Le temple Yogen in

April 24, 2007

de Chiaki Horiguchi

 

 

entrée du temple Yogen in

L’entrée, dans le temple se fait par une petite porte. On y accède par une pente douce. Après avoir payé 500 yens par adulte au guichet, on reçoit un petit historique du temple et une carte postale. Huit illustrations différentes composent la série de cartes postales mais on ne peut pas choisir celle qui nous est donnée. Elles reproduisent des peintures faites pour le repos des âmes des samouraïs, par Sotatsu Tawaraya, peintre du début du XVIIe siècle. Sa façon de peindre est particulière et vivante. Chaque illustration est le pendant d’une autre : deux éléphants blancs, deux lions, deux “kirin” (sorte de licorne, animal chimérique de la mythologie chinoise) et un pin. Attention, il est interdit de prendre des photos à l’intérieur du bâtiment.

Une employée passe une cassette comportant des explications sur le bâtiment. Malheureusement, cette cassette est enregistrée uniquement en japonais mais ce temple vaut la peine d’être visité pour ses peintures magnifiques sur les portes coulissantes intérieures et l’histoire de son plafond. Celui-ci est composé de planches qui viennent du château de Fushimi, près de Kyôto. Il est appelé “plafond de sang” et les traces de sang qui tâchent les planches sont réelles et datent de 1600. Elles proviennent de 384 samouraïs, à qui on avait ordonné de garder le château de Fushimi et qui ont préféré se donner la mort plutôt que de se rendre. A cette époque-là, on n’a pas pu se débarasser de leurs dépouilles tout de suite. Leur sang et leur trace ne se sont pas effacés. Par endroits, on distingue nettement les formes de personnes.

Le couloir du bâtiment a été construit selon la technique du <uguisu bari <(uguisu=rossignol en japonais). Chaque fois qu’une personne marche dans le couloir, le plancher émet un bruit imitant le chant d’un oiseau. Plus cette personne essaie de marcher tranquillement, plus les planches grincent fort. Cette installation avait pour but d’empêcher les espions (ninja) de s’introduire dans le bâtiment.

Le jardin de ce temple est célèbre, lui aussi. L’ambiance du jardin change avec les plantes qui y poussent à chaque saison. On peut y ressentir la beauté de la nature tout au long de l’année. Ce petit temple est situé juste à côté du grand temple Sanjusangendo.

Pour y aller : 5 mn à pied de la station Shichijo avec la ligne Keihan ; 1 mn à pied de l’arrêt de bus Hakubutsukansanjusangendomae ; 20 mn à pied de la gare de Kyôto.

One Response to “Le temple Yogen in”

Read below or add a comment...

Trackbacks

  1. […] of Kyoto (Japan Visitor) Kyoto ceilings bear footprints of 1600 samurai mass suicide (Japan Times) Le temple Yogen-in (The Kyoto Project) Extrait du petit futé […]



Leave A Comment...

*