Les jeunes filles MAIKO

January 30, 2019

 

Kisara Tanaka

Daiki Higashiyama

 

Une « Maiko » est une jeune fille apprentie Geiko (Geisha). C’est une artiste. Elle chante des chansons traditionnelles que seules ces artistes chantent. Elle danse également des danses très difficiles, très élégantes, appelées « Maï ».

Elle est populaire à la fois auprès des Japonais et des étrangers. Récemment, il semble qu’il y ait plus d’occasions d’en apercevoir. On aimerait que plus de touristes étrangers connaissent un peu mieux le monde de ces jeunes filles donc nous allons vous le présenter.

 

 une jeune Maiko

 

Le travail d’une Maiko consiste à accueillir et distraire les clients des restaurants que l’on nomme OCHAYA. Elle ne reçoit pas de salaire, seulement des pourboires qu’elle redonne à la personne qui s’occupe d’elle, souvent une ancienne Geiko.

Les Maiko sont apparues il y a 300 ans durant l’époque Edo, vers 1700. On dit que ça a commencé dans un salon de thé à Kyoto. Elles offraient du thé et des gâteaux aux voyageurs et aux visiteurs des temples. Cependant, après plusieurs années, elles ont commencé à offrir de l’alcool et des repas tout en dansant et en minant des scènes de Nō, théâtre traditionnel dont les acteurs sont uniquement des hommes.

Il y a des critères stricts pour devenir Maiko : mesurer moins de 1,60 m, être mince et jolie. De plus, pour être une artiste accomplie, une Maiko doit suivre un apprentissage artistique. Cet apprentissage se fait de 16 ans à 20 ans.

Elles apprennent les traditions de Kyoto, son dialecte et à bien s’exprimer. Elles habitent dans une maison appelée OKIYA avec d’autres Maiko qui sont leurs aînées. La patronne de la maison, une ancienne Geiko, est appelée OKAMISAN. Elles vivent ensemble et sont toute la journée ensemble. Elles n’ont pas de temps libre pour elles. Ce sont des jeunes filles qui viennent de tout le Japon.

Après leurs leçons de chant, de danse, leur patronne les envoie dans les restaurants Ochaya qui les ont sollicitées. Elles dansent, chantent, servent et divertissent les clients.

 

jeunes filles portant des kimonos

 

Lorsqu’elles sortent, elles portent un magnifique kimono mais elles ne peuvent pas s’habiller seules. Elles sont donc aidées par leurs aînées. Puis elles sont maquillées et coiffées par des professionnels.

C’est difficile d’entrer dans un endroit où il y a des Maiko.

entrée, un peu cachée, d’un OCHAYA

 

On ne peut pas entrer la première fois sans une invitation. En général, cela se passe entre connaissances : un client donne une invitation à une de ses connaissances qui ainsi pourra entrer dans un restaurant Ochaya. Les clients règlent leurs notes à chaque fin de mois. Ce sont donc des clients riches comme des médecins, des patrons d’entreprises, etc… mais maintenant il y a des endroits où on peut entrer sans invitation. Nous vous recommandons d’y aller pour voir des Maiko. On peut en voir à Gion. Mais hélas, ça coute très cher, au minimum 35 000 yens(environ 280 euros). On y est déjà allé une fois. C’est cher mais amusant.
Gion est un quartier, à l’est de Kyoto, où habitent beaucoup de Maiko.

 rue typique de Gion

 

Et si vous voulez vous aussi, porter un kimono comme les Maiko, on trouve également dans ce quartier des magasins de location de kimonos. On peut réserver par Internet ou par téléphone, en japonais ou en anglais. On n’a besoin de rien. On choisit un kimono qui nous plait et quelqu’un nous habille et on nous maquille aussi. Un photographe nous prend en photo dans un studio. Seulement après on peut sortir à Gion ou visiter un temple, en kimono. La location coute un peu cher, environ 8 000 yens(environ 70 euros) pour une heure. Louer un kimono seulement, ce n’est pas trop cher, mais si vous choisissez en plus le forfait maquillage et séance photo, cela coute plus cher.

 

devenir une Maiko le temps d’une photo

 

Si vous venez à Kyoto, et si comme nous, vous vous intéressez aux Maiko, essayez de passer un bon moment en kimono pour ressentir un peu de la culture traditionnelle japonaise. On ne peut voir des Maiko qu’au Japon et surtout à Kyoto et spécialement dans le quartier de Gion.