioles

Il y a un autre endroit où l’on peut manger sur une rivière, c’est à Takao. C’est au nord-ouest de Kyoto, dans la montagne mais Kibune est plus célèbre que Takao.

 

Si vous venez à Kyoto l’été, si vous cherchez la fraîcheur, de la bonne nourriture, si vous voulez porter un joli kimono de coton, allez absolument à Kibunesō !