La colline Funaoka

January 21, 2016

Pauline Masson

La colline Funaoka, haute de 112 mètres, est située au nord de la ville de Kyoto. Au temps où Kyoto était la capitale impériale au Japon, à l’époque Heian (période de 794 à 1185 ), cette petite montagne était le point de référence nord de la capitale.

 

 La colline Funaoka

 

Elle était considérée comme un endroit de loisirs et de détente pour les nobles de l’époque. Sei Shonagon, femme de lettres japonaise, mentionne Funaoka dans un de ces poèmes. De nombreuses poésies japonaises appelées « waka » (en opposition à la poésie en langue chinoise), de plusieurs styles comme les « haiku, (poèmes de 17 syllabes), les « tanka » (poèmes de 31 syllabes) ou les « renga » (poésie en chaîne), font allusion à ce petit mont, et également les poètes  Kiyohara Motosuke, le père de Sei Shonagon, ou encore le poète Fujiwara Shunzei.

 

De 1467 à 1477, pendant la guerre d’Onin, qui ouvre la période Sengoku, cette colline devient la base de l’armée dirigée par Yamada Shozen. Le sanctuaire Kenkun est construit en 1869 pour honorer la mort de Oda Nobunaga, un puissant gouverneur féodal (entre le XII ème et XIXème siècle) appelé daimyo, qui a conquis une grande partie du Japon.

Funaoka est aujourd’hui reconnue comme un lieu national historique et protégé.

Au sommet se trouve le parc Funaoka qui offre une vue sur la ville de Kyoto et un espace au calme.

 

espace de detente au sommet

espace de détente au sommet

                     vieil écriteau en pierre Funaokayama

vieil écriteau en pierre Funaokayama

 

Le sanctuaire Kenkun ou Takeisao

Ce sanctuaire est donc dédié à Oda Nobunaga, dont on peut observer le kamon, sigle du clan, à de nombreux endroits dans le sanctuaire.

Nobunaga a été reconnu pour avoir rendu de grands services à l’empire. Le sanctuaire conserve des collections d’armures, le sabre de Imagawa Yoshimoto, un autre puissant daimyo, qu’il a utilisé lors de la bataille de Okehazama.

Comme dans tous les sanctuaires, vous pouvez acheter des amulettes porte-bonheur, « omamori » en japonais.

panneau expliquant l'histoire du sanctuaire

panneau expliquant l’histoire du sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

message de paix

message de paix

 

autel de prière

autel de prière

                                                                          « mayoke» pour se purifier des mauvais sorts


« mayoke» pour se purifier des mauvais sorts

plafond du sanctuaire

plafond du sanctuaire

  escaliers de l'entrée du sanctuaire

escaliers de l’entrée du sanctuaire

 

Le Festival de Funaoka

Chaque année, le 19 octobre, le festival appelé « Funaoka matsuri » est célébré au sanctuaire Kenkun pour commémorer l’arrivée de Nobunaga à Kyoto en 1568. Des jeunes hommes défilent en armure de l’époque médiévale pour représenter l’armée de Nobunaga.

Le bain public de Funaoka

Tout près de la montagne Funaoka, vous pouvez vous relaxer dans un bain public de très bonne qualité. On dit que ce bain serait le premier bain public électrique, c’est à dire que l’eau est chauffée électriquement, elle n’est pas chaude naturellement.

Voici les coordonnées si cela vous intéresse d’y aller : Kyoto, Kita Ward, Murasakino Minamifunaokacho 82-1 (ouvert de 15h à 1h du matin).

Comment se rendre à la colline Funaoka :

Voici l’adresse de cet endroit et comment y aller :

KYOTO KITAKU MURASAKINO KITAFUNAOKACHO 4

京都市北区紫野北舟岡町49   Tél :075-451-0170

Prenez le bus de ville (vert) numéro 206 depuis la gare de Kyoto JR, à destination du terminal KITAOJI. Descendez à l’arrêt Funaokayama. Vous pouvez aussi visiter les temples Daitokuji, Daisenji et le sanctuaire Imamiya à proximité. Vous pouvez vous reposer dans une atmosphère très zen dans le salon de thé qui se trouve à côté du sanctuaire Imamiya et déguster sa spécialité « aburimochi », des brochettes de « mochi », une pâte faite à base de riz bouilli pilé, grillées à la braise d’une façon traditionnelle et boire un bon thé chaud. C’est une friandise très sucrée.

La colline Funaoka n’est pas très visitée durant l’année mais lors des festivals de nombreux visiteurs s’y rendent. Pour monter jusqu’au sommet il faut environ un quart  d’heure de marche car ce n’est qu’une colline. On peut monter en voiture ou à pied.

Je vous conseille de visiter cet endroit traditionnel situé en pleine nature, éloigné des foules de visiteurs. Le sanctuaire Kenkun et la colline Funaoka sont des lieux calmes. Ressourcez-vous auprès des arbres anciens. Bonne visite !

La police spéciale “Shinsengumi”

de Ai KITAGAWA et Saeko SHUHARA

 

 

Vous connaissez la police «Shinsengumi(新選組) »?

C’est une police spéciale. Elle est encore très connue aujourd’hui. Nous allons vous présenter cette police appelée «Shinsengumi» et les endroits liés à son souvenir.

l'emblème de la police "Shinsengumi"

 
«Shinsengumi» est une police spéciale de 1863 à 1869 occupée à surveiller les groupes antigourvernementaux à Kyôto. En général, ce sont des militaires qui forment une patrouille et vont à la recherche des samouraïs cachés qui ont perdu leur souverain. Il y a environ 200 personnes et dans les postes de responsabilité, il y a un chef appelé «kyokuchyo» (局長), un sous-chef «hukuchyo » (副長), un commandant «kumichyo» (組長), un agent secret «kansatsu» (監察)comme dans une armée et aussi un comptable «kanjyo» (勘定) .

Il y a 10 groupes et chaque groupe compte environ 10 personnes.

Kamo SERIZAWA, Isami KONDO, Toshizo HIJIKATA, Keisuke YAMANAMI
et Soji OKITA sont des noms encore bien connus aujourd’hui.

Il y avait des lois très sévères pour entretenir la discipline dans ces groupes

Par exemple :

* Agissez en samouraï !

* Ne vous évadez pas de «Shinsengumi» !

* Ne faites pas de dettes personnelles !

* N’engagez pas de procès à votre guise !

* Ne vous disputez pas entre vous !

Si ces guerriers violaient ces lois, ils devaient mettre fin à leurs jours en faisant «hara-kiri» tout de suite !

L’uniforme et la bannière

Les vêtements portés par les membres de «shinsengumi» sont encore très connus aujourd’hui. Surtout, la veste «haori» est célèbre : c’est une veste ample et courte que l’on porte par dessus un kimono. La veste est bleu-clair avec des motifs en forme de montagne aux poignets.

 

 

la veste courte "haori"

 

 

la bannière des "Shinsengumi"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bannière de «Shinsengumi» comprend le kanji «誠», blanc sur fond rouge. Ce kanji est une abréviation des caractères «誠忠» qui signifient le vrai loyalisme. Et il y a aussi des motifs en forme de montagne en bas comme sur la veste «haori».

On peut porter ces vêtements à Kyôto, dans des magasins pour touristes (c’est payant) comme par exemple à Eigamura (un parc d’attraction ayant pour thème le cinéma) ou près du temple Mibudera.

 

Les endroits commémoratifs

 

 

《Mibudera(壬生寺)》

Mibudera est un temple bouddhiste près de Shijo Ômiya. Dans le passé, ce temple était utilisé comme salle d’exercice. Les membres de «Shinsen gumi» y exerçaient l’art du canon et l’escrime. A Mibudera, il y a une statue du buste de Isami Kondo, le guerrier le plus populaire. Il pince les lèvres et son expression est bien décidée. Des fans ont écrit des petits mots devant le buste.

buste de Isami Kondo

pierre commémorative de Isami Kondo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

《Yagitei(八木邸)》

Yagitei est une maison privée mais aujourd’hui, c’est devenu un petit musée. C’est très connu comme le berceau de «Shinsen gumi», parce que cette maison a été utilisée comme le premier siège de la police《Shinsengumi》.
Yagitei est aussi célébre parce qu’il est le lieu de l’assassinat de Kamo SERIZAWA cité plus haut. A Yagitei, on peut voir encore beaucoup de coups d’épée sur les murs et on peut sentir la tragédie de l’événemment.

au musée Yagitei

 

《Kôen ji(光縁寺)》

Kôen ji

Kôen-ji est un temple bouddhiste près de Mibu dera. Il y a des tombes de membres de cette police spéciale «Shinsengumi» comme celle de Keisuke YAMANAMI un sous-chef du groupe. Comme il y avait l’écurie des chevaux de cette police devant la porte de Kouen-ji, les personnes de ce temple avaient des relations d’amitié avec les membres. Keisuke YAMANAMI (on l’appelait Sannan san) s’est donné la mort en faisant « hara-kiri» parce qu’il s’était évadé du groupe «Shinsen gumi».

 

《L’emplacement d’Ikedaya (池田屋跡)》

 

 

 

Ikedaya

 

Ikedaya était une auberge à Kawaramachi (au centre de Kyôto). En 1864, le clan «Shinsen gumi» a attaqué des personnes qui étaient contre le gouvernement à Ikedaya. Cet événement est encore très connu aujourd’hui.

《Le musée de Shinsengumi (新選組記念館)》

C’est un musée privé dont le propriétaire est fan de ce groupe près de Gojo Ômiya. Dans ce musée, il y a des photos de Isami KONDO et de Toshizo HIJIKATA. Il y a aussi des livres et des documents précieux.

documents sur cette police spéciale

 

musée privé sur "Sinsengumi"

Si vous allez dans tous les endroits que nous avons cités, vous éprouverez peut-être les sentiments qu’éprouvaient les membres de «Shinsen gumi».

Allons explorer les centres historiques pour bien ressentir l’histoire de Kyôto !

La Villa impériale de Katsura

de Kayoko HASHIMOTO

la Villa impériale de Katsura

le jardin de la villa

la villa

l'étang dans le jardin

la villa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La villa impériale de Katsura a été construite au XVIIe siècle pour l’Empereur. Depuis lors, cette villa n’a guère changé, parce que elle n’a jamais pris feu. Rappelons que beaucoup de bâtiments historiques ont souvent été endommagés par le feu, dans les siècles passés, au Japon.
Cette villa est formée d’un jardin japonais dans lequel se trouve une grande pièce d’eau, et de bâtiments à l’architecture traditionnelle japonaise. On peut prendre plaisir à se promener le long de l’étang. Ce jardin est très joli, parce qu’il mélange l’environnement naturel et un environnement travaillé par la main de l’homme. Il est toujours très agréable, quel que soit le temps. Les bâtiments sont construits en hauteur pour être protégés des inondations. La rivière Katsura coule près de là. Si vous voulez visiter la villa impériale de Katsura, il faut réserver (*) quelques jours avant.

*Comment réserver :

[1] Par correspondance

Vous écrivez la date souhaitée de votre visite, puis, vous l’envoyez à la villa impériale de Katsura, qui vous répondra rapidement.

[2] Au guichet

Vous pouvez réserver au guichet de la villa impériale de Katsura, il faut alors montrer votre carte d’identité.

[3] Par internet

L’adresse est : http:/ /Sankan.kunaicho.go.jp

Après avoir rempli un formulaire, vous recevez votre permis de visite.

*Pour réserver, il y a beaucoup de règles à suivre, écrites sur le formulaire de réservation. Lisez avec attention les points essentiels.

La Villa Shisendo

de Emi Tsubota 

La villa

La Villa Shisendo est située au nord-est de Kyôto. Elle se trouve dans une rue bordée de vieilles maisons. Pour y aller, on passe par la rue Shirakawa. Des arbres ginko bordent cette grande rue où l’on peut se promener, comme sur les boulevards de Paris.

 

entrée de la villa

Si vous y flânez en automme, vous serez touché(e) par la beauté des couleurs, puisque les feuilles des ginko se colorent en un très beau jaune.

le jardin de la villa en automne

le jardin de la villa

C’est dans la Villa Shisendo que Jogan Ishikawa, poète et savant renommé de la période Edo, a passé les dernières trente années de sa vie. Le plus grand charme de cette villa est certainement son jardin, aux paysages parfaits. Je vous conseille de vous y asseoir, tranquillement, et d’écouter le son du bambou 「Koo……n」, appelé “shishiodoshi”. Autrefois, ce son permettait de défendre le jardin contre la visite des cerfs et des sangliers. Maintenant, ce rôle a disparu mais la résonnance du bambou à intervalles réguliers, dans le silence du jardin, ressemble à une conversation avec la nature et sa flore, entre les arbres et les fleurs.

le jardin

la villa en automne

 

Le jardin

L’eau

Les jardins japonais ont souvent une pièce d’eau, comme à la Villa Shisendo. Au Japon, le rôle naturel de l’eau, dans les jardins, est d’apporter du bien-être, du calme. En France aussi, l’eau joue un rôle important dans les jardins mais c’est souvent un rôle artificiel : dans des fontaines, des jets d’eau, des cascades sur du béton, …

Quels sont les caractères de l’eau, pour les Japonais ?

1. L’eau = la sainteté : elle purifie le coeur des hommes.

2. L’eau = le romantisme : on imagine souvent un autre monde, dans les mers ou les lacs.

3. L’eau = l’onde des rêves : elle est comme un miroir. L’eau = l’idéal + la réalité.

Le jardin est un endroit si beau que même les éléments artificiels se fondent dans la nature. A la Villa Shisendo aussi.