Les gâteaux de Kyôto

November 12, 2012

par Midori KANEKO, Rina KAGAWA et Mariko IWANO

1. Vous connaissez les gâteaux de Kyôto ?
Les gâteaux de Kyôto (kyôgashi en japonais) et les gâteaux japonais (wagashi) sont des gâteaux différents.

Quand Kyôto était la capitale du Japon,  des gâteaux étaient offerts aux nobles de la cour et aux temples. Ces gâteaux s’appelaient kyogashi,  c’est à dire « les gâteaux de Kyôto ». Ce sont de petits gâteaux que les gens mangeaient pour calmer leur faim.

A l’époque Nara (710-784),  le sucre a été introduit, et ce gâteau contenant du sucre était offert à l’Empereur. A partir de l’époque Edo (1603-1867),  les gens du peuple ont pu manger les mêmes gâteaux que l’Empereur. En ce temps-là,  le mot  kyogashi  s’est popularisé.

 2. Quand  est-ce que l’on mange ces gâteaux  ?
Les gâteaux de Kyôto sont préparés souvent  pour les fêtes : par exemple, les gâteaux de mochi (pâte de riz cuit à la vapeur passée au pilon) en losange appelés hishimochi sont dégustés à l’occasion de la fête des petites  filles.

les gâteaux de Kyoto

pâte à base de riz pilé appelée mochi

Et les gâteaux appelés  chimaki et kashiwamochi  sont préparés pour la fête des petits  garçons. Le chimaki,  c’est un mochi qui est enrobé dans une feuille appelée  chigaya et le kashiwamochi,  c’est un mochi fait avec une pâte de haricots sucrée qui est enrobé dans une feuille appelée kashiwa.

   ←C’est le chimaki.

  ←C’est le kashiwamochi.

Ils changent d’aspect et de parfum suivant les  saisons.  Les gâteaux de Kyôto se goûtent avec les cinq sens :  la vue,  l’ouïe,  le toucher,  l’odorat et le goût.

3.  Un des plus fameux gâteaux de Kyôto :  le yatsuhashi

Le yatsuhashi est le plus célèbre des gâteaux de Kyôto. A l’origine, il se présentait comme de la fouace. Aujourd’hui,  il y a en deux types :  le yatsuhashi cuit (comme de la fouace) et le yatsuhashi cru. Le yatsuhashi cuit est né au second tiers de l’époque Edo, et le yatsuhashi cru est né dans les années 1960. Les personnes âgées préfèrent le yatsuhashi cuit au yatsuhashi cru, et le  yatsuhashi cru est préféré par les jeunes générations. Mais le yatsuhashi cru est plus populaire que le yatsuhashi cuit maintenant.

Le nom de ce gâteau vient d’un homme nommé Yatsuhashi Kengyo,  qui était compositeur de Koto.  Le koto est un instrument de musique à 13 cordes, une sorte de cithare  japonaise. C’est lui qui a inventé ce gâteau. Il était très économe  et il a pensé à la manière d’utiliser les grains de riz qui étaient trop petits pour être mangés normalement. Ainsi, il a créé les yatsuhashi cuits,  qui sont faits à partir de petits grains de riz écrasés.  C’est comme ça qu’est né le yatsuhashi. Ce gâteau se vend bien, en mai, juin et novembre parce qu’en mai et juin,  c’est la saison des voyages scolaires et en novembre,  il y a beaucoup de fêtes donc  beaucoup de visiteurs viennent à Kyôto.

4.  A la découverte du yatsuhashi, au centre culturel des gâteaux de Kyôto :  «Yatsuhashian Kakehashi».

Nous sommes allées à «Yatsuhashian Kakehashi». (Kakehashi, c’est le nom du bâtiment).

le centre culturel Kakehashi

le centre culturel Kakehashi

Autrefois,  à l’époque Heian (794-1185),  Kakehashi a hérité d’une broderie à Kyôto, mais il n’était pas capable de vivre seulement avec les revenus de la broderie à cause des changements dans le style de vie. En effet,  la culture artisanale s’était presque effondrée. Il a alors créé un centre culturel à son nom pour valoriser la culture de Kyôto. Beaucoup de gens visitent ce centre, des enfants aux personnes âgées, ainsi que beaucoup d’étrangers.

à l'intérieur du centre Kakehashi

à l'intérieur du centre Kakehashi

enseigne du centre Kakehashi

enseigne du centre Kakehashi

5.  Les secrets de fabrication du yatsuhashi

yatsuhashi, à la  fraise, au haricot rouge et au chocolat

mochi parfumé à la fraise, à la cannelle et au chocolat

Nous avons fait des yatsuhashi  et nous allons vous expliquer la recette.
a. D’abord nous avons mis le kinako – farine de soja sucrée –  sur un drap brûlant.

b. Ensuite nous avons étendu la pâte avec un rouleau à pâtisserie.

c. Nous l’avons coupée en carrés.

d. Nous avons mis une pâte de haricots sucrée appelée an sur cette pâte.

e. Enfin,  nous avons enrobé la pâte de haricot dans le carré de mochi.

On peut découvrir d’autres recettes de spécialités culinaires  en plus du yatsuhashi dans ce centre culturel. Par exemple :  le mitarashidango,  le makizushi. Le mitarashidango est un mochi avec de la sauce de soja sucrée et le makizushi est un rouleau de riz vinaigré enveloppé de porphyre. Au centre Kakehashi,  il y a un café et un magasin de souvenirs aussi. Le café est au rez-de-chaussée et le magasin de souvenirs, au premier étage.

Les souvenirs les plus populaires sont le yatushashi cru fourré de pâte de haricots rouges granuleux. Il y a aussi des choux à la crème et des biscuits.

Tout le monde,  des enfants aux adultes,  peuvent passer un bon moment au centre Kakehashi. C’est le meilleur endroit pour emporter un beau souvenir de Kyôto.

Nous avons fait une expérience rare,  qu’on ne fait pas souvent et nous en sommes très contentes.

Leave A Comment...

*