Les jeunes filles “Maiko”

April 24, 2010

Par Misaki Nishida et Mizuka Yoshimura

des jeunes Maiko

Pour devenir une «Maiko» ….

Les femmes qui ont entre 15 et 20 ans peuvent devenir “Maiko”. Elles devront étudier, pendant un an, l’art floral, les danses traditionnelles, les bonnes manières pour recevoir. Elle devront travailler dans le restaurant de leur patronne.

Les différents styles de “Maiko” :

Une “Maiko “est une jeune femme très brillante et élégante comme on pouvait en voir déjà à l’époque Edo (1600-1867).

Savez-vous ce qu’est un «kanzashi» ? C’est un accessoire pour coiffures. Sa forme est différente suivant le mois de l’année. Par exemple :

en février → en fleur de prunier,

en avril → en fleur de cerisier,

en octobre → en fleur de chrysanthème etc….

Les cheveux des Maiko sont leurs propres cheveux. Il y a une grande variété de styles de coiffure. Une “Geiko”porte une perruque et elle fait sa toilette elle – même. La première année, elle se maquille seulement la lèvre inférieure. Le reste de son visage est maquillé en blanc. C’est le même maquillage utilisé depuis longtemps. On dit «oshiroi» parce qu’ aux temps où on utilisait une bougie comme source de lumière, on pouvait voir le visage des Maiko clairement dans le noir. Elle porte un kimono. Une Maiko n’a pas de kimono personnel. Elle l’emprunte à son hôtelière. Elle porte ce qu’on appelle des «furisode» en japonais, c’est à dire des kimonos à manches très longues. Mais elle en porte aussi avec des manches un peu courtes parce qu’elle ressemble à des enfants pour les visiteurs. Une “Geiko” porte des kimonos appelés «tomesode» qui désignent des kimonos avec des manches encore plus courtes.
Les chaussures d’une Maiko s’appellent «okobo». C’est une sorte de sandale très haute.

une jeune et jolie Maiko

Où peut – on voir des “Maiko” à Kyôto ?

A Kyôto, il y a 5 quartiers (Hanamachi) où habitent les Maiko : «Gion kôbu » «Pontochô» , «Kamishichiken», «Miyagawa chô» et «Gion higashi».

Gion kôbu

C’est près du sanctuaire Kennin ji. C’est le plus grand quartier (Hanamachi) des Maiko.

Pontochô

C’est dans le quartier de Nakagyô, entre la rue Shi jô et la rue San jô , parallèle à la rivière Kamogawa , côté ouest, près de la rue Kiyamachi.
L’origine du mot Pontochô est portugaise : le «pon» de Pontochô était à l’origine le son du tambour, ce qui a donné le nom Pontochô.

Kamishichiken

C’est dans le quartier de Kamigyô ku. A l’origine, il y avait des maisons de Maiko près du temple Kitano tenmangu, à l’époque Muromachi (1392-1573).

Miyagawa chô

C’est dans le quartier de Higashiyama à Kyôto, à l’est de Shijô. Miyagawa veut dire la rivière aux sanctuaires.

Gion higashi

C’est dans le quartier de Higashiyama à Kyôto. A l’origine, les maisons de Maiko se trouvaient dans le temple de Yasaka jinja. Gion higashi est la partie Est de la ville de Gion kôbu, qui est devenue indépendante en 1881.

La boutique «Yume kôbu»

Il y a beaucoup de magasins dans Kyôto où vous pouvez essayer le style de Maiko.

La maison de thé qui s’appelle «Yume kôbu» a 3 magasins dans la ville de Kyôto : il y en a un près de la gare JR de Kyôto, un autre à cinq minutes à pied du temple Kiyomizu dera et bien sûr, un qui se trouve dans le quartier de Gion : «Machiya Shinkan» est une «machiya» de 100 ans dans le centre de Gion. Une “machiya” est une vieille maison traditionnelle typique de Kyôto qui sert de commerce et d’habitation.

Si vous voulez «devenir une Maiko», vous pouvez le faire mais il faut réserver parce qu’il y a beaucoup de possiblités dans les magasins qui proposent des tenues de Maiko ! Vous pouvez réserver par téléphone ou par Internet.

Voici les références d’un magasin (homepage en anglais aussi) :
N°tél :075-661-0858  URL :http://www.yumekoubou.info/english/index.html

Si vous avez l’occasion de venir à Kyôto vous pouvez aller manger dans les restaurants où il y a des Maikos mais c’est très, très cher ! De plus, vous pouvez aussi voir des Maiko dans les rues de Gion (quartier central, animé de Kyôto).
Les Maiko sont des jeunes femmes vêtues de kimonos traditionnels japonais dans lesquelles nous retrouvons tout le charme des femmes japonaises.

Leave A Comment...

*