Le temple Kiyomizu

February 13, 2017

KKP2-1

du belvédaire, vue sur le temple Kiyomizu

 

Nous allons vous présenter le temple Kiyomizu (ou Kiyomizu dera). C’est un temple de religion bouddhiste, de la secte «Hossō». C’est un des temples les plus célèbres de Kyoto. Il est visité par de nombreux touristes chaque année. Il est situé au sud-est de Kyoto.

IMG_20170110_181214

ruelle marchande qui mène au temple

 

 

« Histoire du temple Kiyomizu »

Le temple Kiyomizu a été construit en 778, à l’époque Nara. Tamuramaro Sakanoue a fait construire ce temple. C’était un militaire. Un jour qu’il chassait le cerf, il a trouvé ce bel endroit. Il a rencontré un bonze qui lui a dit de ne pas tuer les animaux. Il a ressenti une grande émotion et pour cette raison, il a fait construire ce temple à cet emplacement. Le temple a été construit en bois sans l’utilisation d’aucun clou !

A l’intérieur du temple, il y a un endroit très célèbre appelé « le belvédaire de Kiyomizu », situé en haut d’un ravin de la même hauteur que le bâtiment principal du temple d’une hauteur de 4 étages environ. Le belvédaire est devenu un spot pour prendre des photos du temple !

Ce temple est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans « les biens culturels de l’ancienne Kyoto », depuis 1994.

 

« Évènements »

Durant toute l’année, il y a de nombreaux évènements divers organisés dans le temple. Un des plus importants sont les illuminations du temple. Cela se passe trois fois par an, au printemps, en été et en automne. À ces moments-là, le temple Kiyomizu est fantastique et nous pouvons profiter de la vue de nuit sur la ville de Kyoto.

Un autre évènement particulier est le moment des trois jours spéciaux appelés « sennichi mairi » qui a lieu les 14, 15 et 16 août de chaque année. Si on va prier au temple pendant une de ces trois dates, notre prière équivaut à mille prières. Beaucoup de touristes y vont pendant cet évènement.

 

« Informations pratiques »

Heures d’ouverture pour 2017 : de janvier à juillet, 6h-18h – d’août à septembre, 6h-18h30 – de septembre à février, 6h-18h  ※ le 31 décembre et le 1er janvier, 24h sur 24h.

Prix  du ticket d’entrée : gratuit pour les moins de 7 ans ; 200 yens pour les moins de 16 ans ; 400 yens pour les plus de 16 ans.

 

 

         20170112_191415

 ticket d’entrée

« Accès »

Depuis la gare de Kyoto : vous pouvez prendre les bus de ville n° 206 ou 100 ou le bus de Kyoto n° 18 et descendre à Gojozoka. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver.

Depuis la gare Hankyu Kawaramachi et la gare Keihan Gionshijo : vous pouvez prendre le bus de Kyoto n° 207 et descendre à Kiyomizumachi. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver. Vous pouvez prendre les bus Keihan n°83, 85, 87 ou 88 et descendre à Kiyomizumachi ou Gojozaka.

Depuis la gare Keihan Shichijo : vous pouvez prendre les bus de Kyoto N°206 et 100 et descendre à Gojozaka. C’est à dix minutes à pied.

 

Près du temple, il y a de nombreuses petites boutiques de souvenirs et de nombreux restaurants pour que vous profitiez bien de votre visite.

Le temple Kiyomizu est très beau ! Nous vous conseillons d’aller le visiter si vous allez à Kyoto !

 

Kanako Miyake, Miyu Nishimura et Yuma Horitake

Le jardin Shin-en

de Momoyo TAKEDA

Le jardin Shin-en(神苑)se trouve dans le sanctuaire Heian jingu, à l’est de Kyoto. Jihei OGAWA, un jardinier bien connu né à Kyoto, a créé ce jardin en 1910. Il a fallu 20 ans pour l’achever. Il a aussi créé le célèbre jardin Murian(無鄰菴)situé à l’est de Kyoto, près du zoo. Le jardin Shin-en a été dessiné pour s’y promener tout en admirant un beau paysage. On jouit de belles vues, très différentes selon les saisons. Par exemple, on peut admirer des cerisiers tombant, des glycines ou des azalées au printemps, des lotus, des nénuphars ou des acores en été, des feuillages d’automne ou des lespdezas en automne, des camélias ou un paysage de neige en hiver. L’eau du lac Biwa qui se trouve dans la préfecture de Shiga, au nord ouest de Kyoto, irrigue l’étang de ce jardin.

vue sur le jardin Shin-en

vue sur le jardin Shin-en

le grand étang

le grand étang

 

Le tramway

Dans ce jardin, on peut voir la voiture d’un ancien tramway qui s’appelle Shi-den. Ce tramway a roulé l’année de la construction du sanctuaire Heian en 1895. C’est le plus vieux au Japon !! Ce tramway a été fabriqué en Allemagne mais il a été importé des États-Unis. En ce temps-là, il fonctionnait à la vapeur et on utilisait déjà l’eau du lac Biwa. Il roulait à 10 kilométres à l’heure et pouvait transporter 38 personnes. On ne peut pas entrer dedans, c’est juste pour le décor.

le tramway

le tramway

 

Le petit pont en pierre

Dans le jardin, il y a un grand étang et on peut le traverser grâce à des pierres qui forment un pont. Ce pont s’appelle Garyu-kyō(臥龍橋). Ça veut dire le dos du dragon. En marchant sur ces pierres, on a l’impression de voler sur le dos du dragon parce que le ciel et les nuages se reflètent dans l’étang.

le pont en pierre

les pierres formant le pont en arrière plan

 

Le grand pont

Il y a un autre pont qui s’appelle Taiheikaku(泰平閣), ce qui veut dire « le bâtiment de la paix ». C’est une construction symétrique qui représente l’égalité, parce que ce n’est pas une idée partiale. Quand on s’asseoit sur le bord de ce pont couvert, qui forme comme un long banc de chaque côté du pont, on ressent un grand calme. De temps en temps, on peut voir des jeunes couples en vêtements traditionnels de mariés se faisant prendre en photo.

le grand pont

le grand pont couvert

 

Comment y aller?

De la gare de Kyoto, il faut environ 30 mn avec le bus N° 100 jusqu’à l’arrêt Okazakikōenmae ou Heianjingumae.

Le jardin Shin-en vaut la peine d’être vu à toutes les saisons parce qu’il y a beaucoup de types de plantes. Vous pouvez en profiter aussi pour visiter le sanctuaire Heian-jingu dont dépend ce jardin magnifique. Vous pouvez également admirer la beauté caractéristique des jardins japonais et voir les différences avec les jardins européens. Je vous conseille de prendre votre temps pour profiter du jardin tranquillement.

Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi»

de Ryo Miyazaki et Tatsuki Nakata

Bonjour, nous allons vous présenter «Le chemin des philosophes». En japonais, on dit «tetsugaku no michi» et cela se prononce «tetsougaku no mitchi». C’est une promenade qui a été choisie parmi les 100 plus belles vues du Japon.

Elle se trouve au nord-est de Kyoto, le long du temple Kumanonyakou ji, au carrefour des rues Imadegawa dori et Shirakawa dori. Cette promenade longe une rivière et est bordée de cerisiers. Par conséquent, lors de la saison des cerisiers en fleurs au printemps ou des feuillages d’automne, la promenade est magnifique. En plus des cerisiers, on peut voir des lucioles entre mai et juin. Il y a donc beaucoup de touristes pendant ces deux saisons.

Pendant l’ère Meiji (c’est la période historique du Japon entre 1868 et 1912), beaucoup d’hommes de lettres habitaient près de cet endroit et on l’appelait «La promenade des hommes de lettres». Puis, les philosophes Kitarou Nishida et Hajime Tanabe s’y sont promenés tout en s’absorbant dans des méditations philosophiques et on l’ appelait alors « La rue de la pensée ». Aujourd’hui, on l’appelle «Le chemin des philosophes».

image1

                                                                                              Le chemin des philosophes

Voici un itinéraire que nous vous conseillons :

de Imadegawa Shirakawa, marchez jusqu’au Chemin des philosophes et vous allez arriver au début de la promenade. A environ une centaine de mètres, dirigez-vous vers le Temple d’argent, Ginkaku ji, qui fait partie du patrimoine mondial. Vous pourrez profiter du magnifique jardin de ce temple.

Après ça, revenez sur Le chemin des philosophes et promenez-vous tout en appréciant le paysage. Le chemin fait 1,8 km.

Au bout du Chemin des philosophes, se trouvent les sanctuaires Nyakuo ji et Eikan très populaires en automne.

A la fin de l’itinéraire, vous pourrez aller au temple Nanzen ji. Il y a aussi un magnifique jardin. Près de ce temple se trouve la station de métro Keage.

image1 (2)

                                                                                             pavés de la promenade

Au primtemps on y va pour admirer le tunnel fait par les cerisiers en fleurs, au début de l’été, les lucioles, l’été pour avoir un peu de fraîcheur, en automne pour admirer les couleurs des feuilles, et en hiver pour voir le tapis blanc de la neige. C’est une promenade où on peut sentir les quatres saisons. Il y a beaucoup de temples très connus près de cette promenade et on peut voir l’ histoire et la culture traditionnelle de Kyoto. De plus, il y a beaucoup de cafés et restaurants pour se reposer et se restaurer.

image1 (1)

                                                         panneaux de signalisation des temples à visiter

Nous vous recommndons cette promenade !

 

Le temple Kiyomizu dera illuminé

de Yuka KIKUCHI

Le soir, en voyage à Kyôto, qu’est-ce que vous aimeriez faire?

Aller dans un bon restaurant, dans un bar à l’ambiance sympathique ou au karaoke, c’est bien sûr génial. Mais vous pouvez aussi visiter le temple de Kiyomizu dera pendant certaines périodes de l’année car il est alors illuminé. A ce moment-là, vous pourrez découvrir de nouveaux aspects de ce temple !

 

entrée du temple

 

Au printemps, vous pourrez voir beaucoup de cerisiers sur les terrains qui entourent le temple. Les fleurs des arbres, de couleur rose, sont éclairées et guident les visiteurs dans un monde irréel. En automne aussi, la beauté des feuilles rougies des érables, le soir, attirent beaucoup de touristes, autant que pendant la journée.

 

vue sur la pagode

1.Quand est-ce qu’on peut visiter le temple Kiyomizu le soir ?

Cela dépend des années. En 2010 par exemple, la période printanière était du 13 mars au 11 avril, la période estivale du 6 au 16 août et la période automnale, du 17 novembre au 12 décembre. Au printemps 2011, le temple était illuminé du 25 mars au 10 avril. Vous pouvez vérifier les dates du moment sur le site du temple de Kiyomizu (http://www.monzenkai.com/ (seulement en japonais). Si vous ne pouvez pas lire le japonais, il faut demander les périodes d’illumination de l’année en cours au syndicat d’intiative de Kyôto.
Le temple est éclairé de 18h 30 à 21h 30 (fin des entrées dans le temple) au printemps et en automne et de 19h au 21h 30 (fin des entrées) en été.

2. Faites attention !

  • Le temple ferme à partir de 17h30 pendant les périodes d’illumination. Il faut alors sortir avant 17h30, repayer le droit d’entrée pour la visite du soir.
  • Il arrive parfois que l’heure d’ouverture et de fermenture change sans préavis (mais c’est vraiment rare !).
  • Il est interdit d’utiliser un trépied pour faire des photos, de fumer ou de manger dans l’enceinte du temple.

3. Le prix du ticket

  • Plus de 16 ans : 400 yens
  • Elèves d’école primaire et de collège : 200 yens
  • Enfants de moins de 7 ans : gratuit

4. Comment aller au temple de Kiyomizu dera ?

Avec la ligne de chemin de fer Keihan :

  • Descendez à la gare de Gion shijo. Prenez le bus municipal, ligne 207, jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. C’est à 10 minutes à pied.
    ou bien
  • Descendez à la gare de Shichijo, prenez le bus municipal, ligne 206, jusqu’à l’arrêt Gojozaka. C’est aussi à 10 minutes à pied.

Avec la ligne de chemin de fer Hankyu :

  • Depuis la gare de Kawaramachi, prenez le bus municipal, ligne 207, jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. C’est à 10 minutes à pied.

Depuis la gare de Kyôto :
Prenez le bus municipal 206 ou 100, jusqu’à l’arrêt Gojozaka. C’est à 10 minutes à pied.

Depuis Shijo Kawaramachi :
Prenez le bus municipal numéro 207 , jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. Ensuite, c’est à 10 minutes à pied.

Ne vous inquiétez pas, une fois arrivé à l’arrêt de bus, vous trouverez beaucoup de monde se dirigeant vers le temple.

5. En plus …

Kiyomizu dera illuminé

Il y aura certainement un monde fou. Surveillez bien votre sac et votre appareil photo !
Profitez bien de ce spectacle fantastique !

Le sanctuaire Okazaki

par  Yusaku Takahashi et Yuri Iwao

 

Il y a beaucoup de sanctuaires shinto à Kyôto. Mais nous allons vous présenter le sanctuaire shinto Okazaki. Il est aussi appelé «Usagi jinja» (sanctuaire shinto du lapin) et il est le sanctuaire shinto le plus populaire cette année parce que c’est l’année du lapin (2010) à Kyôto suivant le cycle «eto», cycle de soixante ans qui servait autrefois pour définir le calendrier et les heures.
Avant de vous expliquer pourquoi on l’appelle «sanctuaire shinto du lapin», nous allons d’abord vous présenter son histoire.

Autrefois, quatre sanctuaires shinto furent construits aux quatre points cardinaux pour défendre la ville de Kyôto contre les désastres ou les malheurs. Le sanctuaire shinto Okazaki en faisait partie. Il a été construit en 794 à l’ère Heian. Okazaki est un quartier de Kyôto à l’est de la ville. A cet endroit, on honore deux divinités appelées «Susano O no Mikoto» et «Ushinadahime no Mikoto» qui sont des dieux d’exorcisme. Ce sanctuaire shinto était à l’origine à Kitashirakawa (à l’est de Kyôto aussi). Mais il a été détruit dans un incendie en 810. Après, il a été reconstruit en 869 à Okazaki. Il a été brûlé à nouveau en 1531 lors d’une guerre, mais on l’a reconstruit.

Pourquoi on l’appelle le «sanctuaire shintô du lapin» ? C’est parce que son envoyé a été un lapin. Dans les temples bouddhistes et les sanctuaires shinto, ce sont des animaux qui viennent en aide aux divinités. Pour cela, il y a deux raisons : il y avait beaucoup de lièvres à Okazaki autrefois, et enfin, au Japon, on désignait douze directions en suivant le cycle «eto» : par exemple, le nord est le rat, le sud est le cheval, l’ouest est l’oiseau etc, et suivant ces représentations, l’est désigne le lapin.

Comme les lapins ont des portées nombreuses, on croit qu’ils auront des faveurs célestes sur les naissances des enfants. C’est devenu très populaire depuis 1178, à l’époque Heian, parce que la femme de l’empereur de cette époque a visité ce sanctuaire pour avoir un accouchement sans problème.

En général, il y a des statues de chien en pierre appelées «komainu» comme des talismans à l’entrée des sanctuaires. Mais, à l’entrée de ce temple, on trouve des statues de lapin à la place des statues de chien.

En plus il y a une autre statue de lapin au sanctuaire shinto Okazaki, un lapin noir, qui exauce vos voeux si vous versez de l’eau sur sa tête et si vous caressez son ventre.
Venez visiter le sanctuaire shinto Okazaki si vous passez à Kyôto !

Pour y aller : prenez le bus numéro 51 devant la gare de Kyôto. Descendez à l’arrêt Higashitennôchô qui se trouve juste devant le sanctuaire. Il faut environ 30 minutes en bus.

Voici l’adresse de ce temple : 51 Tennô-chô, Okazakihigashi, Ukyô-ku, Kyôto-shi  – Numéro de téléphone : 075 -771-1963

Le sanctuaire Fushimi Inari Taisha

de Ikue Hagimori

 

entrée du sanctuaire Fushimi Inari

Fushimi Inari est un sanctuaire shinto qui se situe au sud-est de Kyôto. Il a été construit en 711 sur le Mont Inari et le pavillon principal a été désigné Patrimoine culturel du Japon.

dans le sanctuaire

De nombreux touristes le visitent pendant toute l’année. Les Japonais s’y rendent surtout au Nouvel An. Pour fêter l’arrivée de la nouvelle année et avoir ainsi une année chanceuse, la coutume veut que l’on visite un temple shinto.

le grand "torii" du temple

Quand les Japonais entendent le nom de ce temple, ils pensent immédiatement aux grands portiques rouges appelés “torii”. C’est «la porte» qui sépare le monde des Dieux et le monde des Hommes. On peut voir un “torii” devant beaucoup de temples au Japon et bien sûr également devant l’entrée du temple Fushimi Inari.

le début du chemin aux 10000 "torii"

tunnel de "torii"

 

C’est en fait la particularité de ce temple. Il y a plus de dix milles “torii” qui forment comme un tunnel sous lequel on peut marcher. Le film, ’’Mémoires d’une geisha’’(2004) montre bien ce passage sous les “torii”.

le renard, emblème du temple

 

 

 

 

 

 

Dans le temple Fushimi Inari, on trouve des statues de renard dans beaucoup d’endroits. Elles représentent les divinités qui gardent le temple. Autrefois, les Japonais pensaient que le renard était l’envoyé de Dieu à Fushimi Inari. Mais dans les autres temples shinto au Japon, on trouve des chiens. Alors, le renard est aussi une caractéristique de ce temple.

encore un renard

un renard

 

 

 

 

 

Pour se rendre à ce temple :
–  ligne JR, gare Fushimi, par la ligne de Nara
–  ligne Keihan, gare Fushimi Inari, par la ligne Honsen.

Heures d’ouverture : tous les jours de 8 h 30 à 16 h 30
(On peut voir les “torii”, tous les jours, même quand le temple est fermé.
Tarif : gratuit

Le sanctuaire Fushimi Inari Taisha

par Kyoko Terada et Mirai Tadano
Le sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社) est un temple shinto situé à Kyôto.
Il a été construit en 711 par Hatauji (qui était coréen) pour rendre hommage à Inari (稲荷), messager de Dieu, chargé de veiller sur les récoltes de riz et sur l’agriculture.

Aujourd’hui, cette divinité représente aussi la prospérité des affaires.

 

entrée du sanctuaire

Le sanctuaire principal de ce temple shintoiste a été ravagé par le feu au moment de la guerre d’Onin qui a eu lieu de 1467 à 1477, guerre due à des querelles de succession entre chefs de clans.

Il a été reconstruit en 1499. Il fait partie des trésors culturels classés du Japon.

 

dans le sanctuaire

Au Japon, il y a environ trente mille temples dédiés à Inari. Celui de Fushimi est le temple principal. On vient y chercher des faveurs célestes concernant la sécurité de toute la famille, la sécurité routière, la prospérité, des progrès artistiques etc.
Chaque année, les trois premiers jours de l’année, plus de deux millions cinq cent mille personnes viennent y prier. La couleur rouge vermillon du sanctuaire qui domine dans ce temple shintoïste et avec laquelle sont peints les «torii» (grands portiques) signifie l’autorité. C’est aussi la couleur d’opposition aux pouvoirs magiques et aux esprits malins.

torii

Le «torii» indique l’entrée dans le domaine de Dieu. Maintenant, à Fushimi-inari, il y a plus de dix mille «torii», grands et petits. 1000 d’entre eux, appelés «senbontorii» forment deux longs chemins que l’on peut parcourir en se promenant.

senbontorii

Informations importantes :

Adresse : 68 Yabuno-chô, Hukakusa, Hushimi-ku, Kyôto-shi

Numéro de téléphone : 075-641-7331

Page web : http://inari.jp
Accès :
・ ligne JR de Nara : descendre à la gare «Inari». Le sanctuaire est tout proche.
・Ligne Keihan : descendre à la gare «Fushimi Inari». Le sanctuaire est à 5 minutes à pied.
・Autobus : descendre à l’arrêt «Inaritaishamae». Le sanctuaire se trouve à 7 minutes à pied.

Heures d’ouverture : 24h sur 24.

Tarif : entrée gratuite.

gare proche du sanctuaire

Le temple Kiyomizu dera

de Mirai Tadano, Yuri Haga et Ayaka Nakai

 

Le temple

Ce temple a un style qui remonte à la période de Nara (en 780). Pour le construire, aucun clou n’a été utilisé, ce qui est une tradition dans tout temple bouddhiste. Il est dressé sur 18 piliers et 139 colonnes. Ce temple est classé Trésor national. La porte “Nio” et la pagode à deux étages sont désignées comme héritage culturel au patrimoine mondial de l’ UNESCO.

La cascade d’Otawa

Elle est connue pour les vertus thérapeutiques de son eau qui guérit les maladies. Sa source se trouve sur le mont Otoha, sur lequel est construit le temple dont le nom signifie d’ailleurs “l’eau sacrée”. Il est dit que si on en boit, on jouit d’une vie longue et heureuse, donc en plus des Japonais, des personnes venues du monde entier visitent le temple Kiyomizu dera pour boire à sa source.

Le temple Jishu

En sortant du bâtiment principal du temple Kiyomizu dera  se trouve, sur la gauche, le petit temple Jishu. On y vénère la Déesse de l’amour. L’heure de la prière est à 9h du matin et à 5h de l’après midi. Une cérémonie a lieu le premier dimanche de chaque mois. Pendant cette fête, on fait le “oharai” et on écoute des prières. Deux grosses pierres symbolisent le chemin de l’amour, amour que l’on trouve (ou retrouve) si on arrive à marcher d’une pierre à l’autre, en fermant les yeux. Ce petit temple fait aussi partie de l’héritage culturel mondial.

Le temple Sanjusangendo

De Chiaki Horiguchi

 

vue du temple

 

 

Le vrai nom de ce temple est <Renge ô in>. Il est inscrit sur la liste des Trésors nationaux du Japon. La façade du bâtiment mesure environ 120 mètres. On appelle ce temple <Sanjûsangendô> parce qu’il y a 33 travées (sanjusan=33, gen=espace) entre les piliers qui le composent. Pour visiter ce temple, le tarif adulte est de 600 yens. On reçoit un billet d’entrée et un dépliant dans lequel se trouvent des explications en japonais, en anglais, en chinois et en coréen. On se déchausse et on entre dans le bâtiment. A partir de là, il est interdit de parler fort et de prendre des photos.

Le long du couloir central se trouvent 1001 statues bouddhiques. La plus grande statue se trouve au milieu du bâtiment, entourée d’autres statues qui sont alignées de la manière suivante : 500 à droite et 500 à gauche. Les statues sont dorées mais elles sont toutes sculptées dans du cyprès du Japon. Autrefois, elles étaient de couleur plus vive, mais maintenant, elles sont moins belles qu’avant à cause de la suie. Elles sont disposées pour qu’il soit facile de les découvrir toutes. Beaucoup de statues ont leur origine en Inde. Elles ont toutes des expressions et des vêtements différents. On dit qu’il y a sûrement un visage représentant une personne que vous aimeriez connaître.Vous trouverez des panneaux explicatifs en japonais et en anglais devant certaines statues.

Derrière les statues sont exposées l’histoire du temple, diverses photos et des maquettes du bâtiment. Il y a des explications en anglais et aussi en braille.

On peut se promener dans le jardin du temple. En marchant autour du bâtiment, on peut mieux apprécier sa grandeur. Dans le jardin a lieu une fête appelée <Toshiya> chaque dimanche le plus proche de la date du 15 janvier, jour de la célébration de l’accession à la majorité (20 ans au Japon). A l’occasion de cette fête, on tire la première flèche de l’année (Toshi ya). Chaque participant doit tirer une flèche depuis la partie nord du bâtiment, sur une cible de 1 mètre de diamètre, placée à 60 mètres dans la partie sud.

Cet exercice est destiné à montrer aux nouveaux jeunes adultes que la vie demande patience et précision. La tradition veut que les jeunes femmes arrivant à la majorité dans l’année, habillées d’un kimono, lancent une flèche sur une cible.

Espérons que vous aurez la chance d’assister à cette fête et d’admirer les 1001 statues de ce temple magnifique.

Le temple Tôfuku ji

de Yuri Haga, Mirai Tadano et Ayaka Nakai

 

La construction de ce temple a été décidée par le Régent Michiie KUJO en 1236. Son nom a été composé à partir du nom de deux temples très connus à Nara : «Tô» du temple «Tôdai ji», qui était le temple le plus grand, à Nara, à cette époque, et de «Fuku», qui était le temple le plus prospère à Nara, à cette même époque. Michiie Kujo  souhaitait que le temple Tôfuku ji devienne comme ces deux temples. Ce temple bouddhique est très grand. Sa surface est de 231 000 km2. Il compte de nombreux bâtiments : 24 aujourd’hui mais il y en a eu jusqu’à plus de cinquante, dans le passé. C’est le siège de l’école Rinzai de la secte Zen.

Plusieurs parties de ce temple sont classées comme «propriétés culturelles importantes» :

  • la porte principale «sanmon», qui est la plus ancienne porte de temple du Japon et qui date de l’époque de la construction du temple en 1236 ;
  • la salle de méditation Zendô qui date de 1347 ;
  • le Yuya, qui date du 15 ème siècle ;
  • la salle de Bouddha Butsuden qui a été reconstruite entre 1932 et 1934 ;
  • et plusieurs jardins.

Le jardin «Hassô» a été fait par Shigemori Mirei (1896-1975), un grand maître dessinateur de jardins. Il a été achevé en 1939. C’est un jardin de pierres, disposé en îlots dans une mer de sable, aux quatre coins de l’horizon. A l’est se trouve la partie la plus célèbre, le «Grand Chariot» (hokuto no niwa), fait de 7 pierres cylindriques.

le jardin de pierres "hassou"

Il y a aussi trois ponts très connus, dans ce temple. Ils s’appellent «Gankyo», «Engetsukyo» et «Tsutenkyo», le plus célèbre des trois, parce qu’il est entouré d’érables importés de Chine. Le spectacle des feuilles jaunies, en automne, est magnifique. La pointe de chaque feuille se teinte d’or, de jaune et de rouge. Les visiteurs viennent admirer la beauté du contraste des couleurs du feuillage avec le vert des montagnes à l’horizon. Lorsque les feuilles commencent à rougir, elles forment comme des nuages rouges qui flotteraient dans le ciel.

le temple Tôfuku ji vu du pont Tsutenkyô

paysage d'automne vu du pont Tsutenkyô

 

Comment y aller : (quartier de Higashiyama)

  • en bus de ville, lignes 202,207,208
  • en train, ligne Keihan, JR (gare Tôfuku ji)

Ouvert de 9h à 16h30 (en novembre 8h à 16h30)

Tarifs: 400 yens pour le temple, 400 yens pour le jardin