Le temple Kiyomizu

February 13, 2017

KKP2-1

du belvédaire, vue sur le temple Kiyomizu

 

Nous allons vous présenter le temple Kiyomizu (ou Kiyomizu dera). C’est un temple de religion bouddhiste, de la secte «Hossō». C’est un des temples les plus célèbres de Kyoto. Il est visité par de nombreux touristes chaque année. Il est situé au sud-est de Kyoto.

IMG_20170110_181214

ruelle marchande qui mène au temple

 

 

« Histoire du temple Kiyomizu »

Le temple Kiyomizu a été construit en 778, à l’époque Nara. Tamuramaro Sakanoue a fait construire ce temple. C’était un militaire. Un jour qu’il chassait le cerf, il a trouvé ce bel endroit. Il a rencontré un bonze qui lui a dit de ne pas tuer les animaux. Il a ressenti une grande émotion et pour cette raison, il a fait construire ce temple à cet emplacement. Le temple a été construit en bois sans l’utilisation d’aucun clou !

A l’intérieur du temple, il y a un endroit très célèbre appelé « le belvédaire de Kiyomizu », situé en haut d’un ravin de la même hauteur que le bâtiment principal du temple d’une hauteur de 4 étages environ. Le belvédaire est devenu un spot pour prendre des photos du temple !

Ce temple est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans « les biens culturels de l’ancienne Kyoto », depuis 1994.

 

« Évènements »

Durant toute l’année, il y a de nombreaux évènements divers organisés dans le temple. Un des plus importants sont les illuminations du temple. Cela se passe trois fois par an, au printemps, en été et en automne. À ces moments-là, le temple Kiyomizu est fantastique et nous pouvons profiter de la vue de nuit sur la ville de Kyoto.

Un autre évènement particulier est le moment des trois jours spéciaux appelés « sennichi mairi » qui a lieu les 14, 15 et 16 août de chaque année. Si on va prier au temple pendant une de ces trois dates, notre prière équivaut à mille prières. Beaucoup de touristes y vont pendant cet évènement.

 

« Informations pratiques »

Heures d’ouverture pour 2017 : de janvier à juillet, 6h-18h – d’août à septembre, 6h-18h30 – de septembre à février, 6h-18h  ※ le 31 décembre et le 1er janvier, 24h sur 24h.

Prix  du ticket d’entrée : gratuit pour les moins de 7 ans ; 200 yens pour les moins de 16 ans ; 400 yens pour les plus de 16 ans.

 

 

         20170112_191415

 ticket d’entrée

« Accès »

Depuis la gare de Kyoto : vous pouvez prendre les bus de ville n° 206 ou 100 ou le bus de Kyoto n° 18 et descendre à Gojozoka. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver.

Depuis la gare Hankyu Kawaramachi et la gare Keihan Gionshijo : vous pouvez prendre le bus de Kyoto n° 207 et descendre à Kiyomizumachi. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver. Vous pouvez prendre les bus Keihan n°83, 85, 87 ou 88 et descendre à Kiyomizumachi ou Gojozaka.

Depuis la gare Keihan Shichijo : vous pouvez prendre les bus de Kyoto N°206 et 100 et descendre à Gojozaka. C’est à dix minutes à pied.

 

Près du temple, il y a de nombreuses petites boutiques de souvenirs et de nombreux restaurants pour que vous profitiez bien de votre visite.

Le temple Kiyomizu est très beau ! Nous vous conseillons d’aller le visiter si vous allez à Kyoto !

 

Kanako Miyake, Miyu Nishimura et Yuma Horitake

Le temple Byodo ji

Yachiyo TOKIOKA

Vous connaissez peut-être le temple Byodo in très connu situé à Uji, mais je vais vous présenter le temple Byodo ji qui se trouve à Kyoto dans l’arrondissement Shimogyo ku. On peut confondre car les deux noms se ressemblent.

« Byodo » signifie « égalité » (« ji » veut dire « temple » en japonais). Il appartient à la secte bouddhiste Shingon. La secte Shingon a été fondée par un moine et penseur très important nommé Kobōdaishi (774-835), à l’époque Heian.

Les adeptes de ce groupe religieux pensent que tout le monde a la capacité de surmonter sa souffrance.

Le temple Byodo ji porte aussi le nom de Inaba Yakushi. Inaba est l’ancien nom de la préfecture de Tottori qui est située à l’ouest de la préfecture de Kyoto au bord de la mer du Japon. Autrefois, Inaba était un centre politique et religieux où se trouvait le sanctuaire Ichinomiya, qui avait une grande influence dans le Japon du 7ème siècle. Yakushi représentait le Dieu de la guérison.

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

personne saluant en passant devant  le temple

 

Voici l’histoire de ce temple :

Yukihira Tachibana était un des nobles qui faisait partie de la cour de l’Empereur Murakami (926-967) et on dit que cet empereur était un réformateur et qu’il était très cultivé. La capitale du Japon était Kyoto à ce moment-là (de 794 à 1868). A cette époque l’Empereur avait un grand pouvoir politique. Ce noble s’est rendu dans la préfecture de Inaba, à Ichinomiya, sur l’ordre de l’empereur pour prier pour la paix.

Après avoir prié, sur le chemin du retour à Kyoto, il est tombé gravement malade. Alité, il a rêvé qu’ un moine parlait de retirer une statue de Bouddha de la mer et de souhaiter sa guérison. Aussitôt, il a fait chercher cette statue et une statue en bois, d’environ 165 cm, a été trouvée. Yukihira Tachibana a pris soin de cette statue et a prié pour sa complète guérison et s’est rétabli miraculeusement. Yukihira Tachibana a réaménagé sa maison en y installant cette statue et a prié d’une manière fervente. Ainsi sa maison est devenue un temple au 11ème siècle. C’est ainsi que l’on pense que cette statue de Bouddha a des dons de guérison encore aujourd’hui.

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

 

Le temple Byodo ji n’est pas grand mais il est très populaire. Il y a toujours beaucoup de monde qui vient prier Yakushi, surtout le matin, en semaine. En fait, les gens prient en allant à leur travail. On croit que si on prie Yakushi, on n’aura pas de cancer.

 un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo 


un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

 

 

Dans ce temple, il y a quelques bancs (c’est très rare dans les temples au Japon). Si l’on est fatigué ou si on veut passer un moment calme, on peut toujours s’y asseoir.

 

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

 

Plusieurs fêtes ont lieu chaque mois dans ce temple et aussi un marché tous les 8 du mois. On y vend des choses faites à la main comme des sacs, du pain, des gâteaux, des bagues, des bracelets ou des colliers etc. On passe un moment agréable en bavardage.

Passer du temps dans les temples, pour prier ou juste pour jouir d’un moment agréable, fait partie de la vie quotidienne de beaucoup de Japonais.

 

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

un jour de marché au temple

un jour de marché au temple

un stand de sacs à main

un stand de sacs à main

Dans ce temple, il y a deux moines qui récitent les soutra et un homme bénévol pour les diverses tâches du temple. Il fait le lien entre les moines et les visiteurs. Par exemple, lorsqu’une personne écrit son souhait sur une grande bougie, elle la lui confie. Le lendemain matin très tôt, un des deux moines priera en allumant cette bougie. Cet homme salue toujours sympathiquement et il est très gentil.

  l’homme bénévol au temple


l’homme bénévol au temple

 

C’est un endroit intéressant. On peut passer un moment religieux et agréable dans une ambiance populaire très japonaise. De plus, on peut se procurer une amulette-porte bonheur.

 

Je vous conseille la visite du temple Byodo ji pour changer des grands temples très touristiques et souvent très fréquentés.

 

Pour aller au temple Byodo ji :

-en métro, ligne Karasuma, il faut descendre à la station Gojo et prendre la sortie 1, c’est à 5 minutes à pied en direction du nord.

-en bus (vert), les bus n°5 ou n°26, il faut descendre à l’arrêt Karasuma Matsubara et c’est à 2 minutes environ en direction de l’est.

Le sanctuaire Goo jinja

Pauline Masson

Le sanctuaire Goo jinja est un petit temple shinto qui se situe au sud du palais impérial, au centre de Kyoto, à l’ouest de la rivière Kamogawa.

Il se trouve plus précisément en face de la porte Hamaguri Gomon. En sortant de celle-ci, il faut traverser la rue et tout près se trouve le sanctuaire Goo jinja. Ce sanctuaire est dédié au sanglier.

« Go » signifie « protection », « O » « souverain » et « jinja » voulant dire « sanctuaire » en japonais.

Dès l’entrée, des statues en forme de sanglier appelées « komainoshishi » vous accueilleront ; dans beaucoup d’autres sanctuaires ce sont des statues de chien « komainu » en général.

Un peu d’histoire …

Wakeno Kiyomaro, un fonctionnaire haut placé de l’époque de Nara (710-794), et sa sœur Hiroshimu Hime luttèrent contre Yugeno Dokyo, un puissant disciple bouddhiste, aux côtés de la famille impériale.

La légende raconte qu’en 769, le bouddhiste Yugeno Dokyo essaya de succéder au trône impérial, situé à Nara à cette époque. Il dépêcha ce haut fonctionnaire Wakeno Kiyomaro  jusqu’au sanctuaire Usa Hachimangu, situé dans la ville d’Usa de la préfecture de Oita, (au sud-ouest du Japon) pour aller prier et demander conseil à propos de la succession de l’empereur Kanmu.

La réponse était qu’au Japon un vassal ne devenait jamais empereur, et que ceux qui tentaient de s’emparer du pouvoir devaient être éliminés.

Kiyomaro rapporta donc cette réponse et devint ainsi l’ennemi de Dokyo. Kiyomaro fut puni. On lui coupa les tendons d’Achille puis il fut exilé à Osuminokuni (l’actuelle Kagoshima, île japonaise située à l’extrême sud ouest du Japon).

Alors qu’il atteignit Bazennokuni à Oita, il se retrouva entouré d’environ 300 sangliers qui le guérirent de ses blessures et le guidèrent jusqu’au sanctuaire de Kagoshima. Cette légende est relatée dans le 8ème volume de Nihon Kouki, le livre de l’histoire du Japon, au chapitre traitant de la période 792-833.

On vient à Goo jinja pour prévenir des accidents physiques, pour guérir des maladies de jambes ou de dos ou pour s’assurer un voyage en toute sécurité.

 

  collection d'objets à l’effigie du sanglier


collection d’objets à l’effigie du sanglier

 


petites plaquettes en bois (appelés « ema ») peintes par des enfants

vieille pierre et arbre sacrés

vieille pierre et arbre sacrés

 

 statue du sanglier « komainoshishi» à l'entrée du sanctuaire

statue du sanglier « komainoshishi» à l’entrée du sanctuaire

entrée du sanctuaire

entrée du sanctuaire

 

autel principal

autel principal

 

  mur traditionnel exposant des tableaux qui représentent les anciens billets de monnaie japonaise de 10 yens, émis à partir de 1888


mur traditionnel exposant des tableaux qui représentent les anciens billets de
monnaie japonaise de 10 yens, émis à partir de 1888

 

 récit de Wakeno Kiyomaro


récit de Wakeno Kiyomaro

 

 

    petits papiers pour vénérer   sanglier

petits papiers pour vénérer
le sanglier

 lieu de prière pour guérir les jambes, les pieds


lieu de prière pour guérir les jambes, les pieds

 

Vous trouverez une salle de repos à l’entrée du sanctuaire, qui fait également salon de thé où vous pourrez y admirer une multitude de petits objets divers liés au sanglier. Des prospectus sur l’histoire du sanctuaire sont disponibles en anglais et en japonais. Comme tous les autres sanctuaires, Goo jinja propose de nombreux « omamori », des porte-bonheurs avec des pieds ou des sangliers représentés. Surtout si vous êtes nés l’année du sanglier, n’hésitez pas à y aller.

 

La visite du sanctuaire est gratuite et possible de 9h à 17h tous les jours.

La station de métro la plus proche est Karasuma-Marutamachi, sur la ligne Karasuma, la ligne nord-sud de Kyoto.

 

Voici l’adresse du sanctuaire :

385 Okakuencho, Karasuma-dori Shimochojacho Sagaru, Kamigyo-ku, Kyoto 602-8011

 

 

 

La colline Funaoka

Pauline Masson

La colline Funaoka, haute de 112 mètres, est située au nord de la ville de Kyoto. Au temps où Kyoto était la capitale impériale au Japon, à l’époque Heian (période de 794 à 1185 ), cette petite montagne était le point de référence nord de la capitale.

 

 La colline Funaoka

 

Elle était considérée comme un endroit de loisirs et de détente pour les nobles de l’époque. Sei Shonagon, femme de lettres japonaise, mentionne Funaoka dans un de ces poèmes. De nombreuses poésies japonaises appelées « waka » (en opposition à la poésie en langue chinoise), de plusieurs styles comme les « haiku, (poèmes de 17 syllabes), les « tanka » (poèmes de 31 syllabes) ou les « renga » (poésie en chaîne), font allusion à ce petit mont, et également les poètes  Kiyohara Motosuke, le père de Sei Shonagon, ou encore le poète Fujiwara Shunzei.

 

De 1467 à 1477, pendant la guerre d’Onin, qui ouvre la période Sengoku, cette colline devient la base de l’armée dirigée par Yamada Shozen. Le sanctuaire Kenkun est construit en 1869 pour honorer la mort de Oda Nobunaga, un puissant gouverneur féodal (entre le XII ème et XIXème siècle) appelé daimyo, qui a conquis une grande partie du Japon.

Funaoka est aujourd’hui reconnue comme un lieu national historique et protégé.

Au sommet se trouve le parc Funaoka qui offre une vue sur la ville de Kyoto et un espace au calme.

 

espace de detente au sommet

espace de détente au sommet

                     vieil écriteau en pierre Funaokayama

vieil écriteau en pierre Funaokayama

 

Le sanctuaire Kenkun ou Takeisao

Ce sanctuaire est donc dédié à Oda Nobunaga, dont on peut observer le kamon, sigle du clan, à de nombreux endroits dans le sanctuaire.

Nobunaga a été reconnu pour avoir rendu de grands services à l’empire. Le sanctuaire conserve des collections d’armures, le sabre de Imagawa Yoshimoto, un autre puissant daimyo, qu’il a utilisé lors de la bataille de Okehazama.

Comme dans tous les sanctuaires, vous pouvez acheter des amulettes porte-bonheur, « omamori » en japonais.

panneau expliquant l'histoire du sanctuaire

panneau expliquant l’histoire du sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

message de paix

message de paix

 

autel de prière

autel de prière

                                                                          « mayoke» pour se purifier des mauvais sorts


« mayoke» pour se purifier des mauvais sorts

plafond du sanctuaire

plafond du sanctuaire

  escaliers de l'entrée du sanctuaire

escaliers de l’entrée du sanctuaire

 

Le Festival de Funaoka

Chaque année, le 19 octobre, le festival appelé « Funaoka matsuri » est célébré au sanctuaire Kenkun pour commémorer l’arrivée de Nobunaga à Kyoto en 1568. Des jeunes hommes défilent en armure de l’époque médiévale pour représenter l’armée de Nobunaga.

Le bain public de Funaoka

Tout près de la montagne Funaoka, vous pouvez vous relaxer dans un bain public de très bonne qualité. On dit que ce bain serait le premier bain public électrique, c’est à dire que l’eau est chauffée électriquement, elle n’est pas chaude naturellement.

Voici les coordonnées si cela vous intéresse d’y aller : Kyoto, Kita Ward, Murasakino Minamifunaokacho 82-1 (ouvert de 15h à 1h du matin).

Comment se rendre à la colline Funaoka :

Voici l’adresse de cet endroit et comment y aller :

KYOTO KITAKU MURASAKINO KITAFUNAOKACHO 4

京都市北区紫野北舟岡町49   Tél :075-451-0170

Prenez le bus de ville (vert) numéro 206 depuis la gare de Kyoto JR, à destination du terminal KITAOJI. Descendez à l’arrêt Funaokayama. Vous pouvez aussi visiter les temples Daitokuji, Daisenji et le sanctuaire Imamiya à proximité. Vous pouvez vous reposer dans une atmosphère très zen dans le salon de thé qui se trouve à côté du sanctuaire Imamiya et déguster sa spécialité « aburimochi », des brochettes de « mochi », une pâte faite à base de riz bouilli pilé, grillées à la braise d’une façon traditionnelle et boire un bon thé chaud. C’est une friandise très sucrée.

La colline Funaoka n’est pas très visitée durant l’année mais lors des festivals de nombreux visiteurs s’y rendent. Pour monter jusqu’au sommet il faut environ un quart  d’heure de marche car ce n’est qu’une colline. On peut monter en voiture ou à pied.

Je vous conseille de visiter cet endroit traditionnel situé en pleine nature, éloigné des foules de visiteurs. Le sanctuaire Kenkun et la colline Funaoka sont des lieux calmes. Ressourcez-vous auprès des arbres anciens. Bonne visite !

Le jardin Shin-en

de Momoyo TAKEDA

Le jardin Shin-en(神苑)se trouve dans le sanctuaire Heian jingu, à l’est de Kyoto. Jihei OGAWA, un jardinier bien connu né à Kyoto, a créé ce jardin en 1910. Il a fallu 20 ans pour l’achever. Il a aussi créé le célèbre jardin Murian(無鄰菴)situé à l’est de Kyoto, près du zoo. Le jardin Shin-en a été dessiné pour s’y promener tout en admirant un beau paysage. On jouit de belles vues, très différentes selon les saisons. Par exemple, on peut admirer des cerisiers tombant, des glycines ou des azalées au printemps, des lotus, des nénuphars ou des acores en été, des feuillages d’automne ou des lespdezas en automne, des camélias ou un paysage de neige en hiver. L’eau du lac Biwa qui se trouve dans la préfecture de Shiga, au nord ouest de Kyoto, irrigue l’étang de ce jardin.

vue sur le jardin Shin-en

vue sur le jardin Shin-en

le grand étang

le grand étang

 

Le tramway

Dans ce jardin, on peut voir la voiture d’un ancien tramway qui s’appelle Shi-den. Ce tramway a roulé l’année de la construction du sanctuaire Heian en 1895. C’est le plus vieux au Japon !! Ce tramway a été fabriqué en Allemagne mais il a été importé des États-Unis. En ce temps-là, il fonctionnait à la vapeur et on utilisait déjà l’eau du lac Biwa. Il roulait à 10 kilométres à l’heure et pouvait transporter 38 personnes. On ne peut pas entrer dedans, c’est juste pour le décor.

le tramway

le tramway

 

Le petit pont en pierre

Dans le jardin, il y a un grand étang et on peut le traverser grâce à des pierres qui forment un pont. Ce pont s’appelle Garyu-kyō(臥龍橋). Ça veut dire le dos du dragon. En marchant sur ces pierres, on a l’impression de voler sur le dos du dragon parce que le ciel et les nuages se reflètent dans l’étang.

le pont en pierre

les pierres formant le pont en arrière plan

 

Le grand pont

Il y a un autre pont qui s’appelle Taiheikaku(泰平閣), ce qui veut dire « le bâtiment de la paix ». C’est une construction symétrique qui représente l’égalité, parce que ce n’est pas une idée partiale. Quand on s’asseoit sur le bord de ce pont couvert, qui forme comme un long banc de chaque côté du pont, on ressent un grand calme. De temps en temps, on peut voir des jeunes couples en vêtements traditionnels de mariés se faisant prendre en photo.

le grand pont

le grand pont couvert

 

Comment y aller?

De la gare de Kyoto, il faut environ 30 mn avec le bus N° 100 jusqu’à l’arrêt Okazakikōenmae ou Heianjingumae.

Le jardin Shin-en vaut la peine d’être vu à toutes les saisons parce qu’il y a beaucoup de types de plantes. Vous pouvez en profiter aussi pour visiter le sanctuaire Heian-jingu dont dépend ce jardin magnifique. Vous pouvez également admirer la beauté caractéristique des jardins japonais et voir les différences avec les jardins européens. Je vous conseille de prendre votre temps pour profiter du jardin tranquillement.

Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi»

de Ryo Miyazaki et Tatsuki Nakata

Bonjour, nous allons vous présenter «Le chemin des philosophes». En japonais, on dit «tetsugaku no michi» et cela se prononce «tetsougaku no mitchi». C’est une promenade qui a été choisie parmi les 100 plus belles vues du Japon.

Elle se trouve au nord-est de Kyoto, le long du temple Kumanonyakou ji, au carrefour des rues Imadegawa dori et Shirakawa dori. Cette promenade longe une rivière et est bordée de cerisiers. Par conséquent, lors de la saison des cerisiers en fleurs au printemps ou des feuillages d’automne, la promenade est magnifique. En plus des cerisiers, on peut voir des lucioles entre mai et juin. Il y a donc beaucoup de touristes pendant ces deux saisons.

Pendant l’ère Meiji (c’est la période historique du Japon entre 1868 et 1912), beaucoup d’hommes de lettres habitaient près de cet endroit et on l’appelait «La promenade des hommes de lettres». Puis, les philosophes Kitarou Nishida et Hajime Tanabe s’y sont promenés tout en s’absorbant dans des méditations philosophiques et on l’ appelait alors « La rue de la pensée ». Aujourd’hui, on l’appelle «Le chemin des philosophes».

image1

                                                                                              Le chemin des philosophes

Voici un itinéraire que nous vous conseillons :

de Imadegawa Shirakawa, marchez jusqu’au Chemin des philosophes et vous allez arriver au début de la promenade. A environ une centaine de mètres, dirigez-vous vers le Temple d’argent, Ginkaku ji, qui fait partie du patrimoine mondial. Vous pourrez profiter du magnifique jardin de ce temple.

Après ça, revenez sur Le chemin des philosophes et promenez-vous tout en appréciant le paysage. Le chemin fait 1,8 km.

Au bout du Chemin des philosophes, se trouvent les sanctuaires Nyakuo ji et Eikan très populaires en automne.

A la fin de l’itinéraire, vous pourrez aller au temple Nanzen ji. Il y a aussi un magnifique jardin. Près de ce temple se trouve la station de métro Keage.

image1 (2)

                                                                                             pavés de la promenade

Au primtemps on y va pour admirer le tunnel fait par les cerisiers en fleurs, au début de l’été, les lucioles, l’été pour avoir un peu de fraîcheur, en automne pour admirer les couleurs des feuilles, et en hiver pour voir le tapis blanc de la neige. C’est une promenade où on peut sentir les quatres saisons. Il y a beaucoup de temples très connus près de cette promenade et on peut voir l’ histoire et la culture traditionnelle de Kyoto. De plus, il y a beaucoup de cafés et restaurants pour se reposer et se restaurer.

image1 (1)

                                                         panneaux de signalisation des temples à visiter

Nous vous recommndons cette promenade !

 

Le marché couvert de Nishiki à Kyoto

Nous allons vous présenter le marché couvert de Nishiki, à Kyoto. On y trouve toutes sortes d’aliments traditionnels et de goûts très divers ! Nous pensons que vous allez être intéressés.

entrée du marché couvert

rue Nishiki

Histoire du marché couvert de Nishiki

Il est né il y a 400 ans. En 1615, l’eau des puits était très précieuse. Grâce à l’eau d’une sorte de château d’eau de Nishiki, les habitants de ce quartier se servaient de cette eau, comme réfrigérateur, pour rafraîchir les aliments. En 1615, ce quartier a reçu l’autorisation, par un shogun de l’époque, d’y faire un marché et depuis, c’est devenu le marché couvert de Nishiki.

les 3 couleurs typiques des arcades

Le lieu du marché

Il est situé dans un rue d’environ 390 m de long et il compte 126 magasins. Les arcades, particulières à ce marché, tricolores (rouge, vert et jaune) ont été créés en 1993.

Des touristes japonais et étrangers et les habitants de Kyoto y vont pour acheter et déguster des aliments régionaux.

*Notre conseil pour faire une belle photo*

Quand vous prendrez une photo de ce marché, fixez votre attention sur le haut des arcades. En conséquense, vous pourrez prendre une meilleure photo.

Voici quelques magasins de Nishiki

Le magasin de pickles (tsukemono) de Kyoto appelé « Masugo »

On trouve des pickles faits avec des concombres, des gros radis blancs japonais, des aubergines (voir la photo) ….. etc . On les trouve à partir de 150 yens. On peut trouver aussi des pickles faits avec des légumes de Kyoto, légumes récoltés dans la préfecture de Kyoto.

magasin de pickles

Le magasin de poisson «Yamasho»

On trouve du chinchard, de la pieuvre, de l’anguille de mer …. etc. Tout le poisson est frais et on trouve aussi des plats de poisson cru appelé «sashimi».

poissonnier

*notre conseil*

Quand vous regardez ce magasin, vous trouverez un poisson à grosses dents appelé Hamo en japonais, très connu comme le poisson de Kyoto. C’est hyper bon. Nous vous conseillons de le goûter !

Dans ce marché, on trouve beaucoup de magasins d’aliments très différents. Il y a beaucoup de choix !

Si vous venez au marché de Nishiki, vous pourrez ressentir la culture japonaise avec tous ses différents aliments et produits traditionnels et garder un bon souvenir de Kyoto.

Pour aller au «marché couvert de Nishiki»

En train : avec la ligne Hankyu, allez jusquà la gare de Shijo Karasuma, puis prenez la rue Miyuki machi en direction du nord et allez jusqu’à la rue Nishiki koji. De là, tournez à gauche.

En bus : tous les bus qui vont au centre-ville : arrêt Shijo Karasuma puis prenez la rue Miyuki machi en direction du nord et allez jusqu’à la rue Nishiki koji. De là, tournez à gauche.

Le marché est ouvert en général de 9 heures à 18 heures environ.

Nazuna ASAOKA et Tsukasa YAMAGUCHI

 

La ville de Uji

de Tsukasa Yamaguchi et Nazuna Asaoka

 

Quand un Japonais entend parler de Kyoto, il entend aussi Uji et il pense aussi au thé vert macha de Uji.

Uji est une ville située dans la préfecture de Kyoto. C’est un des meilleurs endroits au Japon où l’on récolte le thé macha.

Dans cette ville, il y a également un monument historique qui est aussi célèbre que le thé macha. Il s’appelle Byodo in hodo. C’est le Pavillon du Phénix qui se trouve dans le temple Byodo in. Il fait partie du Patrimoine culturel mondial.

Nous allons donc vous présenter deux choses typiques de Uji : le Pavillon Byodoin hodo et le thé macha.

 

Byodo in

le temple Byodo in

 

Ce temple a été fondé en 1052. Il  comprend de nombreuses salles et pagodes. Le trésor national japonais existe dans la construction primitive, datant de 1053, célèbre sous le nom de Hoodo qui tire son nom de sa forme, celle d’un phénix aux ailes déployées, et de deux de ces oiseaux en bronze doré, qui se font face, placés aux extrémités de l’arrête du toit du pavillon central et à l’arrière. La façade de cette construction donne sur un étang et le plan d’ensemble suit le style shinden zukuri, style caractéristique des résidences aristocratiques de l’époque Heian (794-1185). L’intérieur de la salle principale contient des objets d’art de qualité remarquable : la statue de Amida (nom japonais du bouddha Amitabha) qui en occupe le centre est une oeuvre authentique. Des réparations dans le bâtiment Hoodo ont été achevées en 1957.

 

 

Le thé macha (ou matcha)

Nous vous conseillons 2 salons de thé à Uji.

Le  1er salon de thé s’appelle Tsuen chaya. A l’origine, c’est une maison de thé datant de 1160.

 

le salon de thé Tsuen chaya

Au menu, on peut trouver des pâtisseries très japonaises comme des gâteaux traditionnels japonais (dango) mais aussi occidentales comme des glaces, des coupes glacées, etc, au goût macha.

une coupe glacée et une glace

Sur la photo ci-dessus, on peut voir une coupe glacée au macha avec de la mangue, de la pâte de haricots rouges et une brochette de dango et à droite, une glace au macha.

 

Le  2ème salon de thé s’appelle Uji kobo

le salon de thé Uji kobo

A l’origine, c’est aussi une maison de thé fondée en 1790. On peut y manger des desserts mais aussi des nouilles de sarrasin (soba) au goût macha.

une coupe glacée au macha

Nous vous conseillons de venir à Uji apprécier les jolis monuments tout en dégustant de bonnes choses.

Le grand portique Torii

de Anika IWAMA et Ayaka TAKEUCHI

 

Un torii est un portique qui sépare un sanctuaire du monde « normal ». Il est de couleur rouge vermillon. Il est supporté par deux poutres, deux pilliers et deux pierres comme sur le dessin ci-dessous.

 

 

 

Le santuaire Fushimi Inari

 

dessin du sanctuaire Fushimi Inari

 

 

C’est l’endroit typique à Kyoto où les torii sont très célèbres au Japon. 

Fushimi Inari est un sanctuaire shinto situé sur le mont Inari dans l’arrondissement de Fushimi dans la ville de Kyoto. Il y a le bâtiment principal et un autre appelé Ochaya qui est le bâtiment réservé aux invités de la cérémonie du thé. Ce sont des biens culturels importants au Japon.

Sur le mont Inari, on trouve 10000 portiques.

 

 

Senbon torii

 

le chemin aux 1000 torii

 

 

Ces torii ont été offerts par des croyants et consacrés au sanctuaire. On dit que si le torii est consacré les souhaits seront exaucés. Leur nom et la date de l’offrande sont inscrits sur le portique. Cette coutume a commencé à partir de la période Edo (1603–1868).

 

Visitez surtout l’endroit appelé Senbon torii (senbon signifie 1000) où l’on peut marcher sous 1000 torii, chemin célèbre dans ce santuaire.

En plus, c’est un lieu touristique populaire parce que c’est gratuit.

 

Venez, vous aussi, à Kyoto pour admirer le chemin aux mille torii !

Le festival de Gion

scène du festival

de Rie KAWAI, Mari KITAGAWA et Riho MAEDA

 

jeunes filles en yukata

Le festival de Gion, très connu au Japon, a été créé au VI siècle. Ce festival  fait partie des plus grandes fêtes de Kyoto avec  la  fête de Aoi et la fête de Jidai.

 

 

 

 

Chaque année, il a lieu du 1er au 30 juillet. Il est particulièrement animé du 14 au 17.

Le moment fort de ce festival est le grand défilé de chars le 17. Ce jour – là, tout le monde porte un “yukata” (une sorte de kimono en coton).

Le défilé

Le défilé dure 2 heures et a lieu au centre-ville.  Il commence à 9 heures juqu’à 11 heures du matin. Il part de Shijo Karasuma (accès par le métro ou le train Hankyu).
Des hommes et des femmes qui portent un costume traditionnel défilent en portant des chars de bois appelés “mikoshi” (sanctuaire portatif que l’on promène dans les rues) et certains jouent de la musique.

Chimaki

pâtisserie traditionnelle

Voici une photo d’une pâtisserie typique  “chimaki” que l’on peut acheter pendant la fête. C’ est un gâteau de riz avec de la pâte de haricots rouges. Il est très populaire pendant cette fête.

Il est le symbole de cet évènement : le sanctuaire Yasaka jinja qui organise ce festival avait à l’origine, fait une promesse avec les citoyens pour échapper aux maladies. Et puis, ce gâteau est né.

Maintenant au Japon, il y a un «chimaki» que l’on peut manger, mais le «chimaki» de la fête du Gion n’est pas de la nourriture. Il est fait avec une feuille de bambou. Il est devenu un fétiche.

Si vous allez au festival de Gion, faites votre possible pour en acheter !! Vous garderez un excellent souvenir de ce jour-là.