Balade à Kawaramachi

February 17, 2017

Kyoto est une ville japonaise très populaire dans le monde entier. Il y a beaucoup de sites très touristiques à Kyoto. Quand vous entendez parler de « Kyoto », qu’est-ce que vous imaginez ? Bien sûr, vous connaissez certainement les monuments historiques et la ville culturelle traditionnelle mais est-ce que vous connaissez la ville plus moderne et actuelle ? On  aime s’y promener et découvrir des petites échoppes.

Nous allons vous présenter des endroits sympas dans le quartier de Kawaramachi, au centre -ville de Kyoto. Tout d’abord, nous allons aller dans un petit stand de poulet frit qui s’appelle Umeshin. On peut manger du poulet à sept goûts différents : sauce barbecue, salé et poivré, assaisonné au sel à la prune, thé vert, très épicé, aillé, citronné ou avec une sauce typiquement japonaise appelée « ponzu ». C’est délicieux. Et il y a plusieurs tailles de quantité possibles : petite (S), moyenne (M) et grande (L).

C’est très populaire. C’est tout petit mais il y a toujours beaucoup de monde. La vendeuse est gaie et gentille et très communicative. Elle peut parler anglais aussi. Cette petite boutique est située à 300 mètres de la gare de Hankyu Kawaramachi près de la rue Teramachi.

 

 %e3%81%86%e3%82%81%e3%81%97%e3%82%93            stand « meshin » %e3%82%81%e3%81%ac                menu

 

Puis, si vous n’avez jamais bu de thé « matcha », si c’est la première fois, vous allez vite vous y habituer parce qu’on en trouve dans beaucoup de desserts ou boissons comme par exemple dans des parfums de glaces, de parfaits, de smoothie etc… .

Allez dans le salon de thé qui se trouve au coin des rues Shijo dori et Kawaramachi doriIl y a un menu en anglais avec des photos.

thé vert « matcha »

thé vert « matcha »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez la culture traditionnelle japonaise en vous promenant. Connaissez-vous la pièce de tissu appelée« tenugui » et celle, un peu plus grande, appelée « furoshiki » ?

Elles font partie des objets traditionnels de Kyoto. Les personnes âgées utilisent encore le carré de tissu « furoshiki » pour emballer les choses qu’ils transportent comme par exemple des aliments, des vêtements, etc. C’est très pratique ! Le tissu appelé « tenugui » est utilisé, comme une petite serviette de toilette, lorsqu’il fait chaud l’été par exemple ou quand on marche. Maintenant, il y a beaucoup de modèles donc on a le choix de beaucoup de motifs différents. Ce magasin est au coin des rues Shijō dori et Kawaramach dori.  Si vous voulez rapporter des souvenirs de Kyoto, nous vous recommandons ces deux étoffes car vous n’en trouverez qu’au Japon.

 

 

Furoshiki

“furoshiki”

%e3%81%a6%e3%81%ac%e3%81%90%e3%81%84

“tenugui”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre promenade. Si vous avez encore faim, vous pouvez aller manger des  « ramen ». C’est un grand bol de nouilles chinoises dans un bouillon avec des légumes et de la viande (voir photo ci-dessous). C’est très populaire au Japon. Il y a beaucoup de restaurants de « ramen » à Kyoto. Si vous avez envie d’en manger, aller dans le restaurant Inoichi situé au coin des rues Shijo dori et Teramachi dori. Ce restaurant est bien situé dans le centre-ville. On peut choisir entre quatre bouillons différents : à base de crevettes, de poulet, de boeuf et à base de sauce de soja. Nous vous recommandons celui de la photo, le bouillon à base de poulet. Sur les nouilles, il y a une moitié d’œuf, du rôti de porc, de l’oignon vert émincé et une feuille d’algue sèchée. C’est délicieux. On peut ajouter d’autres plats au bol de nouilles. Nous vous recommandons le bol de riz avec du tōfou et une coquille Saint-Jacques. C’est très bon.

 

 

%e3%82%89%e3%83%bc%e3%82%81%e3%82%93

nouilles “ramen” avec un  bouillon à base de poulet

%e3%82%89%e3%83%bc%e3%82%81%e3%82%93%e3%80%80%e3%83%a1%e3%83%8b%e3%83%a5%e3%83%bc

menu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au centre-ville, à Kawaramachi, il y a beaucoup de magasins où vous pouvez faire du shopping tout en découvrant les spécialités traditionnelles et plus modernes de Kyoto. Allez vous aussi vous promener à Kawaramachi et sentir l’atmosphère de Kyoto tout en dégustant de délicieuses choses !

De belles vues sur la ville de Kyoto et ses environs

Yuka Tanaka

À Kyoto, il y a beaucoup de choses traditionnelles japonaises à voir et à faire comme la visite de temples par exemple. Vous connaissez certainement le Temple d’or (Kinkakuji), le Temple Kiyomizu dera perché sur ses pilotis de bois ? Et si on se promène dans le centre de Kyoto, on peut y admirer de vieilles maisons typiquement japonaises.

Je vais vous présenter trois endroits avec une belle vue sur la ville de Kyoto.

La première vue : depuis le temple Kiyomizu dera. Le temple est très connu auprès des étrangers et des Japonais. Beaucoup de touristes viennent visiter ce temple. On grimpe une petite côte pour arriver jusqu’à l’entrée du temple. La visite coûte 400 yens (200 yens pour les écoliers et collégiens).

 

haruaki

paysage de  printemps                                         illuminations d’automne

Après seulement 10 minutes de marche, on peut y découvrir une vue magnifique sur la ville de Kyoto. A chaque saison, le paysage change et il est toujours très beau. Pour aller au temple Kyomizu dera, de la gare de Kyoto, il faut prendre les bus N°100 ou N°206 et descendre à l’arrêt Gojōsaka.

La deuxième vue : depuis Shōgunzuka. Cet endroit se trouve près du temple Shōrenin. A l’’époque Nagaoka (784-793), la capitale du Japon s’appelait Nagaokakyō. A cette époque, il y avait beaucoup d’assassinats et de catastrophes naturelles. L’empereur Kanmu pensait que cette capitale était sujette à une malédiction donc il a pensé qu’il fallait changer d’endroit. Ainsi, après avoir découvert la magnifique vue sur Kyoto, il a fait installer la nouvelle capitale sur la montagne, près de  Shōgunzuka. Autrefois, les Japonais croyaient plus à la théorie du Feng shui (art millénaire d’origine chinoise ayant comme but d’harmoniser l’énergie environnementale) et ce paysage est idéal pour le Feng shui. Puis, la capitale s’est appelée Heian et ensuite Kyoto. Maintenant, à cet endroit, il y a un grand observatoire. On peut voir un très beau paysage surtout la nuit, il est particulièrement magnifique !

 

shougunnzuka

         Vue sur la Tour de Kyoto et la ville

Pour y aller depuis la gare de Kyoto, il y a deux façons : la première, on prend un taxi et on y arrive en 20 minutes environ. C’est très simple mais c’ est un peu cher. La deuxième façon est de prendre un bus et de descendre à l’arrêt Jingūdō. Ensuite, il faut prendre une navette qui coûte 100 yens, pour aller jusqu’à Shōgunzuka.    

La dernière vue est celle de Oeyama, la montagne de Oe. Si vous allez à cet endroit, je vous recommande d’y allez en automne. Tôt le matin, la vue sur les nuages est absolument magnifique !

 

                        oeyama1oeyama

                                                Vue sur la ville depuis la montagne Oeyama, en automne

Pendant les autres saisons, la vue est très belle aussi. Au printemps, on peut admirer les cerisiers en fleurs. Il y a un temple shinto dans cette montagne, c’est le sanctuaire Onitake inari. Pour aller à Oeyama, de la gare de Kyoto, il faut prendre un train de la ligne JR et descendre à la gare Oe. Et après on prend un bus et on descend à l’arrêt Yamanoie. Ensuite, il faut marcher environ une heure. C’est loin donc on peut prendre un taxi ou louer une voiture, mais ça coûte environ 6000 yens, c’est un peu cher !! On peut voir les montagnes au nord de Kyoto et la ville de Fukuchiyama.

Si vous venez au Japon, vous pourrez admirer de magnifiques vues sur Kyoto et ses environs qui n’ont pas changées depuis des siècles !!

 

 

 

 

 

Cat appartment, le café aux chats

Nous allons vous présenter un café un peu spécial, le café appelé Cat appartment. Tout d’abord, c’est un café « normal » où l’on peut prendre une boisson mais en plus, on peut approcher et jouer avec des chats. En fait, c’est comme si nous étions chez eux, dans « leur appartement » ! Le café Cat appartment Ce café se trouve dans une vieille maison japonaise appelée « machiya ». Une « machiya » est une maison traditionnelle avec un espace atelier de travail et un espace habitation. Elle a été bâtie il y a 100 ans environ   1           Entrée du café Cat appartment Au rez de chaussée, il y a le café et au premier étage, il y a l’endroit où se trouvent les chats. Le café est populaire auprès des jeunes mais aussi des moins jeunes. Il attire également beaucoup d’étrangers. 3              2       A l’intérieur du café   Au rez de chaussée, on peut trouver et acheter aussi beaucoup d’ articles avec des chats pour les personnes qui aiment les chats, comme des tasses à café, des bijoux ou des chaussettes. C’est très mignon ! Les employés nous ont recommandé de choisir une tasse à café ! Les conditions pour pourvoir aller dans ce café Il y a certaines conditions pour être autorisé à entrer dans ce café : 1. Le café est interdit aux moins de 13 ans. 2. Il est recommandé de ne pas se parfumer avant d’y aller. 3.On peut caresser les chats mais pas les étreindre. 4.Le temps de la visite au café est limitée. Pour cela le client reçoit un bracelet (comme sur la photo) avec écrit dessus l’heure de la fin de la visite. On doit porter ce bracelet à son poignet. C’est très sympa et très pratique !     Le café Tout d’abord, quand on arrive au café, on doit décider du temps de la visite, entre 60, 90 ou 120 minutes. La visite de 60 minutes est la plus populaire. On choisit également une boisson et on peut aussi prendre un gâteau. 5    4 Pour les boissons, on peut choisir entre beaucoup de boissons, notamment 5 jus de fruits différents : à la mangue, au kiwi, à l’orange rouge, au fruit de la passion et à la framboise. Il y a aussi des sodas. Nous avons bu des sodas, à la mangue, c’était délicieux ! On ne sert pas d’alcool dans ce café. Le café est très populaire en hiver. Il y a beaucoup de clients qui viennent seulement pour boire un café sans aller voir les chats. Toutes les cartes des menus sont faites à la main. De plus, elles sont un peu spéciales parce qu’on peut lire le profil de chaque chat (voir photo ci-dessous). 6 Au 1er étage, on peut y apporter sa boisson et son gâteau et manger au milieu des chats. On peut avoir une couverture, pour se sentir bien et pour protéger ses vêtements des poils des chats. ※Mais, on ne doit jamais donner de la nourriture aux chats ! Il y a beaucoup chats❤〉 Il y a 13 chats dans ce café. Nous allons vous présenter nos chats préférés : le premier chat s’appelle Uni chan. C’est une chatte. C’est la plus populaire. Elle est très mignonne et adorable et ….. elle peut se tenir debout !! Il y a des clients qui viennent au café uniquement pour la voir. C’ est l’idole du café !! 7

Uni chan

8 Koko chan La deuxième chatte s’appelle Koko. Elle a un visage amusant. On adore son visage.         Informations pratiques *Les heures d’ouverture* 12h~21h, (dernière commande 19 h50) Nous vous conseillons d’y aller vers 15h parce qu’on peut voir tous les chats manger ensemble, en rond comme sur la photo ci-dessous. *Fermé les lundis et mardis * 9 *Accès* Ce café se trouve dans une zone résidentielle, c’est un peu caché donc un peu difficile à trouver. On peut y aller avec le bus numéro 9 de la gare de Kyoto, ou avec le bus numéro 12 de la gare de Shijo Karasuma. Il faut descendre à l’arrêt Ichijoumodoribashi seimeijinjyamae et c’est à 10 minutes à pied.   ※Il y a un parking payant automatique pour les voitures. On ne peut pas payer avec une carte de crédit et il n’y a pas de réservation. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller sur Twitter. Suivez ce lien : @CatApartment  et vous pourrez voir les photos des chats. Nous vous conseillons la visite à dans le café Cat appartment ! Vous ne serez pas déçus !!

Déjeuner pour 500 yens

À Kyoto, il y a beaucoup d’ universités et d’étudiants donc Kyoto est aussi célèbre pour sa jeunesse. Il y a également beaucoup d’employés de bureau et de commerces, donc il faut nourrir toute

s ces personnes qui pour la plupart mangent à l’extérieur.

A Kyoto, on peut déjeuner à tous les prix mais comme c’est une ville avec beaucoup de jeunes, on peut manger pour pas cher comme par exemple, c’est possible de déjeuner pour seulement environ 500 yens (en euro, entre 4 et 5 euros). Ces restaurants sont très populaires.

Je vais vous en présenter trois :

  • le premier restaurant s’appelle Hana (葉菜

 

« hana », en japonais, ça veut dire « fleur ». C’est ce qu’on appelle ici un izakaya, c’est l’équivalent d’un bistro ou d’une brasserie en France.

Il y a des menus du jour à 500 yens. Cela comprend : le plat, une soupe miso, le tout accompagné d’un bol de riz blanc. Le plat est différent tous les jours.

Par exemple, on peut manger des plats typiques comme, le plat « karaage » : une escaloppe de poulet frit (avec riz à volonté pour ce menu) ; ou le plat appelé « tonkatsu » : une escaloppe de porc ; ou le plat de riz au curry.

karaage

                                 le plat « karaage »

Ce restaurant se trouve près de la gare deKarasuma-Gojo. Pour y aller de la gare de Kyoto, il faut prendre le métro (ligne Karasuma) et descendre à la gare de Karasuma-Gojo. Il faut marcher environ 5 minutes jusqu’au restaurant.

 

  • le deuxième restaurants’appelleTerakoya (寺子屋)

 

Dans la cuisine japonaise, il y a un plat appelé « donburi – mono ». C’est très populaire auprès des Japonais donc beaucoup de restaurants proposent ce plat dans leur menu. C’est un grand bol de riz recouvert de viande ou d’autres ingrédients très variés. Par exemple à Kyoto, on trouve le plat appelé Kinugasa-don ». C’est une des spécialités de Kyoto. Ce plat vient de Kinugasa, ville voisine de Kyoto et qui a été intégré à la ville de Kyoto en 1918.

Ce plat comprend : un œuf mollet, des tranches fines de tofou frites appelées « aburage » avec du poireau comme sur la photo ci-dessous. On peut le déguster pour seulement 500 yens dans ce restaurant.

kinugasadonn3

le plat «kinugasa-don »

Ce restaurant se trouve près de la gare Nishiōji au sud de la ville de Kyoto.  Pour y aller de la gare de Kyoto, il faut prendre un train JR ( ligne Kyoto ) et descendre à la gare de Nishiōji au sud de la ville de Kyoto.

  • le troisième et dernier restaurant s’apelle Miyakoyasai Kamo ( 都野菜 賀茂)

 

Ce restaurant est sous forme de buffet. Dans le restaurant, on peut manger des légumes bio cultivés à Kyoto appelés « miyakoyasai ». Le kanji de « miyako » (都) corresppnd à l’ancien nom de Kyoto quand elle était la capitale du Japon (de 784 à 1877), et « yasai » (野菜) veut dire « légumes » en japonais. Dans ce restaurant, on sert des légumes récoltés le jour même, chaque matin, donc ils sont très frais (voir la photo ci-dessous).

Et on peut boire aussi des bons jus de fruits comme du jus de pomme, d’orange, d’ananas …. . Comme le restaurant a beaucoup de succès, le temps pour manger est limité à 60 minutes. Et ça coûte 500 yens.

57

                                     le plat de poulet                                            le buffet de salades (miyakoyasai)

64

                                    le riz au curry                                              l’ omelette japonaise avec des oignon verts

Ce restaurant se trouve près de la gare de Shijō-Karasuma. Pour y aller de la gare de Kyoto, il faut prendre le métro ( ligne Karasuma ) et descendre à la gare de Shijō-Karasuma.

Les trois restaurants que je vous ai présentés sont des endroits que les touristes ne connaissent pas. Si vous venez à Kyoto, allez manger là-bas ! Ce n’est pas cher et on y mange bien  !

La colline Funaoka

Pauline Masson

La colline Funaoka, haute de 112 mètres, est située au nord de la ville de Kyoto. Au temps où Kyoto était la capitale impériale au Japon, à l’époque Heian (période de 794 à 1185 ), cette petite montagne était le point de référence nord de la capitale.

 

 La colline Funaoka

 

Elle était considérée comme un endroit de loisirs et de détente pour les nobles de l’époque. Sei Shonagon, femme de lettres japonaise, mentionne Funaoka dans un de ces poèmes. De nombreuses poésies japonaises appelées « waka » (en opposition à la poésie en langue chinoise), de plusieurs styles comme les « haiku, (poèmes de 17 syllabes), les « tanka » (poèmes de 31 syllabes) ou les « renga » (poésie en chaîne), font allusion à ce petit mont, et également les poètes  Kiyohara Motosuke, le père de Sei Shonagon, ou encore le poète Fujiwara Shunzei.

 

De 1467 à 1477, pendant la guerre d’Onin, qui ouvre la période Sengoku, cette colline devient la base de l’armée dirigée par Yamada Shozen. Le sanctuaire Kenkun est construit en 1869 pour honorer la mort de Oda Nobunaga, un puissant gouverneur féodal (entre le XII ème et XIXème siècle) appelé daimyo, qui a conquis une grande partie du Japon.

Funaoka est aujourd’hui reconnue comme un lieu national historique et protégé.

Au sommet se trouve le parc Funaoka qui offre une vue sur la ville de Kyoto et un espace au calme.

 

espace de detente au sommet

espace de détente au sommet

                     vieil écriteau en pierre Funaokayama

vieil écriteau en pierre Funaokayama

 

Le sanctuaire Kenkun ou Takeisao

Ce sanctuaire est donc dédié à Oda Nobunaga, dont on peut observer le kamon, sigle du clan, à de nombreux endroits dans le sanctuaire.

Nobunaga a été reconnu pour avoir rendu de grands services à l’empire. Le sanctuaire conserve des collections d’armures, le sabre de Imagawa Yoshimoto, un autre puissant daimyo, qu’il a utilisé lors de la bataille de Okehazama.

Comme dans tous les sanctuaires, vous pouvez acheter des amulettes porte-bonheur, « omamori » en japonais.

panneau expliquant l'histoire du sanctuaire

panneau expliquant l’histoire du sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

vieil arbre devant le sanctuaire

message de paix

message de paix

 

autel de prière

autel de prière

                                                                          « mayoke» pour se purifier des mauvais sorts


« mayoke» pour se purifier des mauvais sorts

plafond du sanctuaire

plafond du sanctuaire

  escaliers de l'entrée du sanctuaire

escaliers de l’entrée du sanctuaire

 

Le Festival de Funaoka

Chaque année, le 19 octobre, le festival appelé « Funaoka matsuri » est célébré au sanctuaire Kenkun pour commémorer l’arrivée de Nobunaga à Kyoto en 1568. Des jeunes hommes défilent en armure de l’époque médiévale pour représenter l’armée de Nobunaga.

Le bain public de Funaoka

Tout près de la montagne Funaoka, vous pouvez vous relaxer dans un bain public de très bonne qualité. On dit que ce bain serait le premier bain public électrique, c’est à dire que l’eau est chauffée électriquement, elle n’est pas chaude naturellement.

Voici les coordonnées si cela vous intéresse d’y aller : Kyoto, Kita Ward, Murasakino Minamifunaokacho 82-1 (ouvert de 15h à 1h du matin).

Comment se rendre à la colline Funaoka :

Voici l’adresse de cet endroit et comment y aller :

KYOTO KITAKU MURASAKINO KITAFUNAOKACHO 4

京都市北区紫野北舟岡町49   Tél :075-451-0170

Prenez le bus de ville (vert) numéro 206 depuis la gare de Kyoto JR, à destination du terminal KITAOJI. Descendez à l’arrêt Funaokayama. Vous pouvez aussi visiter les temples Daitokuji, Daisenji et le sanctuaire Imamiya à proximité. Vous pouvez vous reposer dans une atmosphère très zen dans le salon de thé qui se trouve à côté du sanctuaire Imamiya et déguster sa spécialité « aburimochi », des brochettes de « mochi », une pâte faite à base de riz bouilli pilé, grillées à la braise d’une façon traditionnelle et boire un bon thé chaud. C’est une friandise très sucrée.

La colline Funaoka n’est pas très visitée durant l’année mais lors des festivals de nombreux visiteurs s’y rendent. Pour monter jusqu’au sommet il faut environ un quart  d’heure de marche car ce n’est qu’une colline. On peut monter en voiture ou à pied.

Je vous conseille de visiter cet endroit traditionnel situé en pleine nature, éloigné des foules de visiteurs. Le sanctuaire Kenkun et la colline Funaoka sont des lieux calmes. Ressourcez-vous auprès des arbres anciens. Bonne visite !

Le festival « Hanatōrō » à Kyoto

 par Haruna Suehiro, Aoi Shinmyo et Momona Tabata

 

« Hanatōrō » est une nouvelle attraction touristique : « hana » veut dire « fleur » et « tōrō », « chemin illuminé ». C’est un chemin éclairé par des lanternes dans des endroits très touristiques. Sur le pourtour des promenades ainsi créées, le patrimoine culturel, les temples, les sanctuaires sont mis en valeur. Cela crée une atmosphère originale. C’est une attraction touristique récente qui, d’une belle façon, attire les touristes pendant les saisons creuses notamment en hiver. Elle a commencé à avoir lieu en mars 2003 et est devenue une visite très populaire le soir à Kyoto. C’est très intéressant de visiter des sites la nuit.

Depuis, il existe un festival, en mars et en décembre, appelé le festival de « Hanatōrō ». Il a lieu à l’est de Kyoto, à Higashiyama (du 12 au 21 mars, de 18h à 21h30), et à l’ouest de Kyoto, à Arashiyama (du 11 au 20 décembre, de 17h à 20h30). Ce sont les dates pour cette année 2015. C’est gratuit.

Le thème de ce festival est « la lumière et les fleurs ». On met en valeur des paysages naturels comme une forêt de bambou, une rivière ou un bâtiment historique. Ce festival exprime le commencement de l’hiver avec des lumières et des fleurs sur une distance totale d’environ 5 kms. Le chemin est si beau que vous voulez vous y promener.

Dans ces promenades, il y a beaucoup de temples et de sanctuaires très anciens qui font partie du patrimoine culturel. Les chemins illuminés sont magnifiques. Beaucoup de gens y vont pour sentir la bonne atmosphère des lieux.

Des lieux typiques pendant ce festival.

Nous allons vous présenter quatre principaux endroits du festival.

1. La rue de lumières et de fleurs

 

rue de lumières et de fleurs

rue de lumières et de fleurs

Au nord de Arashiyama, il y a un chemin bordé de lanternes « rojiandons » où l’on peut imaginer un monde fantastique. De plus, on peut encore voir les feuilles jaunies et rougies de l’automne car à Kyoto, les feuillages d’automne sont les plus beaux à cette époque. C’est magnifique et impressionnant.

2. La promenade de la rue Ikebana

 

hana3

promenade de la rue Ikebana

Cette promenade longe et traverse plusieurs endroits différents : au bord de la rivière Katsura, entre le palais Shigure et le temple Hōgen, dans la petite rue Chikurin, à côté du jardin Okōchisansō et entre le temple Jōjakkou et le temple Nison. L’art traditionnel de ikebana est l’art de l’arrangement floral japonais. Par association avec cet art, le chemin devient un arrangement floral grandeur nature. C’est très beau et très artistique.

3. Les illuminations du pont Togetsu

Le pont Togetsu se trouve au pied de la montagne Arashi, à Arashiyama. Pendant ce festival, il est illuminé. On est fasciné par sa beauté au milieu de la nature.

4. Les illuminations de la forêt de bambou

Du sanctuaire Nonomiya au jardin Okōchisansō, c’est au nord-est de Arashiyama, il y a une forêt de bambou qui s’appelle Sagano chikurin et où l’on peut se promener. Pendant le festival, elle est illuminée. C’est un endroit très calme et très beau. Pour s’y rendre, depuis la gare de Kyoto (ligne JR) ou depuis la gare de Kawaramachi au centre-ville (ligne Hankyu), il faut aller jusqu’à la gare de Arashiyama et c’est tout près. C’est indiqué.

Si vous êtes à Kyoto en décembre, ne manquez pas le festival « Hanatōrō » !! Vous verrez de magnifiques paysages et vous garderez un souvenir illuminé de Kyoto !!

Les auberges traditionnelles, les « ryokan »

Yamato Asaoka,  Makoto Kiriyama, Mako Okuda

 

Bonjour ! Nous allons vous présenter des auberges japonaises traditionnelles appelées «ryokan». Elles sont souvent situées dans des stations thermales. C’est intéressant, non seulement pour les étrangers, mais aussi pour les Japonais.

12

le « ryokan » Kadensyo à Arashiyama au nord-ouest de Kyoto

 

Quelles sont les différences entre un « ryokan » et un hôtel ?

Normalement, lorsque l’on arrive dans un hôtel, on va directement à la réception mais par contre, dans un « ryokan », le personnel en kimono traditionnel (des femmes, en général), nous accueille dès l’entrée. Après avoir enlevé nos chaussures, l’une d’entre elles nous accompagne jusqu’ à notre chambre. C’est une pièce traditionnelle. Immédiatement, elle nous recommande de nous mettre à l’aise, de porter le kimono mis à notre disposition. C’est un kimono léger, en coton, appelé «yukata». Elle nous explique comment le mettre.

 

image1

des jeunes filles portant un « yukata »

Dans ces établissements, on trouve toujours un bain traditionnel appelé « ofuro ». Evidemment, on ne prend pas son bain dans un bain traditionnel comme on le prend dans la salle de bain d’un hôtel moderne. Il y a une grande baignoire utilisée pour se détendre après s’être lavé. Donc attention de ne pas se laver dans le bassin. Après un long voyage, cela fait du bien. Bien sûr, on partage le bain avec les autres clients du « ryokan ». Les clients sont priés de ne pas déranger les autres baigneurs.

123

vue sur le bain extérieur du Ryokan Kadensyo

Dans les « ryokan », un diner gastronomique fait partie de la réservation. On sert en général des spécialités japonaises comme du poisson cru par exemple. On mange après le bain ou avant le bain, mais souvent, on mange avant le bain. La salle à manger est également une pièce traditionnelle avec des « tatami». Ce sont des nattes de paille traditionnelles que l’on trouve encore dans presque toutes les maisons japonaises.

Après le bain, on se couche mais à la différence d’un lit de style occidental, on dort dans un «lit» traditionnel appelé « futon » préparé pour nous à l’avance. Il est fait avec plusieurs couettes épaisses étalées directement sur le sol de « tatami ». Les couettes sont rangées dans les placards la journée. Il y a le «shiki buton», ou la couette-matelas enveloppée d’un drap. La couette-couverture est appelée «kake buton ». Selon les saisons, des couvertures classiques peuvent être ajoutées pour avoir bien chaud pendant la nuit. Le matin, les couettes sont rangées par le personnel de la chambre dès le départ des clients.

Comment réserver ?

On peut réserver sur internet ou directement en allant dans un « ryokan ». Il y en a partout à Kyoto, à la montagne mais aussi au bord de la mer. Si vous voulez rester une nuit dans une auberge traditionnelle japonaise, c ‘est possible de trouver sur internet.

Nous vous recommandons le site anglais Jalan http://www.jalan.net/en/japan_hotels_ryokan/

Si vous ne comprenez pas l’anglais, il y a aussi le site Booking.com, plus connu auprès des touristes du monde entier. www.booking.com

Il y a environ 1000 « ryokan » à Kyoto. Une nuit coûte entre 10 000 yens et 30 000 yens. Les Japonais vont souvent dans un « ryokan », quand ils voyagent.  

Nous aimons bien aller dans un « ryokan» quand on voyage surtout au bain, nous aussi. On se sent comme à la maison avec les pièces en « tatami ». On est sûr de passer un bon moment lorsque l’on va dans un « ryokan » et de savourer la vie traditionnelle japonaise.

Nous vous souhaitons de passer un moment agréable tout en faisant connaisance avec la culture de notre pays.

 

Le jardin Shin-en

de Momoyo TAKEDA

Le jardin Shin-en(神苑)se trouve dans le sanctuaire Heian jingu, à l’est de Kyoto. Jihei OGAWA, un jardinier bien connu né à Kyoto, a créé ce jardin en 1910. Il a fallu 20 ans pour l’achever. Il a aussi créé le célèbre jardin Murian(無鄰菴)situé à l’est de Kyoto, près du zoo. Le jardin Shin-en a été dessiné pour s’y promener tout en admirant un beau paysage. On jouit de belles vues, très différentes selon les saisons. Par exemple, on peut admirer des cerisiers tombant, des glycines ou des azalées au printemps, des lotus, des nénuphars ou des acores en été, des feuillages d’automne ou des lespdezas en automne, des camélias ou un paysage de neige en hiver. L’eau du lac Biwa qui se trouve dans la préfecture de Shiga, au nord ouest de Kyoto, irrigue l’étang de ce jardin.

vue sur le jardin Shin-en

vue sur le jardin Shin-en

le grand étang

le grand étang

 

Le tramway

Dans ce jardin, on peut voir la voiture d’un ancien tramway qui s’appelle Shi-den. Ce tramway a roulé l’année de la construction du sanctuaire Heian en 1895. C’est le plus vieux au Japon !! Ce tramway a été fabriqué en Allemagne mais il a été importé des États-Unis. En ce temps-là, il fonctionnait à la vapeur et on utilisait déjà l’eau du lac Biwa. Il roulait à 10 kilométres à l’heure et pouvait transporter 38 personnes. On ne peut pas entrer dedans, c’est juste pour le décor.

le tramway

le tramway

 

Le petit pont en pierre

Dans le jardin, il y a un grand étang et on peut le traverser grâce à des pierres qui forment un pont. Ce pont s’appelle Garyu-kyō(臥龍橋). Ça veut dire le dos du dragon. En marchant sur ces pierres, on a l’impression de voler sur le dos du dragon parce que le ciel et les nuages se reflètent dans l’étang.

le pont en pierre

les pierres formant le pont en arrière plan

 

Le grand pont

Il y a un autre pont qui s’appelle Taiheikaku(泰平閣), ce qui veut dire « le bâtiment de la paix ». C’est une construction symétrique qui représente l’égalité, parce que ce n’est pas une idée partiale. Quand on s’asseoit sur le bord de ce pont couvert, qui forme comme un long banc de chaque côté du pont, on ressent un grand calme. De temps en temps, on peut voir des jeunes couples en vêtements traditionnels de mariés se faisant prendre en photo.

le grand pont

le grand pont couvert

 

Comment y aller?

De la gare de Kyoto, il faut environ 30 mn avec le bus N° 100 jusqu’à l’arrêt Okazakikōenmae ou Heianjingumae.

Le jardin Shin-en vaut la peine d’être vu à toutes les saisons parce qu’il y a beaucoup de types de plantes. Vous pouvez en profiter aussi pour visiter le sanctuaire Heian-jingu dont dépend ce jardin magnifique. Vous pouvez également admirer la beauté caractéristique des jardins japonais et voir les différences avec les jardins européens. Je vous conseille de prendre votre temps pour profiter du jardin tranquillement.

Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi»

de Ryo Miyazaki et Tatsuki Nakata

Bonjour, nous allons vous présenter «Le chemin des philosophes». En japonais, on dit «tetsugaku no michi» et cela se prononce «tetsougaku no mitchi». C’est une promenade qui a été choisie parmi les 100 plus belles vues du Japon.

Elle se trouve au nord-est de Kyoto, le long du temple Kumanonyakou ji, au carrefour des rues Imadegawa dori et Shirakawa dori. Cette promenade longe une rivière et est bordée de cerisiers. Par conséquent, lors de la saison des cerisiers en fleurs au printemps ou des feuillages d’automne, la promenade est magnifique. En plus des cerisiers, on peut voir des lucioles entre mai et juin. Il y a donc beaucoup de touristes pendant ces deux saisons.

Pendant l’ère Meiji (c’est la période historique du Japon entre 1868 et 1912), beaucoup d’hommes de lettres habitaient près de cet endroit et on l’appelait «La promenade des hommes de lettres». Puis, les philosophes Kitarou Nishida et Hajime Tanabe s’y sont promenés tout en s’absorbant dans des méditations philosophiques et on l’ appelait alors « La rue de la pensée ». Aujourd’hui, on l’appelle «Le chemin des philosophes».

image1

                                                                                              Le chemin des philosophes

Voici un itinéraire que nous vous conseillons :

de Imadegawa Shirakawa, marchez jusqu’au Chemin des philosophes et vous allez arriver au début de la promenade. A environ une centaine de mètres, dirigez-vous vers le Temple d’argent, Ginkaku ji, qui fait partie du patrimoine mondial. Vous pourrez profiter du magnifique jardin de ce temple.

Après ça, revenez sur Le chemin des philosophes et promenez-vous tout en appréciant le paysage. Le chemin fait 1,8 km.

Au bout du Chemin des philosophes, se trouvent les sanctuaires Nyakuo ji et Eikan très populaires en automne.

A la fin de l’itinéraire, vous pourrez aller au temple Nanzen ji. Il y a aussi un magnifique jardin. Près de ce temple se trouve la station de métro Keage.

image1 (2)

                                                                                             pavés de la promenade

Au primtemps on y va pour admirer le tunnel fait par les cerisiers en fleurs, au début de l’été, les lucioles, l’été pour avoir un peu de fraîcheur, en automne pour admirer les couleurs des feuilles, et en hiver pour voir le tapis blanc de la neige. C’est une promenade où on peut sentir les quatres saisons. Il y a beaucoup de temples très connus près de cette promenade et on peut voir l’ histoire et la culture traditionnelle de Kyoto. De plus, il y a beaucoup de cafés et restaurants pour se reposer et se restaurer.

image1 (1)

                                                         panneaux de signalisation des temples à visiter

Nous vous recommndons cette promenade !

 

L’été à Kyoto

De Sakura Yonaha et Akiko Matsuda

Nous sommes étudiantes à l’Université des études étrangères de Kyoto (Kyoto Gaidai). Dans notre université, il y a beaucoupd’étudiants étrangers. Nous pensons qu’ilss’ intéressentà la culture japonaise mais ils ne connaissent pas bien Kyotoet ils n’ont pasbeaucoup d’argent parce qu’ils sont étudiants. Nous allons leur présenter des endroits où aller facilement etpas chers. Nous en avons choisi deux : un, près de Gaidai et l’autre, loin de l’université.

Le premier endroit est Arashiyama

dans la gare de Arashiyama, le ruisseau et les deux ponts

 

Pour y aller, il faut prendre le tramway Randen de la gare Uzumasa Tenjingawa qui est à 5 minutes à pied de Gaidai jusqu’au terminus Arashiyama. A la gare déjà, il y a une atmosphère spéciale. La gare est décorée de bambous et il y a un ruisseau qui coule calmement.  Deux ponts de pierre franchissent le ruisseau dans la gare. Ces ponts sont appelés ‘’les ponts qui traversent joyeusement’’. Quand un couple traverse ces ponts, ce couple sera uni par un solide amour. Essayez vous aussi !

bain de pied

bain de pied

 

Dans cette gare, on trouve également un bassin pour faire des bains de pied (150 yens : entrée plus une petite serviette). Ils agissent bénéfiquement sur les douleurs musculaires, nerveuses et sur la fatigue. Vous pouvez vous relaxer tout en parlant avec vos voisins.

dans la gare

dans la gare

 

Dans la gare de Arashiyama, vous pouvez emprunter aussi une bicyclette (1 000 yens pour la journée ou 500 yens pour 2 heures). A Arashiyama, il y a beaucoup d’endroits touristiques mais assez éloignés les uns des autres donc nous  vous recommandons d’en louer une. Aux alentours proches de la gare aussi, il y a beaucoup d’endroits pour les touristes. C’est très intéressant.

Vous pouvez aussi profiter davantage de la gare par exemple pour faire du shopping. Il y a beaucoup de magasins de souvenirs et de pâtisseries. Bien sûr, vous pouvez vous restaurer aussi.

Le second endroit que nous vous recommandons est loin de Gaidai : ce sont les terrasses «kawadoko». On ne les trouve qu’en été à Kyôto : <Kawa> signifie <rivière> et <doko>, <plancher>. Ce sont des terrasses en bois montées l’été (et rédémontées chaque année), le long des restaurants et des cafés qui se trouvent près d’une rivière. Comme il fait très chaud à Kyôto en été, elles sont installées de mai à septembre. Elles attirent beaucoup de touristes chaque année.
On en trouve le long de la rivière Kamo, à Kibune, Takao pour les plus connues.

vue sur la rivière Kamo

vue sur la rivière Kamo

 

les KAWADOKO sur la rivière Kamo

Elles sont installées au sud de Kyôto, entre la rue Nijo dori et l’avenue Gojo dori, au centre de Kyôto, donc il y a beaucoup de restaurants de cuisine japonaise traditionnelle (appelée kyokaiseki). Les repas sont très bons avec en plus, le bruit de la rivière et un vent frais. C’est aussi dans le centre ville. Il y a ainsi beaucoup de monde et de magasins variés pour le shopping. De Gaidai, il faut aller jusqu’à la gare de Saiin et prendre le train de la ligne Hankyu jusqu’à Kawaramachi.

 vue sur les terrasses, du pont Sanjo

vue sur les terrasses, du pont Sanjo

 

les KAWADOKO sur la rivière Kibune

Les terrasses sur la rivière Kibune sont appelées « climatiseurs naturel s» parce qu’elles sont sur la surface de l’eau de la rivière. C’est dans la nature et il y a des arbres, donc il fait frais. On peut passer un bon moment. Kibune a une longue histoire. Il y a environ une vingtaine de vieux restaurants. On peut y déguster beaucoup de cuisine de Kyôto.De Gaidai, il faut aller à la station de métro Uzumasa-tenjin jusqu’à Karasuma-Oike, faire un changement pour la ligne qui va au nord, jusqu’au terminus Kokusa Kaikan, puis prendre le bus numéro 52 jusqu’à Kibuneguchi.

les KAWADOKO de Takao

C’est loin du centre ville. Il faut environ une heure pour y aller. Les températures sont  plus fraîches qu’au centre ville. Elles se trouvent sur la rivière Kyotaki. Là aussi, on peut manger au son du bruit de l’eau. De la gare de Kyôto, il faut prendre le train de la ligne Sagano et vous descendez à la gare Hanazono. De Gaidai, il faut prendre le métro à la station Uzumasa-Tenjingawa jusqu’à la station Nijo. Ensuite vous devez prendre le train JR de la ligne Sagano direction Sonobe et descendre à la gare Hanazono. C’est un peu loin de la gare. Il faut environ 15 minutes entaxi.

Voilà deux destinations pour vos vacances à Kyôto qui nous espérons vous intéresseront.