Les jardins japonais karesansui

July 16, 2018

 

Par  Aya Hoshino

 

Kyoto est une ancienne capitale du Japon où l’on trouve beaucoup de temples célèbres comme le temple d’or Kinkaku ji ou le temple d’argent Ginkaku ji, le sanctuaire Fushimi-Inari et beaucoup d’autres. On peut aussi y déguster une cuisine traditionnelle typiquement japonaise appelée washoku ou des pâtisseries comme les gâteaux yatsuhashi. Kyoto compte aussi beaucoup de jardins japonais. Ils sont très simples mais leur simplicité nous touche au cœur.

Je vais vous présenter des jardins très originaux appelés « jardin karesansui ».

 

« Qu’est-ce qu’un jardin japonais karesansui ? » 

Quand on pense à un jardin, on pense à de l’eau aussi. En général, l’eau est indispensable pour entretenir un jardin mais les jardins japonais karesansui sont spéciaux.

Les jardins de type «karesansui» sont des jardins secs ou jardins minéraux, fait de pierres et de sable, sans eau. Ils sont très intéressants à observer parce que le sable et les pierres qui composent ces jardins, forment un dessin représentant des éléments de la nature.

Chaque dessin diffère selon les personnes qui le créent et cela change tous les jours :

  • un « cours d’eau » sera dessiné avec du sable blanc appelé « samon 砂紋 »,
  • une grosse pierre représente la montagne Hōrai qui se trouve en Chine – on dit qu’un ermite y habite -,
  • trois pierres plus petites représentent Bouddha et des bodhisattva « bosatsu 菩薩 » (étape qui précède l’éveil),
  • et le sable, un dragon.

Les jardins karesansui sont liés à la secte bouddhiste, une religion zen (禅). Ils sont appelés aussi « jardin zen ». On peut en voir dans tous les temples bouddhistes.

Lorsque l’on visite un jardin karesansui à plusieurs, il est amusant de comparer ce que chacun voit parce qu’on ne voit jamais la même chose !

Ces jardins secs existent depuis l’époque Heian (794 -1185). Ils font partie des jardins japonais mais ce genre typique de jardin s’est surtout développé à l’époque Muromachi (1336 à 1573). Il y a plusieurs styles de jardin sec au Japon. Je vais vous en présenter quelques-uns.

 

« Les différents jardins karesansui »

le jardin karesansui du temple Ryōan ji

Tout d’abord, je vais vous présenter le jardin de pierres le plus connu. Il se trouve dans le temple Ryōan ji situé au nord-ouest de Kyoto. On l’appelle littéralement « le karesansui du jardin plat 平庭式枯山水 ». Ce jardin plat, est composé de petites pierres et de sable. Il y a 15 grosses pierres dans ce jardin, mais d’où que l’on se place, on ne peut en voir que 14. C’est le charme du jardin de ce temple : on cherche la 15e pierre ! La reine Élisabeth II d’Angleterre est venue à Kyoto en 1975 et elle a visité ce magnifique jardin de pierrres et on dit qu’elle l’a beaucoup apprécié.

 

 

le jardin karesansui du temple Manshu in

Ensuite, je vais vous présenter le jardin minéral du temple Manshu in qui se trouve à l’est de Kyoto. Littéralement, « le karesansui d’étang flétri 枯池式枯山水 ». Ici aussi, c’est un jardin sans eau mais on peut voir comme un étang dessiné grâce à la combinaison des pierres et on l’appelle donc « le jardin japonais utilisant l’eau 池泉庭園 »

 

le jardin karesansui du temple d’argent

Le troisième jardin que je voudrais vous présenter est un style qui s’appelle littéralement « le karesansui de forme spéciale 特殊形式枯山水 ». Il se trouve dans le temple d’argent, Ginkaku ji, près du Temple Manshu in.

C’est vraiment un style spécial. Il y a deux types principaux, « Kōgetsu-daï 向月台 » et « Ginshadan 銀沙灘 », qui sont des motifs créés avec des pierres et du sable blanc. Le jardin Kōgetsu-daï a une forme qui ressemble à une crème caramel, haut de plus de cent-quatre-vingts centimètres. Le Ginshadan représente le roulis des vagues. Le sable blanc se réfléchit sous le clair de lune et éclaire le temple d’argent.

On dit que des personnes ont vu la lune sur le jardin Kōgetsu-daï mais on ne sait pas si c’est vrai. En tout cas, on comprend que la lune joue un grand rôle au temple d’argent.

le jardin sec Kōgetsu-daï

 

 

 

le jardin sec Ginshadan

 

 

 

 

 

 

 

Les jardiniers en prennent soin. Le monde se compose des hommes et de la nature. Notre vie dépend de l’énergie de la nature. Il y a beaucoup d’autres jardins karesansui à Kyoto.

 

« La relation entre les jardins karesansui et la philosophie zen () »

Après la naissance des jardins karesansui, le bouddhisme est arrivé au Japon de Chine, à l’époque Kamakura (1185-1333) puis a suivi son propre développement. La philosophie zen nous met en face de nous-même, en face de notre vérité. Quand on nait, on est pur mais notre cœur se tache avec le temps et au contact des autres humains. La culture zen nous aide à éliminer les impuretés qui se trouvent dans notre cœur, à vider notre cœur pour le rendre plus pur et plus zen.

Un point commun entre cette culture zen et les jardins karesansui est la notion de « wabisabi 侘び寂び ». Le caractère correspondant à « wabi » signifie « jouir du charme de la simplicité et du calme » et celui de « sabi » signifie « une chose vieille et pleine de saveur ». C’est un concept esthétique original japonais. C’est la simplicité sans l’inutilité. On utilise des choses naturelles, rien n’est artificiel. Ces jardins karesansui nous aident à avoir une attitude zen. Ils ont toujours un sens et grâce aux personnes qui ont pensé qu’ils étaient importants, il reste beaucoup de jardins japonais à Kyoto. La culture de ces jardins se transmet de génération en génération et ainsi ils durent depuis longtemps.

J’espère que vous pourrez vous aussi ressentir cette énergie et la culture japonaise à travers ces jardins de pierres.

« Comment se rendre dans ces temples ? »

Pour aller au temple Ryōan ji 

Il faut prendre le bus N°50 de la gare de Kyoto, direction Ritsumeikan University. Descendre à l’arrêt Ritsumeikandaïgaku (立命館大学前) et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

De Shijo-Omiya, prendre le bus N°55, direction Ritsumeikan University, descendre à l’arrêt Ritsumeikandaigaku (立命館大学前) et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

De la gare San-jo Keihan, prendre le bus de ville N°59, direction Yamagoe-Nakacho 山越中町) et descendre à l’arrêt Ryōan-ji.

Le temple Ryōan ji est ouvert du 1er mars au 30 novembre, de 8h à 17h et du 1er décembre à la fin de février de 8h30 à 16h30.

Le ticket d’entrée coute 500 yens pour les adultes et lycéens et 300 yens pour les collégiens et les enfants.

Pour aller au temple Manshu in

De la gare de Kyoto, prendre le bus N°5, direction gare de triage d’Iwakura (岩倉操車場前). Descendre à l’arrêt Ichijojishimizucho (一乗寺清水町) et marcher 20 minutes en direction de l’est.

De la gare de Demachiyanagi, prendre le train Eizan, descendre à la gare de Shugakuin (修学院) et marcher 20 minutes vers l’est.

Le temple est ouvert de 9h à 17h (guichet jusqu’à 16h30).

Le ticket d’entrée coute 600 yens pour les adultes, 500 yens, pour les lycéens, et 400 yens pour les collégiens et les enfants.

Pour aller au temple d’argent Ginkaku ji

De la gare de Kyoto, prendre le bus N° 5 direction gare de triage d’Iwakura (岩倉操車場前) et descendre à l’arrêt Ginkakujimichi (銀閣寺道) puis marcher 8 minutes en direction de l’est.

Le temple Ginkaku ji est ouvert du 1er mars au 30 novembre, de 8h30 à 17h et du 1er décembre à la fin de février de 9h à 16h30.

Le ticket d’entrée coute 500 yens pour les adultes et les lycéens et 300 yens pour les collégiens et les enfants.

 

Les motifs, les dessins qui sont représentés dans les jardins karesansui ne contiennent pas de réponse mais chacun peut la trouver dans ce qu’il ressent. C’est ça le charme des jardins karesansui. Allez visiter ces magnifiques jardins de pierres, typiques de la culture japonaise et soyez touchés au fond de votre cœur pendant votre visite !

 

 

Le Pavillon d’or Kinkakuji

Junya Nishioka, Suguru Miyazaki, Towa Nishioka

 

 

Kyoto est une ville historique et traditionnelle. Aujourd’hui, c’est une ville très touristique avec beaucoup d’endroits à visiter comme les temples, les jardins, les musées ou autres curiosités typiques.

 

Nous allons vous présenter un temple qui est très célèbre à Kyoto : le Pavillon d’or, en japonais « Kinkaku ji », « 金閣寺 » . « kin » veut dire « or », « kaku », les bâtiments des nobles, et « ji » signifie « temple ». Le pavillon d’or fait partie du temple Rokuon ji.

Il est situé dans l’arrondissement de Kita-ku au nord de la ville de Kyoto. Il a été inscrit au Patrimoine mondial en 1994. Comme son nom l’indique, il est recouvert de feuilles d’or à l’extérieur et à l’intérieur. Aux alentours du Pavillon d’or, il y a un grand jardin et plusieurs étangs.

Le Pavillon d’or

Historique

Au Japon , chaque temple dépend d’une secte. Le Pavillon d’or est rattaché à la secte bouddhiste « Rinzai shu ».

Plan du site du temple Rokuon ji

Ce temple a été édifié en 1397 par Yoshimitsu Ashikaga, un général de l’ époque de Muromachi (1338 -1573). À l’origine, c’était sa résidence et il voulait ainsi montrer sa richesse. À sa mort, en 1408, le Pavillon d’or est devenu un temple suivant les vœux de son testament. Sa construction avait coûté une centaine de millions de yens.

En 1950, tout a été détruit dans un incendie criminel mais il a été reconstruit en 1955. Après quelques années, les feuilles d’or se sont décollées à cause du soleil et des pluies.

De 1986 à 1987, on a restauré à grande échelle le Pavillon d’or. Sa restauration a coûté 740 millions de yens. Aujourd’hui, le Pavillon d’or est protégé par une laque plus résistante.

Aux alentours du Pavillon d’or, on peut y admirer également un étang, une cascade et une grande cloche. Selon une enquête conduite par le centre de recherche sur le tourisme à Kyoto, sur la fréquentation des touristes étrangers, en 2015, le Pavillon d’or est le deuxième site touristique le plus visité et le plus populaire à Kyoto, le premier site étant le sanctuaire Fushimi-inari.

La petite source près du Pavillon d’or

À la sortie du temple Kinkaku ji, il y a quelques magasins de souvenirs. On peut y acheter des amulettes, du thé, du saké ou des gâteaux japonais. Il y a aussi une maison de thé ancienne qui s’appelle « Fudo-Gamacha Sho» (不動釜茶所) . C’est un lieu de repos où l’on peut se restaurer.

Aux alentours du temple, il y a d’autres magasins de souvenirs.Toute l’année, de nombreux touristes y viennent pour y admirer les différentes saisons. Nous, nous vous conseillons d’y aller surtout en automne et en hiver : le temple et le jardin sont magnifiques.

On peut aller au Pavillon d’or, en bus pour 230 yens ( environ 2 euros). Il faut 50 minutes de la gare de Kyoto, et on descend à l’arrêt Kinkakujimichimae qui est le plus proche du temple. Le ticket d’entrée pour les plus de 13 ans est de 400 yens, pour les enfants de moins de 12 ans, 300 yens.

 

Le Pavillon d’or Kinkakuji est un des sites touristiques les plus célèbres à Kyoto. Il est situé dans un beau paysage où l’or constraste avec le vert de la nature. Quand nous avons visité le Pavillon d’or, il y avait beaucoup de monde. Ce jour-là, il y avait beaucoup d’élèves en voyage scolaire et de nombreux touristes étrangers. C’est un temple unique avec beaucoup de charme. Nous sommes fiers d’avoir ce magnifique temple à Kyoto.

 

 

 

Le temple Kiyomizu dera

Tomoko Ito – Ami Ishimaru

 

Kyoto, ancienne capitale, est restée très traditionnelle et compte de nombreux temples bouddhistes et shinto. Nous vous présentons le temple bouddhiste Kiyomizu dera.

Le temple de Kiyomizu dera a été construit en 778 à la demande de Sakanoue Tamuramaro un shogun de l’époque.

Le temple Kiyomizu dera est enregistré au Patrimoine culturel mondial depuis décembre 1994.

 

Il y a deux raisons principales pour nous de vous recommander d’aller visiter le temple Kiyomizu dera.

Tout d’abord, le plus important, c’est un endroit très beau. Le paysage varie en fonction des saisons, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.

Le temple,

  • au printemps, avec les cerisiers en fleurs,

  • en été, avec beaucoup de verdure,

  • en automne et en hiver avec les feuillages d’automne et la neige,

  • au temps des illuminations de nuit, en bleu et en rouge.

 

Il est magnifique n’est-ce pas ?

 

Et ensuite, dans ce temple, se trouve un endroit intéressant. C’est non seulement très beau mais aussi amusant. C’est un petit temple appelé le temple Jishu qui se trouve dans le temple Kiyomizu dera.

                                                            entrée du temple Jishu

C’est le temple dédié à l’amour. Dans ce temple, au milieu de l’allée centrale, il y a deux grosses pierres l’une en face de l’autre (photo ci-dessous) qui représentent l’amour entre deux personnes. Entre les deux pierres, il y a un intervalle de 10 mètres. Pour savoir si les deux personnes vont s’aimer, les yeux fermés, elles doivent chacune rejoindre l’autre d’une pierre à l’autre. Si elles se rencontrent, leur amour deviendra réalité. C’est très amusant.

                                                            allée centrale avec les pierres

Il y a beaucoup de boutiques de souvenirs sur le chemin qui mène au temple Kiyomizu dera et beaucoup de restaurants. C’est très joli !

 

Détails pratiques :

Accès :

La gare la plus proche du temple est la gare de Kawaramachi de la ligne des trains Hankyu et de là, on peut y aller avec le bus 207 direction Kiyomizudera.

Tarifs d’entrée :

– adulte, 400 yens (environ 3 euros)

enfant jusqu’au lycée, 200 yens (environ 1 euro 5)

Horaire d’ouverture :

Le temple est ouvert tous les jours de 18 heures à 21 heures.

 

 

Si vous venez à Kyoto, allez absolument au temple Kiyomizu dera et regardez les beaux paysages depuis le temple qui sont comme des peintures pour les yeux.

Le temple Mibu dera

par  Hikaru NAKAZONO

Kyoto est la ville la plus traditionnelle du Japon avec ses nombreux temples comme le temple Kiyomizu dera, le Pavillon d’or, le Temple d’argent, et beaucoup d’autres moins connus ! Je vais vous présenter le temple bouddhiste Mibu dera.

 

Le temple Mibu dera a été construit en 991 par un moine bouddhiste nommé Kaiken qui venait du Temple Mii à Shiga à côté de Kyoto.

le temple Mibu dera

À l’origine, il s’appelait Jizo in (地蔵院 ), nom donné par l’empereur Shirakawa en 1080. Ce temple dépend de la secte bouddhiste japonaise appelée Risshu. En 1259, un grand incendie va le détruire mais il va être reconstruit par Tairano Masahira, une personne du peuple.

On va prier dans ce temple pour sa santé, pour la réussite d’ examens ou l’obtention d’un bon travail. Moi, par exemple, quand j’étais en troisième au collège, j’y suis allée pour prier à la réussite de mon examen d’entrée au lycée et … je l’ai réussi !

Dans le temple Mibu dera, il y a plusieurs bâtiments, dont celui du temple Mibugawa Inari do. Le dieu de ce temple s’appelle Mibugawa Daimyoshin ou Inari Myoshin, c’est le dieu des récoltes. On va prier pour avoir de bonnes récoltes.

Il y a également la tour Sentaibutsutō. Cette tour a été construite en 1988. Il y a 1 000 statues d’Amitābha et de jizō, (le protecteur des enfants et des voyageurs), de l’époque Muromachi (1392~1573) installées en cône.

     

                la tour Sentaibutsutō                                les statues des «jizō», 

En 1300, Dogyo, un moine bouddhiste a créé un genre de spectacle comique en un acte, appelé kyōgen, généralement joué sur la même scène que les pièces de théâtre Nō. Ce genre s’appelle Mibu Onenfutsu kyōgen. C’est différent des spectacles comiques en général. Les acteurs jouent silencieusement avec un orchestre traditionnel accompagnant les pièces de Nō, aux sons d’une cloche, d’une flûte et d’un tambour (hayashi), en portant un masque.

Tous les printemps, en avril et mai, il y a la fête appelée Mibu Onenfutsukaï dans ce temple. Le premier spectacle a eu lieu en 1300, et puis pendant plus de 700 ans, sans interruption. Ce spectacle a lieu également en février et en octobre. En 1976, il a été enregistré Propriété culturelle folklorique immatérielle.

Mais le temple Mibu dera est sutout connu pour son histoire. A la fin de l’époque Edo (1603~1867), une organisation de défense appelée Shinsen gumi, composée de samouraïs, était chargée de surveiller les anti-shogounaux. Puis, en 1868, ce groupe a combattu dans la bataille Boshin senso contre les membres du nouveau gouvernement de l’époque.

Le groupe Shinsen gumi est très populaire et vraiment célèbre auprès des Japonais, en particulier, les fondateurs du groupe Isami Kondo et Kamo Serizawa, mais aussi, Toshizo Hijikata et Soji Okita.

 

       

       Isami KONDO                               Toshizo HIJIKATA

 

Soji OKITA

Les personnes qui ont essayé de renverser le shogounat pour établir un nouveau pouvoir politique se sont rassemblés à Kyoto et ont causé une grande agitation. Alors, des anciens samouraïs y sont allés pour maintenir l’ordre public. Et puis, ils ont été sous la protection de Katamori Matsudaïra.

                          

  Katamori MATSUDAIRA                                  Kamo SERIZAWA

Sur le côté est du temple (le bâtiment appelé Mibu duka), se trouve une statue de Isami Kondo et les tombes de Kamo Serizawa et des autres membres du groupe armé Shinsen gumi. Pour les voir, il faut un ticket d’entrée de 200 yens (1euro 50).

le buste de Isami KONDO

On peut visiter la résidence Yagi où se réunissait le groupe et on peut écouter le récit historique du groupe Shinsen gumi (en japonais seulement). L’entrée coûte 1 000 yens (7 euros 50).

 

la résidence Yagi

Dans le temple Mibu dera, en plus des seize spectacles de kyōgen, chaque année, il y a plusieurs autres évènements.

  • En janvier, se tient une réunion appelée « Shoshue », Des moines bouddhistes viennent expliquer les enseignements du bouddhisme. C’est ouvert à tous.
  • En février, il y a la fête appelée « Setsubunkai yakuyoke daihoe ». On prie pour ne pas avoir de malheur et pour la bonne fortune.
  • En mars et en septembre, il y a la fête appelée « Higane hōyō ». On enseigne et on écoute un texte bouddhique (« higan »), qui nous est personnellement destiné.
  • En avril, il y a la fête appelée « Hanamatsuri ». On célèbre la naissance de Cakyamuni, le fondateur du bouddhisme en Inde.
  • En juillet il y a également une cérémonie pour honorer l’âme des membres de Shinsen gumi, Cette cérémonie est gratuite.
  • Du 10 au 16 août, a lieu la fête appelée « Manto kuyoue ». On illumine les mille statues du temple pour célébrer les esprits de nos ancêtres.
  • La nuit du 31 décembre, on peut assister à la fête bouddhiste « Joya no kanetsuki » pour fêter l’arrivée de la nouvelle année. On fait sonner la grande cloche 108 fois. On dit que c’est le nombre de nos désirs pendant une année. Tout le monde est invité à faire sonner une fois la cloche du temple.

Le temple Mibu dera se trouve au centre de Kyoto près de Shi jo Omiya. On peut y aller depuis la gare de Kyoto avec le bus numéro 28, direction Arashiyama, et descendre à l’arrêt Mibuderamichi, puis on marche 3 minutes jusqu’au temple.

 

Ce temple est moins connu par les touristes donc c’est calme et c’est très bien. On peut y apprendre l’histoire et la culture japonaises. Je vous recommande cette visite.

Le temple Byōdōin Hōdō

Chigusa KANAI – Mao ABE

Le temple Byōdōin Hōdō

 

Kyoto est la ville la plus traditionnelle du Japon. Il y a beaucoup de temples et de sanctuaires à Kyoto. Un de ces monuments célèbres est le temple Byōdōin Hōdō. Il a été construit par Yorimichi Fujiwara en 1052 à Uji, au sud de Kyoto. Les deux kanji du temple 平等, signifient《égalité 》en français parce que c’est un temple qui a été édifié pour le salut de Bouddha. Ce temple est inscrit au Patrimoine mondial depuis 1994.

 

le temple Byōdōin Hōdō

 

Le temple Byōdōin Hōdō est ouvert de 9h30 à 16 heures et le jardin est ouvert de 8 heures à 17 heures. Il faut payer 300 yens (environ 2 euros) pour voir l’intérieur du temple. On peut prendre l’extérieur du temple et le jardin en photo mais on ne peut pas photographier l’intérieur du temple.

On peut voir des statues de bouddha qui datent de l’époque de la construction du temple. Elles sont enregistrées comme Trésor national.

 

le jardin dans le temple

 

Il faut se déchausser dans le temple. Il y a des visites guidées si vous voulez bien profiter de votre visite.

L’image du temple Byōdōin Hōdō est gravée sur la pièce de monnaie japonaise de 10 yens. Durant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de temples et de sanctuaires ont été détruits par le feu, mais ce temple y a échappé par miracle. C’est pour cette raison que le gouvernement a décidé de le faire graver sur la pièce de monnaie et de le considérer comme Bien culturel en 1951.

 

la pièce de 10 yens à l’effigie du temple

 

 Il y a 2 500 temples et sanctuaires dans la ville de Kyoto. Beaucoup ont été construits quand Kyoto était la capitale du Japon, au VIIIe siècle, particulièrement pendant l’époque Heian (794-1185). Il y a beaucoup de jolis temples et sanctuaires à Kyoto. Nous pensons que Byōdōin Hōdō est magnifique et peut-être un des plus célèbres temple au Japon.

 

Si vous visitez Kyoto, allez admirer le temple Byōdōin Hōdō. Il faut environ 20 minutes de la gare de Kyoto à la gare de Uji en train et il faut environ 10 minutes à pied de la gare de Uji pour aller au temple. Sur le chemin, il y a beaucoup de boutiques de souvenirs et Uji est connu pour son thé vert. Si vous pouvez, essayer aussi d’assister à une cérémonie du thé et goutez au célèbre thé de Uji !

 

 

 

Le temple Tenryu ji

 

   Yuma Horitake, Miyu Nishimura et Kanako Miyake

 

 

 

Nous allons vous présenter le templeTenryu ji. Ce temple se trouve à Kyoto, plus précisément à Arashiyama, à l’ouest de Kyoto. Il est très connu au Japon. Plusieurs millions de touristes visitent Kyoto chaque année. Le quartier de Arashiyama est un des lieux de visite de cette ville qui attire beaucoup de touristes.

Le temple Tenryu ji est un temple très visité à Kyoto. Il fait partie du Patrimoine mondial. Le temple a été construit il y a 670 ans. C’est un très vieux temple. C’est Takauji Ashikaga, un général de l’ère Muromachi (1338-1358) qui a fait construire ce temple. On dit que la raison principale de l’origine du nom de ce temple provient d’un rêve qu’il a fait. Il a rêvé d’un dragon d’or qui s’envolait vers le ciel. En japonais, “ten” signifie ciel et “ryu” veut dire dragon. C’est un temple de religion bouddhiste, de l’une des trois écoles principales du bouddhisme zen japonais, l’école “Rinzai”.

 

Le jardin du temple

L’endroit le plus admiré dans le temple est son jardin. Sa surface est de 400 m2. Il est très beau. Au centre du jardin, il y a un étang où l’on peut voir des carpes qui nagent toute l’année. Nous vous conseillons d’admirer le jardin en vous asseyant dans la véranda de bois traditionnelle appelée “engawa”, qui entoure le temple.

kkp%ef%bc%91

sur le second plan de cette photo, des touristes admirant le jardin depuis la véranda

 

kkp%ef%bc%92

vue sur le jardin depuis la véranda “engawa” du temple

                   

La “source d’amour”

Il y a un petit bassin d’eau dans le parc du temple que l’on appelle la “source d’amour”. Dans ce bassin, se trouvent une grosse grenouille en pierre accompagnée de deux petites (voir photo ci-dessous). Les touristes peuvent lancer des pièces de monnaie dans la coupelle située devant les trois grenouilles. La grande grenouille se trouve au centre et les deux petites grenouilles sont à sa droite et à sa gauche. Si vos pièces de monnaie arrivent à atteindre la coupelle, vous serez doublement heureux !! On peut voir aussi beaucoup de pièces tout autour d’elles et dans tout le bassin. Quand nous y sommes allées, beaucoup de personnes lançaient des pièces.

kkp3

vue sur la “source d’amour”

 

 

S’imprégner des traditions

On peut faire diverses expériences au temple Tenryu ji.

Vous connaissez le mot zazen ? Le “zazen” est une séance de méditation que l’on fait en étant assis en tailleur. C’est calme et relaxant. Le deuxième dimanche de chaque mois, vous pouvez faire une séance de méditation dans ce temple. C’est gratuit et il n’y a pas besoin de réservation.

Une autre expérience appelée “shakei” peut être tentée dans ce temple. C’est une séance où l’on recopie des soutras. Par contre, cet exercice coûte 1000 yens et il faut réserver. C’est un peu difficile mais très relaxant aussi. ※La réservation peut se faire de 9 h à 15 h au guichet près de l’entrée.

Heures d’ouverture du temple Tenryu ji et prix du ticket pour voir le jardin

Heures d’ouverture : 8 h 30 ~ 17 h 30

Prix du ticket  pour voir le jardin : 500 yens pour les lycéens et adultes, 300 yens pour les écoliers et gratuit pour les moins de 7 ans.

 

Accès

~ en train ~

Vous pouvez prendre le train JR, ligne Sagano et descendre à la gare de Saga-Arashiyama.

Vous pouvez prendre le train Hankyu, ligne Arashiyama et descendre à la gare d’Arashiyama. 

~ en bus ~

Vous pouvez prendre les bus de ville (les bus verts) numéros 11, 28 ou 93 et descendre à l’arrêt Arashiyama-Tenryujimae.

Vous pouvez prendre les bus de Kyoto (les bus bruns) numéros 61, 72 ou 83 et descendre à l’arrêt Keifuku-Arashiyama.

C’est très facile d’aller au temple Tenryu ji.

 

Nous pensons que ce temple est très beau et quand on est à l’intérieur, on peut vraiment “ressentir le Japon ancien “. Nous vous conseillons d’aller visiter le temple Tenryu ji.

Le temple Kiyomizu

KKP2-1

du belvédaire, vue sur le temple Kiyomizu

 

Nous allons vous présenter le temple Kiyomizu (ou Kiyomizu dera). C’est un temple de religion bouddhiste, de la secte «Hossō». C’est un des temples les plus célèbres de Kyoto. Il est visité par de nombreux touristes chaque année. Il est situé au sud-est de Kyoto.

IMG_20170110_181214

ruelle marchande qui mène au temple

 

 

« Histoire du temple Kiyomizu »

Le temple Kiyomizu a été construit en 778, à l’époque Nara. Tamuramaro Sakanoue a fait construire ce temple. C’était un militaire. Un jour qu’il chassait le cerf, il a trouvé ce bel endroit. Il a rencontré un bonze qui lui a dit de ne pas tuer les animaux. Il a ressenti une grande émotion et pour cette raison, il a fait construire ce temple à cet emplacement. Le temple a été construit en bois sans l’utilisation d’aucun clou !

A l’intérieur du temple, il y a un endroit très célèbre appelé « le belvédaire de Kiyomizu », situé en haut d’un ravin de la même hauteur que le bâtiment principal du temple d’une hauteur de 4 étages environ. Le belvédaire est devenu un spot pour prendre des photos du temple !

Ce temple est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans « les biens culturels de l’ancienne Kyoto », depuis 1994.

 

« Évènements »

Durant toute l’année, il y a de nombreaux évènements divers organisés dans le temple. Un des plus importants sont les illuminations du temple. Cela se passe trois fois par an, au printemps, en été et en automne. À ces moments-là, le temple Kiyomizu est fantastique et nous pouvons profiter de la vue de nuit sur la ville de Kyoto.

Un autre évènement particulier est le moment des trois jours spéciaux appelés « sennichi mairi » qui a lieu les 14, 15 et 16 août de chaque année. Si on va prier au temple pendant une de ces trois dates, notre prière équivaut à mille prières. Beaucoup de touristes y vont pendant cet évènement.

 

« Informations pratiques »

Heures d’ouverture pour 2017 : de janvier à juillet, 6h-18h – d’août à septembre, 6h-18h30 – de septembre à février, 6h-18h  ※ le 31 décembre et le 1er janvier, 24h sur 24h.

Prix  du ticket d’entrée : gratuit pour les moins de 7 ans ; 200 yens pour les moins de 16 ans ; 400 yens pour les plus de 16 ans.

 

 

20170112_191415

ticket d’entrée

« Accès »

Depuis la gare de Kyoto : vous pouvez prendre les bus de ville n° 206 ou 100 ou le bus de Kyoto n° 18 et descendre à Gojozoka. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver.

Depuis la gare Hankyu Kawaramachi et la gare Keihan Gionshijo : vous pouvez prendre le bus de Kyoto n° 207 et descendre à Kiyomizumachi. C’est à dix minutes à pied. C’est facile à trouver. Vous pouvez prendre les bus Keihan n°83, 85, 87 ou 88 et descendre à Kiyomizumachi ou Gojozaka.

Depuis la gare Keihan Shichijo : vous pouvez prendre les bus de Kyoto N°206 et 100 et descendre à Gojozaka. C’est à dix minutes à pied.

 

Près du temple, il y a de nombreuses petites boutiques de souvenirs et de nombreux restaurants pour que vous profitiez bien de votre visite.

Le temple Kiyomizu est très beau ! Nous vous conseillons d’aller le visiter si vous allez à Kyoto !

 

Kanako Miyake, Miyu Nishimura et Yuma Horitake

Le temple Byodo ji

Yachiyo TOKIOKA

Vous connaissez peut-être le temple Byodo in très connu situé à Uji, mais je vais vous présenter le temple Byodo ji qui se trouve à Kyoto dans l’arrondissement Shimogyo ku. On peut confondre car les deux noms se ressemblent.

« Byodo » signifie « égalité » (« ji » veut dire « temple » en japonais). Il appartient à la secte bouddhiste Shingon. La secte Shingon a été fondée par un moine et penseur très important nommé Kobōdaishi (774-835), à l’époque Heian.

Les adeptes de ce groupe religieux pensent que tout le monde a la capacité de surmonter sa souffrance.

Le temple Byodo ji porte aussi le nom de Inaba Yakushi. Inaba est l’ancien nom de la préfecture de Tottori qui est située à l’ouest de la préfecture de Kyoto au bord de la mer du Japon. Autrefois, Inaba était un centre politique et religieux où se trouvait le sanctuaire Ichinomiya, qui avait une grande influence dans le Japon du 7ème siècle. Yakushi représentait le Dieu de la guérison.

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

paysage matinal près du temple Byodo ji

personne saluant en passant devant  le temple

 

Voici l’histoire de ce temple :

Yukihira Tachibana était un des nobles qui faisait partie de la cour de l’Empereur Murakami (926-967) et on dit que cet empereur était un réformateur et qu’il était très cultivé. La capitale du Japon était Kyoto à ce moment-là (de 794 à 1868). A cette époque l’Empereur avait un grand pouvoir politique. Ce noble s’est rendu dans la préfecture de Inaba, à Ichinomiya, sur l’ordre de l’empereur pour prier pour la paix.

Après avoir prié, sur le chemin du retour à Kyoto, il est tombé gravement malade. Alité, il a rêvé qu’ un moine parlait de retirer une statue de Bouddha de la mer et de souhaiter sa guérison. Aussitôt, il a fait chercher cette statue et une statue en bois, d’environ 165 cm, a été trouvée. Yukihira Tachibana a pris soin de cette statue et a prié pour sa complète guérison et s’est rétabli miraculeusement. Yukihira Tachibana a réaménagé sa maison en y installant cette statue et a prié d’une manière fervente. Ainsi sa maison est devenue un temple au 11ème siècle. C’est ainsi que l’on pense que cette statue de Bouddha a des dons de guérison encore aujourd’hui.

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

le lieu de prière du sancutuaire pour les visiteurs

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

à droite sur la photo, la vitrine où brûlent les cierges

 

Le temple Byodo ji n’est pas grand mais il est très populaire. Il y a toujours beaucoup de monde qui vient prier Yakushi, surtout le matin, en semaine. En fait, les gens prient en allant à leur travail. On croit que si on prie Yakushi, on n’aura pas de cancer.

 un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo 


un jeune homme sur le chemin de retour de son entraînement de kendo

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une planche de bois qui assure une bonne santé, touchez-la !

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

une statue de Emma, Dieu de l’enfer qui chasse le diable et donne une bonne santé

 

 

Dans ce temple, il y a quelques bancs (c’est très rare dans les temples au Japon). Si l’on est fatigué ou si on veut passer un moment calme, on peut toujours s’y asseoir.

 

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

à gauche, un cerisier qui va fleurir en avril et à droite, une fontaine en pierre pour se laver les mains afin de se purifier

 

Plusieurs fêtes ont lieu chaque mois dans ce temple et aussi un marché tous les 8 du mois. On y vend des choses faites à la main comme des sacs, du pain, des gâteaux, des bagues, des bracelets ou des colliers etc. On passe un moment agréable en bavardage.

Passer du temps dans les temples, pour prier ou juste pour jouir d’un moment agréable, fait partie de la vie quotidienne de beaucoup de Japonais.

 

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

le 8 du mois, les drapeaux rouges annoncent le marché

un jour de marché au temple

un jour de marché au temple

un stand de sacs à main

un stand de sacs à main

Dans ce temple, il y a deux moines qui récitent les soutra et un homme bénévol pour les diverses tâches du temple. Il fait le lien entre les moines et les visiteurs. Par exemple, lorsqu’une personne écrit son souhait sur une grande bougie, elle la lui confie. Le lendemain matin très tôt, un des deux moines priera en allumant cette bougie. Cet homme salue toujours sympathiquement et il est très gentil.

  l’homme bénévol au temple


l’homme bénévol au temple

 

C’est un endroit intéressant. On peut passer un moment religieux et agréable dans une ambiance populaire très japonaise. De plus, on peut se procurer une amulette-porte bonheur.

 

Je vous conseille la visite du temple Byodo ji pour changer des grands temples très touristiques et souvent très fréquentés.

 

Pour aller au temple Byodo ji :

-en métro, ligne Karasuma, il faut descendre à la station Gojo et prendre la sortie 1, c’est à 5 minutes à pied en direction du nord.

-en bus (vert), les bus n°5 ou n°26, il faut descendre à l’arrêt Karasuma Matsubara et c’est à 2 minutes environ en direction de l’est.

Le temple Ryôan ji

de Yuki Kita et Sayaka Matsuda

 

Le temple

Le temple Ryôan ji est un temple de religion bouddhiste. Il a été construit à l’époque Muromachi en 1450 par un Samuraï qui s’appelait Katsumoto Hosokawa. Dans ce temple, il y a un jardin de style «karesansui» et un grand étang appelé «kyoyochi». Autrefois, il y avait beaucoup de constructions dans ce temple mais presque toutes ont été détruites dans des incendies. Il y avait vingt et un bâtiments mais aujourd’hui, il en reste seulement trois. Le temple Ryôan ji fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO à partir de 1994.

Le temple principal se trouve en haut d’un grand escalier en pierre. Dans les bâtiments sont exposés de vieux livres écrits en caractères chinois. Il y a un rayon de souvenirs aussi. On ne peut voir le jardin de pierres que de l’intérieur de ce bâtiment.

 

bâtiment principal du temple Ryôan ji

Le jardin de pierres

 

jardin de pierres karesansui

Le jardin de pierres de style karesansui est composé de petits cailloux et de quinze grosses pierres disposées adroitement de façon à ce qu’il soit impossible de les voir toutes en même temps. Dans ce jardin, il n’y a a pas d’eau.

Quand la reine Elizabeth 2 d’Angleterre est venue en 1975, elle a trouvé ce temple magnifique.

On ne sait pas qui a dessiné et fait ce jardin. On dit que les petits cailloux représentent l’océan et les grosses pierres, les montagnes.

La petite fontaine aux ablutions

 

petite fontaine aux ablutions

Le petit bassin destiné aux ablutions, «tsukubai», sert à se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de «rencontrer les dieux» et avant d’ entrer dans le pavillon de thé. Ils représentent souvent un objet, ici, il a la forme d’une ancienne pièce de monnaie. On peut lire une inscription avec quatre caractères chinois 吾唯足知 : en français on pourrait traduire par : « Je connais uniquement la satisfaction maintenant ». Donc, on ne ressent ni plainte ni insatisfaction.

 

L’étang 

étang kyôyôchi

On peut admirer diverses fleurs qui nous enchantent par leurs belles couleurs à chaque saison : par exemple nous pouvons voir des camélias en hiver, les fleurs des cerisiers au printemps, des nénuphars en été et enfin, on peut également admirer les érables rouges en automne. On peut voir aussi les canards domestiques nager dans l’étang. Il y a aussi des carpes, des tortues d’eau et divers oiseaux.

 Informations pratiques 

 Horaires d’ouverture :  du 1er mars au 30 novembre, de 8h à 17h et du 1er décembre à la fin février : de 8h30 à 16h30. Tarifs pour la visite complète : 500 yens et 300 yens pour les moins de 15 ans.

Comment y aller ?

En bus

de la gare de Kyôto, prendre le bus n° 50, descendre à l’arrêt Ritsumeikanmae et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

du centre ville, de Kawaramachi, prendre le bus n° 59, descendre à l’arrêt Ryoanjimae et marcher 1 minute.

En train : si vous êtes à Arashiyama, prendre le train Keifuku et descendre à Ryoanjimichi.

Téléphone : (075) 463-2216

 

Le temple Ryôan ji

de Yuki Kita et Sayaka Matsuda 

 

Le temple

Le temple Ryôan ji est un temple bouddhiste. Il a été construit à l’époque Muromachi en 1450 par un Samuraï qui s’appelait Katsumoto Hosokawa. Dans le temple, il y a un jardin de style «karesansui» et un grand étang appelé «kyoyochi». Autrefois, il y avait beaucoup de constructions dans ce temple mais presque toutes ont été détruites dans des incendies. A l’origine, il y avait vingt-et-un bâtiments mais aujourd’hui, il en reste seulement trois. Le temple Ryôan ji fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

Le temple principal se trouve en haut d’un grand escalier en pierre. Dans les bâtiments sont exposés de vieux livres écrits avec des caractères chinois. Il y a un rayon de souvenirs aussi. On ne peut voir le jardin de pierres que de l’intérieur de ce bâtiment.

 

bâtiment principal du temple Ryôan ji

Le jardin de pierres

 

jardin de pierres karesansui

 

Le jardin de pierres de style karesansui est composé de petits cailloux et de quinze grosses pierres disposées adroitement de façon à ce qu’il soit impossible de les voir toutes en même temps.

Dans ce jardin, il n’y a pas d’eau. Quand la Reine Elizabeth 2 d’Angleterre est venue en 1975, elle a dit qu’il était magnifique.

On ne sait pas qui a dessiné et fait ce jardin. Les petits cailloux représentent l’océan et les grosses pierres, les montagnes.

 

La petite fontaine aux ablutions

 

fontaine où l'on se purifie

Le petit bassin destiné aux ablutions, «tukubai », sert à se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de «rencontrer les dieux» et avant d’entrer dans le pavillon de thé. Ils représentent souvent un objet, ici, il a la forme d’une ancienne pièce de monnaie. On peut lire une inscription avec quatre caractères chinois 吾唯足知 : en français on pourrait traduire : « Je connais uniquement la satisfaction maintenant » … donc, on ne ressent ni plainte ni insatisfaction.

 

L’étang 

 

étang kyôyôchi

 

Au bord ou dans cet étang, on peut admirer diverses fleurs qui nous enchantent par leurs belles couleurs à chaque saison : par exemple nous pouvons voir des camélias en hiver, les fleurs des cerisiers au printemps, des nénuphars en été et enfin, on peut également admirer les érables rouges en automne. On peut voir aussi les canards domestiques nager dans l’étang. Il y a aussi des carpes, des tortues d’eau et divers oiseaux.

 

Informations pratiques 

Horaires d’ouverture :  du 1er mars au 30 novembre, de 8h à 17h et du 1er décembre à la fin février, de 8h30 à 16h30. Tarifs pour la visite complète : 500 yens et 300 yens pour les moins de 15 ans.

Comment y aller ?

En bus :

de la gare de Kyôto, prendre le bus n° 50, descendre à l’arrêt Ritsumeikanmae et marcher 7 minutes en direction de l’ouest.

du centre ville, de Kawaramachi, prendre le bus n° 59, descendre à l’arrêt Ryoanjimae et marcher 1 minute.

En train : si vous êtes à Arashiyama, prendre le tramway Keifuku et descendre à Ryoanjimichi et marchez en direction du nord. C’est bien indiqué.

Téléphone : (075) 463-2216