Le temple Kiyomizu

February 13, 2017

KKP2-1

du belvédaire, vue sur le temple Kiyomizu

 

Nous allons vous présenter le temple Kiyomizu (ou Kiyomizu dera). C’est un temple de religion bouddhiste, de la secte «Hossō». C’est un des temples les plus célèbres de Kyoto. Il est visité par de nombreux touristes chaque année. Il est situé au sud-est de Kyoto.

IMG_20170110_181214

ruelle marchande qui mène au temple

 

 

« Histoire du temple Kiyomizu »

Le temple Kiyomizu a été construit en 778, à l’époque Nara. Tamuramaro Sakanoue a fait construire ce temple. C’était un militaire. Un jour qu’il chassait le cerf, il a trouvé ce bel endroit. Il a rencontré un bonze qui lui a dit de ne pas tuer les animaux. Il a ressenti une grande émotion et pour cette raison, il a fait construire ce temple à cet emplacement. Le temple a été construit en bois sans l’utilisation d’aucun clou !

A l’intérieur du temple, il y a un endroit très célèbre appelé « le belvédaire de Kiyomizu », situé en haut d’un ravin de la même hauteur que le bâtiment principal du temple d’une hauteur de 4 étages environ. Le belvédaire est devenu un spot pour prendre des photos du temple !

Ce temple est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans « les biens culturels de l’ancienne Kyoto », depuis 1994.

 

« Évènements »

Durant toute l’année, il y a de nombreaux évènements divers organisés dans le temple. Un des plus importants sont les illuminations du temple. Cela se passe trois fois par an, au printemps, en été et en automne. À ces moments-là, le temple Kiyomizu est fantastique et nous pouvons profiter de la vue de nuit sur la ville de Kyoto.

Un autre évènement particulier est le moment des trois jours spéciaux appelés « sennichi mairi » qui a lieu les 14, 15 et 16 août de chaque année. Si on va prier au temple pendant une de ces trois dates, notre prière équivaut à mille prières. Beaucoup de touristes y vont pendant cet évènement.

 

« Informations pratiques »

Heures d’ouverture pour 2017 : de janvier à juillet, 6h-18h – d’août à septembre, 6h-18h30 – de septembre à février, 6h-18h  ※ le 31 décembre et le 1er janvier, 24h sur 24h.

Prix  du ticket d’entrée : gratuit pour les moins de 7 ans ; 200 yens pour les moins de 16 ans ; 400 yens pour les plus de 16 ans.

 

 

         20170112_191415

 ticket d’entrée

« Accès »

Depuis la gare de Kyoto : vous pouvez prendre les bus de ville n° 206 ou 100 ou le bus de Kyoto n° 18 et descendre à Gojozoka. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver.

Depuis la gare Hankyu Kawaramachi et la gare Keihan Gionshijo : vous pouvez prendre le bus de Kyoto n° 207 et descendre à Kiyomizumachi. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver. Vous pouvez prendre les bus Keihan n°83, 85, 87 ou 88 et descendre à Kiyomizumachi ou Gojozaka.

Depuis la gare Keihan Shichijo : vous pouvez prendre les bus de Kyoto N°206 et 100 et descendre à Gojozaka. C’est à dix minutes à pied.

 

Près du temple, il y a de nombreuses petites boutiques de souvenirs et de nombreux restaurants pour que vous profitiez bien de votre visite.

Le temple Kiyomizu est très beau ! Nous vous conseillons d’aller le visiter si vous allez à Kyoto !

 

Kanako Miyake, Miyu Nishimura et Yuma Horitake

Le temple Byodo ji

Yachiyo TOKIOKA

Vous connaissez peut-être le temple Byodo in très connu situé à Uji, mais je vais vous présenter le temple Byodo ji qui se trouve à Kyoto dans l’arrondissement Shimogyo ku. On peut confondre car les deux noms se ressemblent.

« Byodo » signifie « égalité » (« ji » veut dire « temple » en japonais). Il appartient à la secte bouddhiste Shingon. La secte Shingon a été fondée par un moine et penseur très important nommé Kobōdaishi (774-835), à l’époque Heian.

Les adeptes de ce groupe religieux pensent que tout le monde a la capacité de surmonter sa souffrance.

Le temple Byodo ji porte aussi le nom de Inaba Yakushi. Inaba est l’ancien nom de la préfecture de Tottori qui est située à l’ouest de la préfecture de Kyoto au bord de la mer du Japon. Autrefois, Inaba était un centre politique et religieux où se trouvait le sanctuaire Ichinomiya, qui avait une grande influence dans le Japon du 7ème siècle. Yakushi représentait le Dieu de la guérison.

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

personne saluant en passant devant  le temple

 

Voici l’histoire de ce temple :

Yukihira Tachibana était un des nobles qui faisait partie de la cour de l’Empereur Murakami (926-967) et on dit que cet empereur était un réformateur et qu’il était très cultivé. La capitale du Japon était Kyoto à ce moment-là (de 794 à 1868). A cette époque l’Empereur avait un grand pouvoir politique. Ce noble s’est rendu dans la préfecture de Inaba, à Ichinomiya, sur l’ordre de l’empereur pour prier pour la paix.

Après avoir prié, sur le chemin du retour à Kyoto, il est tombé gravement malade. Alité, il a rêvé qu’ un moine parlait de retirer une statue de Bouddha de la mer et de souhaiter sa guérison. Aussitôt, il a fait chercher cette statue et une statue en bois, d’environ 165 cm, a été trouvée. Yukihira Tachibana a pris soin de cette statue et a prié pour sa complète guérison et s’est rétabli miraculeusement. Yukihira Tachibana a réaménagé sa maison en y installant cette statue et a prié d’une manière fervente. Ainsi sa maison est devenue un temple au 11ème siècle. C’est ainsi que l’on pense que cette statue de Bouddha a des dons de guérison encore aujourd’hui.

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

 

Le temple Byodo ji n’est pas grand mais il est très populaire. Il y a toujours beaucoup de monde qui vient prier Yakushi, surtout le matin, en semaine. En fait, les gens prient en allant à leur travail. On croit que si on prie Yakushi, on n’aura pas de cancer.

 un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo 


un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

 

 

Dans ce temple, il y a quelques bancs (c’est très rare dans les temples au Japon). Si l’on est fatigué ou si on veut passer un moment calme, on peut toujours s’y asseoir.

 

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

 

Plusieurs fêtes ont lieu chaque mois dans ce temple et aussi un marché tous les 8 du mois. On y vend des choses faites à la main comme des sacs, du pain, des gâteaux, des bagues, des bracelets ou des colliers etc. On passe un moment agréable en bavardage.

Passer du temps dans les temples, pour prier ou juste pour jouir d’un moment agréable, fait partie de la vie quotidienne de beaucoup de Japonais.

 

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

un jour de marché au temple

un jour de marché au temple

un stand de sacs à main

un stand de sacs à main

Dans ce temple, il y a deux moines qui récitent les soutra et un homme bénévol pour les diverses tâches du temple. Il fait le lien entre les moines et les visiteurs. Par exemple, lorsqu’une personne écrit son souhait sur une grande bougie, elle la lui confie. Le lendemain matin très tôt, un des deux moines priera en allumant cette bougie. Cet homme salue toujours sympathiquement et il est très gentil.

  l’homme bénévol au temple


l’homme bénévol au temple

 

C’est un endroit intéressant. On peut passer un moment religieux et agréable dans une ambiance populaire très japonaise. De plus, on peut se procurer une amulette-porte bonheur.

 

Je vous conseille la visite du temple Byodo ji pour changer des grands temples très touristiques et souvent très fréquentés.

 

Pour aller au temple Byodo ji :

-en métro, ligne Karasuma, il faut descendre à la station Gojo et prendre la sortie 1, c’est à 5 minutes à pied en direction du nord.

-en bus (vert), les bus n°5 ou n°26, il faut descendre à l’arrêt Karasuma Matsubara et c’est à 2 minutes environ en direction de l’est.

Le temple Ryôan ji

de Yuki Kita et Sayaka Matsuda

 

Le temple

Le temple Ryôan ji est un temple de religion bouddhiste. Il a été construit à l’époque Muromachi en 1450 par un Samuraï qui s’appelait Katsumoto Hosokawa. Dans ce temple, il y a un jardin de style «karesansui» et un grand étang appelé «kyoyochi». Autrefois, il y avait beaucoup de constructions dans ce temple mais presque toutes ont été détruites dans des incendies. Il y avait vingt et un bâtiments mais aujourd’hui, il en reste seulement trois. Le temple Ryôan ji fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO à partir de 1994.

Le temple principal se trouve en haut d’un grand escalier en pierre. Dans les bâtiments sont exposés de vieux livres écrits en caractères chinois. Il y a un rayon de souvenirs aussi. On ne peut voir le jardin de pierres que de l’intérieur de ce bâtiment.

 

bâtiment principal du temple Ryôan ji

Le jardin de pierres

 

jardin de pierres karesansui

Le jardin de pierres de style karesansui est composé de petits cailloux et de quinze grosses pierres disposées adroitement de façon à ce qu’il soit impossible de les voir toutes en même temps. Dans ce jardin, il n’y a a pas d’eau.

Quand la reine Elizabeth 2 d’Angleterre est venue en 1975, elle a trouvé ce temple magnifique.

On ne sait pas qui a dessiné et fait ce jardin. On dit que les petits cailloux représentent l’océan et les grosses pierres, les montagnes.

La petite fontaine aux ablutions

 

petite fontaine aux ablutions

Le petit bassin destiné aux ablutions, «tsukubai», sert à se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de «rencontrer les dieux» et avant d’ entrer dans le pavillon de thé. Ils représentent souvent un objet, ici, il a la forme d’une ancienne pièce de monnaie. On peut lire une inscription avec quatre caractères chinois 吾唯足知 : en français on pourrait traduire par : « Je connais uniquement la satisfaction maintenant ». Donc, on ne ressent ni plainte ni insatisfaction.

 

L’étang 

étang kyôyôchi

On peut admirer diverses fleurs qui nous enchantent par leurs belles couleurs à chaque saison : par exemple nous pouvons voir des camélias en hiver, les fleurs des cerisiers au printemps, des nénuphars en été et enfin, on peut également admirer les érables rouges en automne. On peut voir aussi les canards domestiques nager dans l’étang. Il y a aussi des carpes, des tortues d’eau et divers oiseaux.

 Informations pratiques 

 Horaires d’ouverture :  du 1er mars au 30 novembre, de 8h à 17h et du 1er décembre à la fin février : de 8h30 à 16h30. Tarifs pour la visite complète : 500 yens et 300 yens pour les moins de 15 ans.

Comment y aller ?

En bus

de la gare de Kyôto, prendre le bus n° 50, descendre à l’arrêt Ritsumeikanmae et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

du centre ville, de Kawaramachi, prendre le bus n° 59, descendre à l’arrêt Ryoanjimae et marcher 1 minute.

En train : si vous êtes à Arashiyama, prendre le train Keifuku et descendre à Ryoanjimichi.

Téléphone : (075) 463-2216

 

Le temple Ryôan ji

de Yuki Kita et Sayaka Matsuda 

 

Le temple

Le temple Ryôan ji est un temple bouddhiste. Il a été construit à l’époque Muromachi en 1450 par un Samuraï qui s’appelait Katsumoto Hosokawa. Dans le temple, il y a un jardin de style «karesansui» et un grand étang appelé «kyoyochi». Autrefois, il y avait beaucoup de constructions dans ce temple mais presque toutes ont été détruites dans des incendies. A l’origine, il y avait vingt-et-un bâtiments mais aujourd’hui, il en reste seulement trois. Le temple Ryôan ji fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

Le temple principal se trouve en haut d’un grand escalier en pierre. Dans les bâtiments sont exposés de vieux livres écrits avec des caractères chinois. Il y a un rayon de souvenirs aussi. On ne peut voir le jardin de pierres que de l’intérieur de ce bâtiment.

 

bâtiment principal du temple Ryôan ji

Le jardin de pierres

 

jardin de pierres karesansui

 

Le jardin de pierres de style karesansui est composé de petits cailloux et de quinze grosses pierres disposées adroitement de façon à ce qu’il soit impossible de les voir toutes en même temps.

Dans ce jardin, il n’y a pas d’eau. Quand la Reine Elizabeth 2 d’Angleterre est venue en 1975, elle a dit qu’il était magnifique.

On ne sait pas qui a dessiné et fait ce jardin. Les petits cailloux représentent l’océan et les grosses pierres, les montagnes.

 

La petite fontaine aux ablutions

 

fontaine où l'on se purifie

Le petit bassin destiné aux ablutions, «tukubai », sert à se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de «rencontrer les dieux» et avant d’entrer dans le pavillon de thé. Ils représentent souvent un objet, ici, il a la forme d’une ancienne pièce de monnaie. On peut lire une inscription avec quatre caractères chinois 吾唯足知 : en français on pourrait traduire : « Je connais uniquement la satisfaction maintenant » … donc, on ne ressent ni plainte ni insatisfaction.

 

L’étang 

 

étang kyôyôchi

 

Au bord ou dans cet étang, on peut admirer diverses fleurs qui nous enchantent par leurs belles couleurs à chaque saison : par exemple nous pouvons voir des camélias en hiver, les fleurs des cerisiers au printemps, des nénuphars en été et enfin, on peut également admirer les érables rouges en automne. On peut voir aussi les canards domestiques nager dans l’étang. Il y a aussi des carpes, des tortues d’eau et divers oiseaux.

 

Informations pratiques 

Horaires d’ouverture :  du 1er mars au 30 novembre, de 8h à 17h et du 1er décembre à la fin février, de 8h30 à 16h30. Tarifs pour la visite complète : 500 yens et 300 yens pour les moins de 15 ans.

Comment y aller ?

En bus :

de la gare de Kyôto, prendre le bus n° 50, descendre à l’arrêt Ritsumeikanmae et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

du centre ville, de Kawaramachi, prendre le bus n° 59, descendre à l’arrêt Ryoanjimae et marcher 1 minute.

En train : si vous êtes à Arashiyama, prendre le tramway Keifuku et descendre à Ryoanjimichi et marchez en direction du nord. C’est bien indiqué.

Téléphone : (075) 463-2216

Le temple Myôshin ji

par Yuki Kita et Shiori Masutani 

1. Présentation du temple Myôshin ji

C’est un temple bouddhiste qui pratique la méditation silencieuse, appartenant à l’école Myôshin ji du bouddhisme zen Rinzai situé à Kyôto. Il a été édifié en 1432. Les gens de Kyôto l’appellent «le palais impérial de l’ouest» et connaissent bien le temple Myôshin ji. Beaucoup de gens le visitent. Il y a 46 temples dans l’enceinte de Myôshin ji. On peut voir une salle de conférence et un bain classés ” Bien culturel” et la cloche Myôshin ji classée “Trésor national”. On trouve beaucoup d’autres choses magnifiques à voir. 

Il y a beaucoup de biens classés “Bien culturel” et de jardins naturels dans ce temple, c’est pour ça que nous y sommes allées.

2. La cloche

C’est la plus ancienne cloche estampillée du Japon. Elle a été faite sur l’île de Kyushu en 698. Maintenant, elle est gardée dans une salle de conférence.

bâtiment ou se trouve le bain "akechiburo"

3. Le bain “akechiburo”  

Nous avons visité le bain appelé “akechiburo”  parce que nous voulions voir un bain à l’ancienne. “akechiburo”  est un ancien bain public sur le modèle des bains de vapeur turcs qui date de1587.

La baignoire

salle de bain ancienne

Au centre, il y a un grand bassin et un lieu pour se laver. Au Japon, on se lave avant d’entrer dans la baignoire donc il y a toujours un lieu pour se laver avant d’entrer dans un bain.

Ce bain a été créé à l’époque Azuchi Momoyama (1573 -1600) pour célébrer un office en l’honneur de l’âme de Mitsuhide Akechi qui était un grand shogun (les shogun étaient les grands généraux de l’époque). Il y a aussi un lieu pour se reposer.

Un lieu pour se reposer

salle de repos après le bain

Il n’y a plus de salle de bain traditionnelle dans les maisons modernes donc c’est précieux et très charmant. Nous avons été très émues.

Pour visiter cet ancien bain public, le billet coûte 500 yens pour un adulte, 300 yens pour un collégien, lycéen ou étudiant et 100 yens pour un écolier. Les visites sont possibles de 9h10 à 15h40, toutes les 20 minutes et entre 12h00 et 13h00, seulement une fois.

4. Faire de la méditation au temple

On peut pratiquer la méditation zen (“zazen” en japonais) au temple Myôshin ji. On appelle les séances publiques de méditation zen en groupe «taishûzendou» ou «zendoue». Il n’est pas nécessaire de réserver.

La première possibilité : il y a une séance de méditation tous les samedis à 17h30 et tous les dimanches à 9h00 (sauf les jours fériés et les mois de janvier, août et décembre). Cela coûte 1000 yens.

La deuxième possibilité : les 6,7 et 8 de chaque mois, pendant 3 jours de 6h00 à 7h30 (sauf les jours fériés et les mois de janvier, août et décembre). Cela coûte 500 yens.

Si vous allez au temple Myôshin ji, vous pourrez vous aussi être émus !

Adresse du temple : 64, Myôshin-ji, Hanazono, Ukyo-ku, Kyôto  

Tél : 075 – 461- 52 -26

Pour y aller : depuis la gare de Kyôto, prenez le bus numéro 26 et descendez à l’arrêt Myôshinjikitamonmae ou avec le train jusqu’à la gare de Hanazono et c’est tout près.

 

 

 

Le temple Kurama

Yuta Nakano

1)    Présentation du temple

Le temple Kurama se situe près du sommet de la montagne de Kurama, qui mesure 569 mètres et se trouve au nord de Kyôto. Il protège la partie nord de Kyôto depuis 1200 ans. Son enceinte est très grande, entourée par une forêt primitive et à ses pieds, des vallées. On y honore un dieu qui s’appelle Visyamonten 毘沙門天 , un dieu indien qui protège les trésors. Son vrai nom est Vaiśravata en sanskrit. En général on croit qu’on pourra devenir riche, si on croit en lui.

En 796, le temple Kurama a été édifié par Isendo Fujiwarano 藤原伊勢人 (haut fonctionnaire à l’époque Heian) mais il a subi cinq incendies jusqu’à maintenant, il est donc nouveau par rapport aux autres temples.

En ce qui concerne la religion qui y est pratiquée, autrefois le temple Kurama appartenait à la secte Tendai (secte bouddhiste, originaire de Chine, implantée au Japon à l’époque Heian) mais après la deuxième guerre mondiale, il s’en est séparé et a fondé une nouvelle secte shintô qui s’appelle Kuramakokyo. En 1949, il est devenu le temple principal de cette secte dans laquelle on honore Visyamonten.

Maintenant, cette secte Kuramakokyo a plusieurs dizaines de milliers de membres et plusieurs sections locales appelées sueji 末寺. Chaque section locale a son propre nom. Par exemple, une des sections locales de Kurama se trouve au centre de la ville de Kyôto. Son nom est Sensyoin 千照院.

section locale de Kuramakokyo, Sensyoin 千照院, à Kyôto

2)    Le trésor de la nature

La nature dans la montagne de Kurama est très riche et représentative de Kyôto. Elle est protégée par le temple depuis longtemps comme sa terre, donc la forêt d’origine n’a pas changé. Les cyprès du Japon y sont nombreux, presque tous sont très vieux et ont plus de 1000 ans. On peut y respirer un air frais et goûter aux paysages qui changent à chaque saison.

3)    Akiko Yosano

La montagne de Kurama est bien connue comme étant un lieu célébré par la poétesse et écrivaine Akiko Yosano 与謝野晶子. Elle est née en 1878 à Osaka et décédée en 1942. Son oeuvre principale est un recueil poétique qui s’appelle Midaregami みだれ髪. Elle aimait beaucoup ce lieu, y passait ses vacances et y composait des poèmes. Dans l’enceinte, on peut voir l’imitation de son cabinet de travail appelé tohakutei 冬柏亭. C’est un cabinet de travail, mais cela ne ressemble pas à un cabinet de travail. Akiko Yosano l’a construit pour composer des poèmes. Elle a recouvert le plancher d’un tatami et l’atmosphère est très douce. Cela ressemble presque à un endroit de relaxation ou à une charmante chambre d’hôtel.

4)    Les fêtes

Au temple Kurama, plusieurs fêtes ont lieu et quelques unes de ces fêtes sont fixées depuis longtemps. Par exemple, ces deux fêtes :

(a)Uesakusai 五月満月祭 : on se rassemble dans le temple lors de la nuit de pleine lune au mois de mai et on prie la lune en agitant une lumière comme pendant un concert.

(b)Kurama no himatsuri 鞍馬の火祭 : cette fête du feu a lieu le 22 octobre. C’est l’une des plus grandes fêtes de Kyôto. Les habitants tiennent une torche et parcourent leur quartier toute la nuit. Tout le monde peut y participer.

Et il y a  d’autres fêtes encore.

 Allez visiter le temple Kurama !!

Admirez les paysages changeant à chaque saison, s’il vous plaît !!!

 

Le temple Tôfuku ji

par Shohei TOMINAGA et Yusaku TAKAHASHI

le bâtiment Hojo teien et son jardin

 

Le temple Tôfuku ji, à Kyôto, est le temple principal de la secte bouddhiste Rinzai shû. Il a été construit en 1236, a complètement brûlé et a été reconstruit au XIVème siècle selon les plans d’origine. La porte principale «Sanmon» est considérée comme un trésor national. Nous sommes allés pour la première fois dans le jardin situé dans ce temple qui s’appelle «Hojo teien». C’est vraiment un très joli jardin. Il porte aussi le nom de «Hassô no niwa». Il a été dessiné par Shigemori Sanrei , un artiste japonais de l’ère Showa. C’est une oeuvre très représentative de la simplicité zen : il y a quatre jardins situés aux quatre points cardinaux du bâtiment principal.
  le jardin du sud

 

le jardin du nord

Le jardin du sud est composé de quatre pierres formant quatre îlots (où, dit-on, habiterait un ermite) appelés «Hôrai, Hôjô, Eisyu et Koryô» disposés sur du sable symbolisant la mer. En plus, on y trouve de petites montagnes artificielles symbolisant les cinq montagnes qui entourent Kyôto «Gozan : “go” signifie 5 en japonais et “zan” veut dire montagne».

Le jardin du nord est formé de pierres et de mousses disposées d’une façon géométrique, dessin très moderne pour l’époque. Isamu Noguchi, sculpteur japonais estime que ce jardin est proche de l’oeuvre de Piet Mondrian, peintre abstrait hollandais (1872-1944).

le jardin de l’ouest

 

le jardin de l'est

Le jardin de l’ouest : des arbustes d’azalées et de la terre sablonneuse forment des carreaux. Des pierres qui sont croisées symbolisent une rizière.

Le jardin de l’est est formé de colonnes de pierres qui symbolisent les étoiles de la «Grande Ourse». Ces colonnes sont entourées de terre sablonneuse exprimant les nuages. Leur hauteur varie pour exprimer l’intensité de la clarté des étoiles : haute, elle montre une étoile très brillante, basse elle indique une étoile peu scintillante. Sanrei a construit ces jardins aussitôt après la reconstruction du temple qui avait totalement brûlé. Il a mis 17 ans pour finir son oeuvre. Il a fait ce travail bénévolement pour célébrer ce temple dont les finances étaient alors au plus bas.

Ensuite, nous sommes allés voir l’endroit que l’on appelle Tûten bashi, un pont recouvert d’un toit. Il fut détruit par un typhon et reconstruit. Maintenant, il a une armature en béton. Il est entouré de nombreux érables alors, en automne, le spectacle des feuilles rouges y est magnifique et très populaire. Malheureusement, nous y sommes allés en été mais le verdoiement de la nature est beau aussi. Par ce pont, on accède à un autre trésor culturel classé et célèbre : «Kaizan dô». Son jardin est aussi très beau et original.

le pont Tûten bashi
 
 
 

«Kaizan dô»

 

dans le jardin «Kaizan dô»

Il y a beaucoup de temples au Japon qui sont magnifiques. Les étrangers ne les connaissent pas tous mais les Japonais non plus. On présente souvent les temples aux étrangers mais nous voudrions aussi que les Japonais les connaissent mieux.

Comment y aller :

    • par le train : ligne JR (Nara) ou ligne Keihan. Descendre à la gare Tofukuji, puis 10 minutes à pied.
    • par les bus de ville 202, 207 et 208.

Droit d’entrée (hors jardins) :

– 400 yens par adulte, 300 yens pour les enfants

La grande statue “jizô” du temple Suzumushi dera

de Saori Shimada

 

Le temple Suzumushidera date de 1723 : «sumushi» signifie grillon en français et «tera» veut dire temple (la transformation du «t» en «d» forme la liaison entre les 2 mots). Dans ce temple, on peut voir et entendre beaucoup de grillons dont le chant évoque le son d’un grelot. On peut les voir toute l’année.

Mais ce temple est aussi très connu pour ces statues votives souvent de formes humaines très simples que l’on trouve en général dans les jardins et les cours des temples ou au bord des chemins. On les appelle «jizô».

Description d’un «jizô»

le grand "jizô" au temple Suzumushi dera

En général un «jizô» est de religion bouddhiste. Il représente le dieu protecteur des enfants. «jizô» signifie «bébé» donc la statue porte toujours des vêtements rouges parce que le rouge signifie la couleur de la vie et elle protége des malheurs aussi.
Ici, à Suzumushidera, un des «jizô» de ce temple a une double vertu. En général, un «jizô» n’a qu’une seule qualité donc le grand «jizô» de ce temple est unique au Japon.
Le grand «jizô» que vous voyez au centre de la photo ci-dessus, a une double vertu parce que son pouvoir se prolonge jusque chez vous, pour exaucer votre vœu.

Pendant la venue au temple, les visiteurs sont rassemblés dans une pièce et écoutent un discours dit par un supérieur de ce temple bouddhique, sur la vie. Ensuite chacun fait un vœu devant ce grand «jizô». Pour cela, on joint les mains tout en serrant le porte-bonheur jaune du temple, on donne son adresse et son nom «à ce grand jizô» et enfin on fait un voeu. Il est très important de ne faire qu’un seul voeu et après, de toujours porter sur soi son porte-bonheur. Vous le trouverez au temple. Si vous avez un vœu à faire, allez à Suzumushidera, ainsi votre vœu se réalisera.

Les environs du temple de Suzumushidera sont très calmes donc c’est possible de se relaxer.

Pour aller au temple Suzumushidera :

En train : prenez la ligne Hankyû, descendez à la gare de Matsuo. Ensuite vous marchez environ 15 minutes au sud.

En bus :

  • de ville (les bus verts) : prenez le bus numéro 28 en direction de Daikakuji, descendez à l’arrêt Matsuotaisha et c’est à 15 minutes à pied.
  • de Kyôto (les bus marron) : prenez les bus numéro 73 ou 83 en direction de Suzumushidera, descendez au Terminus et c’est à 3 minutes à pied.
    Voici les coordonnées du temple :
    Adresse : 京都府京都市西京区松室地家31
    Tél :075 – 381 – 3830

Le temple Ryôan ji

de Saori Shimada

Le temple

entrée est du temple

Le temple Ryôan ji a été construit en 1450 à l’ère Muromachi. Il est situé au nord-ouest de Kyôto pas loin du Temple d’or. Son jardin zen (aménagé en 1499), très célèbre, fait 22 mètres de long d’est en ouest et 15 mètres de large du sud au nord. Il comporte essentiellement des cailloux, du sable et des pierres ornementales appelées «karesansui», que l’on appelle aussi un jardin sec. Le jardin tout entier est nommé «karesansui». Le tout représente des montagnes et des rivières.

Le jardin

Il compte 15 pierres. On ne peut pas toutes les voir d’un seul coup d’oeil. Ce jardin a été dessiné sur une pensée zen (religion bouddhiste) dont la philosophie est d’orienter son coeur en se concentrant sur une seule chose à la fois. On ne sait pas qui a imaginé et créé ce jardin «karesansui».
Pour l’Orient le chiffre 15 signifie la perfection et le chiffre 14 signifie l’imperfection. Le mur entourant ce jardin est fait avec de l’argile.
Nous pouvons trouver beaucoup d’explications sur la signification de ce jardin sec. Par exemple : le sable représente la mer, les pierres sont les îles. Une autre explication est que les 15 pierres expriment une nuit de pleine lune. Mais on peut l’interpréter plus simplement en appréciant le calme et le charme du jardin. Quand vous voulez vous relaxer et si vous avez besoin de silence, allez au temple Ryôan ji. Vous pourrez ainsi avoir une «expérience zen». Dans ce temple il y a aussi un étang très célèbre. A chaque saison, il est très différent. Regardez la photo ci-dessous, c’est une vue prise en automne !

 

L’étang du temple

Il y a aussi un joli parc où vous pouvez vous promener.

 

vue sur l'étang

 

Comment aller au temple Ryôan ji ?

En bus de ville (les bus verts) :

  • depuis la gare de Kyôto (ligne JR), prenez le bus numéro 50, descendez à l’arrêt Ritumeikandaïgakumae et c’est à 7 minutes à pied en direction de l’ouest.
  • depuis la gare de Sanjyo (ligne Keihan), prenez le bus numéro 59, descendez à Ryoanjimae.
  • depuis la gare de Shijo Omiya (ligne Hankyu), prenez le bus numéro 55, descendez à l’arrêt Ritumeikandaïgakumae, ensuite marchez environ 7 minutes en direction de l’ouest.

Le temple Kiyomizu dera illuminé

de Yuka KIKUCHI

Le soir, en voyage à Kyôto, qu’est-ce que vous aimeriez faire?

Aller dans un bon restaurant, dans un bar à l’ambiance sympathique ou au karaoke, c’est bien sûr génial. Mais vous pouvez aussi visiter le temple de Kiyomizu dera pendant certaines périodes de l’année car il est alors illuminé. A ce moment-là, vous pourrez découvrir de nouveaux aspects de ce temple !

 

entrée du temple

 

Au printemps, vous pourrez voir beaucoup de cerisiers sur les terrains qui entourent le temple. Les fleurs des arbres, de couleur rose, sont éclairées et guident les visiteurs dans un monde irréel. En automne aussi, la beauté des feuilles rougies des érables, le soir, attirent beaucoup de touristes, autant que pendant la journée.

 

vue sur la pagode

1.Quand est-ce qu’on peut visiter le temple Kiyomizu le soir ?

Cela dépend des années. En 2010 par exemple, la période printanière était du 13 mars au 11 avril, la période estivale du 6 au 16 août et la période automnale, du 17 novembre au 12 décembre. Au printemps 2011, le temple était illuminé du 25 mars au 10 avril. Vous pouvez vérifier les dates du moment sur le site du temple de Kiyomizu (http://www.monzenkai.com/ (seulement en japonais). Si vous ne pouvez pas lire le japonais, il faut demander les périodes d’illumination de l’année en cours au syndicat d’intiative de Kyôto.
Le temple est éclairé de 18h 30 à 21h 30 (fin des entrées dans le temple) au printemps et en automne et de 19h au 21h 30 (fin des entrées) en été.

2. Faites attention !

  • Le temple ferme à partir de 17h30 pendant les périodes d’illumination. Il faut alors sortir avant 17h30, repayer le droit d’entrée pour la visite du soir.
  • Il arrive parfois que l’heure d’ouverture et de fermenture change sans préavis (mais c’est vraiment rare !).
  • Il est interdit d’utiliser un trépied pour faire des photos, de fumer ou de manger dans l’enceinte du temple.

3. Le prix du ticket

  • Plus de 16 ans : 400 yens
  • Elèves d’école primaire et de collège : 200 yens
  • Enfants de moins de 7 ans : gratuit

4. Comment aller au temple de Kiyomizu dera ?

Avec la ligne de chemin de fer Keihan :

  • Descendez à la gare de Gion shijo. Prenez le bus municipal, ligne 207, jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. C’est à 10 minutes à pied.
    ou bien
  • Descendez à la gare de Shichijo, prenez le bus municipal, ligne 206, jusqu’à l’arrêt Gojozaka. C’est aussi à 10 minutes à pied.

Avec la ligne de chemin de fer Hankyu :

  • Depuis la gare de Kawaramachi, prenez le bus municipal, ligne 207, jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. C’est à 10 minutes à pied.

Depuis la gare de Kyôto :
Prenez le bus municipal 206 ou 100, jusqu’à l’arrêt Gojozaka. C’est à 10 minutes à pied.

Depuis Shijo Kawaramachi :
Prenez le bus municipal numéro 207 , jusqu’à l’arrêt Kiyomizudo. Ensuite, c’est à 10 minutes à pied.

Ne vous inquiétez pas, une fois arrivé à l’arrêt de bus, vous trouverez beaucoup de monde se dirigeant vers le temple.

5. En plus …

Kiyomizu dera illuminé

Il y aura certainement un monde fou. Surveillez bien votre sac et votre appareil photo !
Profitez bien de ce spectacle fantastique !