Le temple Myôshin ji

November 23, 2012

par Yuki Kita et Shiori Masutani 

1. Présentation du temple Myôshin ji

C’est un temple bouddhiste qui pratique la méditation silencieuse, appartenant à l’école Myôshin ji du bouddhisme zen Rinzai situé à Kyôto. Il a été édifié en 1432. Les gens de Kyôto l’appellent «le palais impérial de l’ouest» et connaissent bien le temple Myôshin ji. Beaucoup de gens le visitent. Il y a 46 temples dans l’enceinte de Myôshin ji. On peut voir une salle de conférence et un bain classés ” Bien culturel” et la cloche Myôshin ji classée “Trésor national”. On trouve beaucoup d’autres choses magnifiques à voir. 

Il y a beaucoup de biens classés “Bien culturel” et de jardins naturels dans ce temple, c’est pour ça que nous y sommes allées.

2. La cloche

C’est la plus ancienne cloche estampillée du Japon. Elle a été faite sur l’île de Kyushu en 698. Maintenant, elle est gardée dans une salle de conférence.

bâtiment ou se trouve le bain "akechiburo"

3. Le bain “akechiburo”  

Nous avons visité le bain appelé “akechiburo”  parce que nous voulions voir un bain à l’ancienne. “akechiburo”  est un ancien bain public sur le modèle des bains de vapeur turcs qui date de1587.

La baignoire

salle de bain ancienne

Au centre, il y a un grand bassin et un lieu pour se laver. Au Japon, on se lave avant d’entrer dans la baignoire donc il y a toujours un lieu pour se laver avant d’entrer dans un bain.

Ce bain a été créé à l’époque Azuchi Momoyama (1573 -1600) pour célébrer un office en l’honneur de l’âme de Mitsuhide Akechi qui était un grand shogun (les shogun étaient les grands généraux de l’époque). Il y a aussi un lieu pour se reposer.

Un lieu pour se reposer

salle de repos après le bain

Il n’y a plus de salle de bain traditionnelle dans les maisons modernes donc c’est précieux et très charmant. Nous avons été très émues.

Pour visiter cet ancien bain public, le billet coûte 500 yens pour un adulte, 300 yens pour un collégien, lycéen ou étudiant et 100 yens pour un écolier. Les visites sont possibles de 9h10 à 15h40, toutes les 20 minutes et entre 12h00 et 13h00, seulement une fois.

4. Faire de la méditation au temple

On peut pratiquer la méditation zen (“zazen” en japonais) au temple Myôshin ji. On appelle les séances publiques de méditation zen en groupe «taishûzendou» ou «zendoue». Il n’est pas nécessaire de réserver.

La première possibilité : il y a une séance de méditation tous les samedis à 17h30 et tous les dimanches à 9h00 (sauf les jours fériés et les mois de janvier, août et décembre). Cela coûte 1000 yens.

La deuxième possibilité : les 6,7 et 8 de chaque mois, pendant 3 jours de 6h00 à 7h30 (sauf les jours fériés et les mois de janvier, août et décembre). Cela coûte 500 yens.

Si vous allez au temple Myôshin ji, vous pourrez vous aussi être émus !

Adresse du temple : 64, Myôshin-ji, Hanazono, Ukyo-ku, Kyôto  

Tél : 075 – 461- 52 -26

Pour y aller : depuis la gare de Kyôto, prenez le bus numéro 26 et descendez à l’arrêt Myôshinjikitamonmae ou avec le train jusqu’à la gare de Hanazono et c’est tout près.

 

 

 

La fête des fantômes

par Yuta NAKANO

1) Qu’appelle-t-on et où se trouve la rue des fantômes ?

La rue des fantômes se situe rue Taisyougun et se trouve dans le prolongement de la rue Ichijô à Kyôto. La rue est bien connue par les habitants de la ville. Ils l’appellent «la rue des fantômes» ou «la rue commerçante des fantômes», en japonais yokai syotengai 妖怪商店街 : yokai signifie fantôme et syotengai, magasin.

Il y a 30 magasins environ, parmi lesquels une boulangerie, une épicerie, une poissonnerie, une papeterie, un fleuriste, un antiquaire, une boutique de tsukemono (pickles) et une boutique de mochi (gâteau à base de riz préparé et passé au pilon). Chaque magasin a un fantôme comme mascotte. Ils sont très mignons et uniques. De plus, non seulement il y a des objets de première nécessité mais il y a aussi des objets relatifs aux fantômes !

T-shirts avec des motifs de fantômes

2) Pourquoi on l’appelle yokai syotengai ?

Le surnom donné à cette rue vient de la tradition qui disait que beaucoup de fantômes appelés tsukumogami, représentés par des instruments, marchaient souvent en pleine nuit dans la rue, il y a 1000 ans environ. On appelle leurs apparitions «hyakki yako», ce qui veut dire «cent fantômes marchent» : hyakki signifie cent fantômes, yako signifie sortir la nuit. De plus, dans d’autres régions, surtout à la campagne, des ogres apparaissent aussi. Au Japon, on croit que les instruments employés pendant longtemps deviennent les fantômes de ceux qui les ont utilisés. Une légende japonaise dit que “ les instruments âgés de plus de cent ans deviennent des fantômes et incarnent des personnes”.

Dans la religion traditionnelle japonaise, la religion shintô, signifiant « la voie du divin », on croit que toutes les choses ont une âme et que les huit millions de dieux qui existent ont différents visages dans tout le pays. Par conséquent les montagnes, les rivières, les arbres, le ciel etc. sont des dieux. La légende dit que les tukumogami sont proches d’eux.

baguettes et bijoux de fantaisie pour la fête des fantômes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

divers petits objets pour la fête des fantômes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

personnes déguisées à la fête des fantômes (elles ne parlent pas)

3) La fête des fantômes

On l’appelle «Mononoke ichi» モノノケ市. Mononoke signifie aussi fantôme. La fête a lieu cinq ou six fois par an au temple shintô Taisyogunhachi qui se trouve près de la rue Taisyougun. Beaucoup de gens s’y rassemblent pour vendre sur des étalages des objets relatifs aux fantômes. De plus, il y a un concert et une exposition de “fantômes” chaque année. On peut voir une momie de fantôme.

affiches annonçant la fête

 Les stands pendant la fête

bijoux de fantaisie, insignes, bagues, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

divers accessoires et petits objets

 

 

 

 

 

 

 

bouteilles de saké (20° environ)

 

vendeurs pendant la fête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vendeurs d'objets faits maison

 

 

 

Ils sont très gais et gentils !!

 

 

 

 

 

Une association s’occupe de l’animation de la rue des fantômes. Elle s’appelle Taisyogun Syotengai Yokai street Mononoke Ichi no Kai 大将軍商店街妖怪ストリート モノノケ市の会.

Venez visiter la rue des fantômes !!

Vous rencontrerez des personnes merveilleuses et des fantômes bien sûr !!!

 

Au temps de l’époque Edo ~Eiga mura, le village du cinéma~

Par Akiko Matsuda et Sakura Yonaha               

entrée du village du cinéma Eiga mura

Kyôto est une ancienne capitale du Japon. Nous étudions le français à l’université des Etudes étrangères de Kyôto et il y a aussi des étudiants étrangers qui apprennent la culture japonaise dans notre université.

Nous allons vous présenter un site touristique où l’on peut sentir la culture traditionnelle japonaise. C’est le Village du cinéma appelé Eiga mura : « eiga » signifie « cinéma » et « mura » veut dire « village ». En arrivant devant le parc Eiga mura, on peut déjà voir un mur blanc très long, comme dans les résidences de l’époque Edo (1603-1867). Il y a une grande entrée lorsque vous pénétrez à l’intérieur du parc. Comme il y a beaucoup de touristes étrangers, il y a des brochures en 6 langues : par exemple, en chinois, en coréen et bien sûr en anglais. 

brochures sur Eiga mura : 6 choix de langue

Il y a un endroit avec une télévision où l’on peut regarder le film Koumon Mito  qui montre la poursuite des bandits par Mitukuni TOKUGAWA (seigneur féodal de cette époque), film très connu de tous les Japonais.

Dans le parc, des acteurs jouent des scènes de la vie de cette époque dans un décor historique. Vous pouvez voir une rangée de maisons de l’époque Edo. Les bâtiments sont en bois. Sont reconstitués : un bain public, Yoshiwara qui est un lieu où les hommes achetaient du plaisir donné par des femmes, un salon de thé, une garnison de Shinsengumi (police des samuraïs). Certains de ces décors ont servi dans des films.

Vous pouvez prendre des photos. Vous pouvez parfois voir des figurants, des femmes en kimono de l’époque ou des samuraïs. Si vous voulez les prendre en photo, vous pouvez leur demander. Vous pouvez voir aussi des expositions ou des vrais tournages de films si vous avez de la chance. Vous pouvez y assister librement, mais vous ne devez pas déranger.

Il y a plusieurs activités gratuites possibles. Par exemple, vous pouvez étudier le cinéma et le dessin animé dans la salle de la culture du cinéma et dans le musée des dessins animés Toei. De plus, vous pouvez apprendre le combat d’épée comme dans les films historiques, regarder des spectacles de Ninja (espions de l’époque) et voir des saltimbanques de l’époque Edo. Les figurants peuvent aussi vous servir de guide dans le village et vous pouvez aussi porter des vêtements d’époque vous aussi. Nous pensons que cela peut être un souvenir agréable pour vous.

Le parc est très grand. Il y a des aires de repos et des endroits pour manger au Village du cinéma.                                 

théâtre de kabuki, Nakamura za

                     

pont traditionnel en bois

Voici six endroits où vous pouvez prendre de belles photos : le vieux pont traditionnel, le décor du film « Mitokoumon »,  la rue Yoshihara, le pousse-pousse, le théâtre de kabuki Nakamura za et la Maison des Ninja.

Un souvenir populaire

Nous avons interviewé un vendeur de souvenirs et il nous a expliqué que les souvenirs les plus populaires auprès des touristes étrangers étaient : les sceaux des Maiko (jeunes Geisha), les sabres, les porte-clés du Temple d’or, les parapluies traditionnels en papier « wakasa », les cartes postales, les gâteaux et les éventails.

Si vous venez à Kyôto, après vos visites dans les temples shintô ou bouddhistes, visitez aussi le Village du cinéma !

Pour visiter Eiga mura, vous pouvez acheter un billet à la réception ou au distributeur à l’entrée du parc :

tarif adulte : 2 200 yens, tarifs élève et étudiant : 1 300 yens, tarif enfant de moins de 4 ans : 1100 yens et tarif groupe (plus de 25 personnes) : réduction possible.

Pour y aller :

De la gare de Kyôto, prenez le bus numéro 71, 72 ou 73 et c’est tout près.

Depuis l’université de Gaidai, vous prenez le bus 91 ou 75.

La grande statue “jizô” du temple Suzumushi dera

de Saori Shimada

 

Le temple Suzumushidera date de 1723 : «sumushi» signifie grillon en français et «tera» veut dire temple (la transformation du «t» en «d» forme la liaison entre les 2 mots). Dans ce temple, on peut voir et entendre beaucoup de grillons dont le chant évoque le son d’un grelot. On peut les voir toute l’année.

Mais ce temple est aussi très connu pour ces statues votives souvent de formes humaines très simples que l’on trouve en général dans les jardins et les cours des temples ou au bord des chemins. On les appelle «jizô».

Description d’un «jizô»

le grand "jizô" au temple Suzumushi dera

En général un «jizô» est de religion bouddhiste. Il représente le dieu protecteur des enfants. «jizô» signifie «bébé» donc la statue porte toujours des vêtements rouges parce que le rouge signifie la couleur de la vie et elle protége des malheurs aussi.
Ici, à Suzumushidera, un des «jizô» de ce temple a une double vertu. En général, un «jizô» n’a qu’une seule qualité donc le grand «jizô» de ce temple est unique au Japon.
Le grand «jizô» que vous voyez au centre de la photo ci-dessus, a une double vertu parce que son pouvoir se prolonge jusque chez vous, pour exaucer votre vœu.

Pendant la venue au temple, les visiteurs sont rassemblés dans une pièce et écoutent un discours dit par un supérieur de ce temple bouddhique, sur la vie. Ensuite chacun fait un vœu devant ce grand «jizô». Pour cela, on joint les mains tout en serrant le porte-bonheur jaune du temple, on donne son adresse et son nom «à ce grand jizô» et enfin on fait un voeu. Il est très important de ne faire qu’un seul voeu et après, de toujours porter sur soi son porte-bonheur. Vous le trouverez au temple. Si vous avez un vœu à faire, allez à Suzumushidera, ainsi votre vœu se réalisera.

Les environs du temple de Suzumushidera sont très calmes donc c’est possible de se relaxer.

Pour aller au temple Suzumushidera :

En train : prenez la ligne Hankyû, descendez à la gare de Matsuo. Ensuite vous marchez environ 15 minutes au sud.

En bus :

  • de ville (les bus verts) : prenez le bus numéro 28 en direction de Daikakuji, descendez à l’arrêt Matsuotaisha et c’est à 15 minutes à pied.
  • de Kyôto (les bus marron) : prenez les bus numéro 73 ou 83 en direction de Suzumushidera, descendez au Terminus et c’est à 3 minutes à pied.
    Voici les coordonnées du temple :
    Adresse : 京都府京都市西京区松室地家31
    Tél :075 – 381 – 3830

Le temple Ryôan ji

de Saori Shimada

Le temple

entrée est du temple

Le temple Ryôan ji a été construit en 1450 à l’ère Muromachi. Il est situé au nord-ouest de Kyôto pas loin du Temple d’or. Son jardin zen (aménagé en 1499), très célèbre, fait 22 mètres de long d’est en ouest et 15 mètres de large du sud au nord. Il comporte essentiellement des cailloux, du sable et des pierres ornementales appelées «karesansui», que l’on appelle aussi un jardin sec. Le jardin tout entier est nommé «karesansui». Le tout représente des montagnes et des rivières.

Le jardin

Il compte 15 pierres. On ne peut pas toutes les voir d’un seul coup d’oeil. Ce jardin a été dessiné sur une pensée zen (religion bouddhiste) dont la philosophie est d’orienter son coeur en se concentrant sur une seule chose à la fois. On ne sait pas qui a imaginé et créé ce jardin «karesansui».
Pour l’Orient le chiffre 15 signifie la perfection et le chiffre 14 signifie l’imperfection. Le mur entourant ce jardin est fait avec de l’argile.
Nous pouvons trouver beaucoup d’explications sur la signification de ce jardin sec. Par exemple : le sable représente la mer, les pierres sont les îles. Une autre explication est que les 15 pierres expriment une nuit de pleine lune. Mais on peut l’interpréter plus simplement en appréciant le calme et le charme du jardin. Quand vous voulez vous relaxer et si vous avez besoin de silence, allez au temple Ryôan ji. Vous pourrez ainsi avoir une «expérience zen». Dans ce temple il y a aussi un étang très célèbre. A chaque saison, il est très différent. Regardez la photo ci-dessous, c’est une vue prise en automne !

 

L’étang du temple

Il y a aussi un joli parc où vous pouvez vous promener.

 

vue sur l'étang

 

Comment aller au temple Ryôan ji ?

En bus de ville (les bus verts) :

  • depuis la gare de Kyôto (ligne JR), prenez le bus numéro 50, descendez à l’arrêt Ritumeikandaïgakumae et c’est à 7 minutes à pied en direction de l’ouest.
  • depuis la gare de Sanjyo (ligne Keihan), prenez le bus numéro 59, descendez à Ryoanjimae.
  • depuis la gare de Shijo Omiya (ligne Hankyu), prenez le bus numéro 55, descendez à l’arrêt Ritumeikandaïgakumae, ensuite marchez environ 7 minutes en direction de l’ouest.

Les feuillages d’automne

de Mirai Sakajiri

 
 
Allons voir les feuillages d’automne !

Au Japon, les arbres et montagnes se colorent de jaune et rouge en automne, et tout le monde va les admirer dans beaucoup d’endroits réputés pour la beauté de ce spectacle saisonnier. On boit le thé de cérémonie, on fait des photos : chacun a sa manière goûte ce moment. La plupart de ces endroits se trouvent à Kyôto parce qu’il y a beaucoup de temples.

 

Arashiyama

Je vais vous présenter des temples situés à Arashiyama. C’est aussi un site bien connu pour ses feuillages d’automne. Voici donc deux temples du quartier de Arashiyama, à l’ouest de la ville de Kyôto.

Hôgon in

Voici tout d’abord le temple Hôgon in, à Arashiyama bien sûr. Son jardin et ses bâtiments sont souvent utilisés pour des représentations théâtrales historiques et pour des prises de vue de cinéma.

Il a été construit par Yoriyuki Hosokawa en 1461 mais il a été détruit pendant la guerre de Onin, de 1467 à 1477. Il a été reconstruit : les travaux ont duré 20 ans et se sont terminés en 1593.

Ce temple est bien connu pour son jardin, appelé « shishiku». Beaucoup de gens le visitent, particulièrement en automne. Ce jardin, construit à l’époque Nara, (de 710 à 784) (ou Edo (de 1603 à 1867)), a la forme d’un cercle, qui permet de voir différents paysages.

En automne, le temple est ouvert le soir et est illuminé. Dans l’allée principale d’accès au temple, les feuilles commencent à changer de couleur vers la fin novembre. En décembre, le spectacle est à son comble.

Jôjakkou ji

Ryoi Suminokura a construit ce temple en 1596 sur l’emplacement d’une ancienne villa de Sadaie Fujiwara : c’est un poète de l’époque Heian (de 794 à 1185) très célèbre. Cette villa est appelée «shigure tei».

En automne, toutes les montagnes environnantes sont recouvertes d’arbres aux feuilles jaunies et rougies. L’ambiance est très solennelle.
On s’y promène en grimpant et en descendant les différents versants des collines.

Le petit tramway “randen”

de Mirai Sakajiri

«Randen» est le nom populaire désignant la ligne de tramway principale pour aller à Arashiyama : Arashiyama Honsen (au nord-ouest de Kyôto).

l'unique rame du tramway "randen"

La gare de départ est Shijô Ômiya et le terminus est la gare de Arashiyama. (voir carte ci-dessous)

Le tarif du billet – 200 yens pour les adultes et 100 yens pour les enfants – est unique pour tout le trajet.
Cette année, on a fêté le 100e anniversaire de la compagnie ferroviaire Keifuku, la voie ferrée électrique.

autre vue du tramway "randen"

 

Voici une carte du parcours du tramway (en anglais) : en rouge, la ligne principale, la ligne A et en noir, la ligne B. Les deux lignes se rejoignent à la gare de Katabiranotsuji (A9-B1).

 

carte du tramway "randen"

 

La ligne A part de Shijô Omiya (A1), près du centre de Kyôto jusqu’à la gare de Arashiyama. Elle dessert beaucoup d’endroits très touristiques comme :

1 : Arashiyama

(descendre au Terminus, la gare de Arashiyama)

C’est un endroit célèbre pour ses cerisiers en fleurs et les feuillages d’automne. Chaque printemps et automne, beaucoup de touristes visitent ce lieu et prennent des photos. Dès le Moyen Age, la noblesse composait des poèmes sur le thème des cerisiers en fleurs de Arashiyama, pour leur beauté.

2 : Uzumasa Eigamura

(descendre à la gare de Uzumasakôryuji)

Uzumasa Eigamura est un parc d’attraction qui a ouvert en 1975 avec pour thème le cinéma. Il vaut la peine d’être visité. Vous pouvez y voir un spectacle de Ninja mais aussi des comédiens habillés avec des costumes de princesse, de Geisha ou de Maiko (apprentie Geisha). Le billet d’entrée coûte 2200 yens pour les adultes, 1300 yens pour les collégiens et lycéens, et 1100 yens pour les enfants à partir de 4 ans. C’est ouvert de 9 h à 17 h, de mars à novembre et de 9 h à 16 h, de décembre à février.

La ligne B, la ligne de Kitano, part de Katabiranotsuji (B1) et le terminus est la gare de Kitanohakubaïcho (B9) (à l’angle de Nishioji dori / Imadegawa dori).

Chaque printemps, vous pouvez voir beaucoup de cerisiers en fleurs depuis le tramway entre les gares de Utano et Narutaki. Vous pouvez aussi visiter les sanctuaires de Miyôshin ji, Ryôan ji et Ninna ji pour les plus connus.

“Randen” est une petite ligne de tramway très pratique, pas chère et très sympathique pour visiter Kyôto.
Je vous la recommande pour sentir l’atmosphère de Kyôto !

Le temple Tenryu ji

de Yuki SUGASAWA

Le temple

Tenryu ji 天龍寺 est un temple bouddhiste. Son nom veut dire «temple du dragon céleste». Il se trouve à l’ouest de Kyôto, à Arashiyama Sagano  嵐山・嵯峨野. Ce temple a été fondé en 1339 par Takauji Ashikaga, pour prier au repos de l’âme de l’Empereur Godaïgo qui y passa son enfance.
Soseki Muso 夢窓疎石 fut un grand bonze qui, pour réunir des fonds, conseilla de faire du commerce avec la Chine (qui s’appelait Gen à cette époque). Les Chinois utilisèrent un bateau nommé «Tenryujibune»  天龍寺船. En 1343, une grande partie de ce temple était déjà construite. Ce grand bonze fut donc à l’origine d’un des temples les plus splendides de Kyôto. Grâce à ses affaires, Takauji Ashikaga gagna beaucoup d’argent avec lequel le bonze construisit un monastère géant, en 1351, qui put recevoir jusqu’à mille personnes .
Soseki est né en 1275 à Mie. Son père vient de la famille Genji 源氏  et sa mère, de Heïshi 平氏. Lorsqu’il eût 4 ans, il apprit la façon de réciter son bréviaire et de prier le Bouddha par sa mère. Il l’adorait. En 1283, à l’âge de 9 ans, il alla au temple de «Teïenzan 平塩» où il continua l’étude des prières avec son père. À 19 ans, il alla à Nara où il reçut les préceptes du bouddhisme qu’il continua d’étudier jusqu’au décès de son maître. Cette mort, douloureuse pour lui, le fit réfléchir sur son manque de connaissance sur la vie et la mort. A partir de cette disparition, il se passionna de plus en plus pour le bouddhisme.

Dans le temple de Tenryu ji, il y a cinq statues de Soseki. Ce temple a brûlé huit fois depuis sa création. L’édifice actuel date de l’ère Meïji. Hideyoshi Toyotomi, un chef de guerre à l’époque Azuchi Momoyama (1540 – 1590), donna aussi beaucoup d’argent pour reconstruire ce bâtiment. Son jardin fait partie du Patrimoine culturel mondial.

Autour du temple Tenryu ji

On trouve d’autres temples autour de Tenryu ji. Il y en a environ sept, voire davantage, très différents les uns des autres.

Il y a également une forêt de bambous. Quand on y entre, on peut sentir la fraîcheur. Les touristes étrangers peuvent éprouver les mêmes sentiments de bien-être que les Japonais.

Si vous êtes un peu fatigué(e), je vous conseille de prendre le train touristique «torokko ressha», un train à wagonnets de style ancien. On peut redescendre en bateau par la rivière Hozugawa. En automne, les feuilles rouges sont vraiment belles ! Mais attention ! Il fait très froid, donc habillez – vous chaudement !

Pour aller au temple Tenryu ji :

En train : ligne Keïfuku, gare la plus proche : Arashiyama
Ouverture : de 8h30 à 17h30, de 7h30 en octobre
Droit d’entrée : 500 yens

Le temple Ryôan ji

de Ayaka NAKAI, Ai FUKUMITU et Kyoko TERADA

Le temple

Le temple se trouve au nord-ouest de la ville de Kyôto. Il possède un magnifique jardin qui a été aménagé sur un terrain très vaste en 1450 par un noble, Katsumoto Hosokawa.

«Ryôan ji» en japonais 竜安寺 ou 龍安寺 signifie “Temple du repos du dragon”.

L’espace est composé d’un grand étang et d’un petit jardin de pierres, très connus au Japon et souvent à l’étranger. On peut se promener autour de l’étang et admirer le jardin. C’est un endroit très calme, très reposant, je crois.

Depuis 1994, le temple «Ryôan ji » est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco et fait partie de l’héritage culturel mondial.

 

vue sur l'étang

 

Le jardin de pierres

Ce jardin est en fait tout petit : 25 mètres de long sur 10 mètres de large. Il a une forme rectangulaire et c’est un jardin très simple, dans l’esprit zen.
D’influence chinoise, il a été dessiné par le peintre Soami, né aux alentours de 1445 et mort en 1525. Il a été réalisé par le moine Tesshu.

Ce jardin zen est complètement différent des jardins nobles et luxueux datant du Moyen-âge. Il représente un paysage de montagne et une rivière, grâce à des pierres et du sable, sans utilisation d’eau courante. Dans le jardin, il n’y a pas d’arbre mais il y a 15 rochers qui sont arrangés en 5 groupes, à partir de la gauche, combinés de la façon suivante 5, 2, 3, 2 et 3, posés sur du sable blanc. Le jardin est clos par un mur bas, très ancien, selon la tradition zen, fait avec de l’argile mélangée à de l’huile bouillie.

 

maquette du jardin de pierres

 

Les temples Anraku ji et Suzumushi dera

de Yuri Haga, Mirai Tadano et Ayaka Nakai

Le temple Anraku ji

Le temple Anraku ji est très ancien puisqu’il a été établi au début du XIIIe siècle, en l’honneur de deux bonzes martyrs : Anraku et Juren. Il porte aussi le nom de temple «Matsumushi, Suzumushi» en souvenir de deux princesses. Go Toba était un chef très puissant et très influent de cette époque. Matsumushi et Suzumushi étaient ses favorites. Lorsque Go Toba ordonna, pour des raisons politiques, l’exécution des bonzes Anraku et Juren, les deux femmes furent très tristes et se suicidèrent. Leurs tombes se trouvent dans ce temple. Pendant longtemps, le temple resta délabré mais en 1681, il fut reconstruit en l’honneur des deux princesses.

 

dans le jardin du temple

Dans le jardin du temple, on peut voir beaucoup d’azalées en mai et juin. Chaque année, le 25 juillet, des citrouilles sont offertes aux visiteurs du temple, parce qu’on dit que la citrouille est un excellent aliment pour prévenir les maladies.

 

 

dans le temple Anraku ji

 

Le temple Suzumushi dera

Comme souvent à Kyôto, ce temple porte deux noms : son vrai nom est “Myo tokuzan Kegon ji”. Il a été construit en 1723 par Hôtan shonin, dont la statue se trouve dans le temple. Le temple Suzumushi porte ce nom parce que des grillons (suzumushi) chantent toujours dans le temple.

Un jour, un bonze du temple entendit le chant de cet insecte et fut inspiré par la religion zen. Il décida de donner ce nom au temple afin que chacun puisse suivre cette même voie vers cette religion. Cet insecte peut vivre environ 110 jours, mais il chante seulement de 40 jours à 50 jours. Le bonze du temple Suzumushi fut ému par cela. Il étudia un peu plus la vie de cet insecte et favorisa leur présence dans le temple pour que l’on puisse y entendre son chant pendant toute l’année. Aujourd’hui, le temple compte plus de 3000 grillons.

Venez au temple, pour y écouter le chant des grillons «suzumushi» et peut-être trouver ainsi l’inspiration zen !

dans le temple Suzumushi dera

Pour aller au temple Anraku ji :

*Adresse : 21 Shishigatani Goshonodan-chô, Sakyo-ku, Kyôto, 606-8422
*Téléphone : (075) 771 5360
*Heures d’ouverture : de 9h30 à 16h30
*Prix de l’entrée : 400 yens
*Arrêt d’autobus : à 5 minutes à pied de l’arrêt Menrin

entrée du temple Suzumushi dera

Pour aller au temple Suzumushi dera :

*Adresse: 〒615-8294 31 Matsumurojike, Nishikyo-ku, Kyôto
*Téléphone: 075-381-3830
*Heures d’ouverture : de 9 h 00 à 16 h 30
*Prix de l’entrée : 500 yens pour les adultes et 300 yens pour les moins de 16 ans. Un thé et une confiserie vous seront offertes.
*Arrêt d’autobus : Terminus du bus 73 (ou 83) depuis la gare de Kyôto (une heure de trajet environ).