La poterie «kyōyaki »

March 7, 2018

par Mizuho Fukuda et Sonoko Watanabe

 

Au Japon, la poterie est une vieille tradition. Ainsi, il y a plusieurs poteries de styles différents. À Kyōto aussi, il y a une culture de la poterie.

 

Le mot «kyōyaki 京焼 » est le nom générique des poteries de Kyoto, celles qui sont produites à partir de la fin du XVIe siècle. Le premier kanji est celui de Kyōto et «yaki » signifie « cuisson ». Par la suite, un nouveau style de poterie appelée « kiyomizuyaki 清水焼 » est apparu, et est devenu le nom le plus utilisé pour les poteries de Kyōto. Autrefois, il y avait un énorme marché de la poterie venant de partout au Japon.

À la fin du XVIe siècle, la vogue de la cérémonie du thé à Kyōto a eu pour effet la naissance de la poterie kyōtoïte. Cette poterie était offerte aux membres du palais de l’empereur, aux seigneurs féodaux, aux experts de la cérémonie du thé, et aux bonzes des temples bouddhistes.

Au XVIIe siècle, il y avait de nombreux experts des poteries «kyōyaki » ou « kiyomizuyaki », et aujourd’hui encore, ces poteries représentent une part de l’artisanat traditionnel de Kyōto.

Voilà un vase de style traditionnel de la poterie « kyōyaki ».

La poterie «kyōyaki » se caractérise par la diversité de ses couleurs et de ses styles. Autrefois, les potiers vivaient à la campagne et utilisaient la terre de leur région pour faire de la poterie. Mais la poterie «kyōyaki » était différente. Comme elle vient de Kyōto, on ne trouvait pas de terre utilisable pour la poterie. Ainsi, les potiers l’importaient d’autres régions à des prix bas, et l’adaptaient à leurs techniques.

Les potiers kyōtoïtes faisaient des porcelaines aussi qui sont également appelées «kyōyaki ».

Sur les photos ci-dessus, nous pouvons voir deux styles très différents de poterie «kyōyaki ».

 

À Kyōto, il y a une école de poterie, et aujourd’hui encore, il existe des jeunes potiers et potières qui font ce style de poterie mais avec de nouveaux design.

Voici par exemple, ci-dessus, une photo d’ œuvres d’une jeune potière.

Depuis la naissance de la poterie kyōtoïte, les potiers de «kyōyaki » ont reconverti une partie de leur maison en atelier. Il n’y avait pas d’espace pour construire des ateliers avec des grands fours à poterie dans Kyōto.

Les potiers travaillaient toujours à la main et ainsi, leurs productions coûtaient plus cher. Un bol pour le thé coûte environ 2 500 yens (environ 20 euros), et un bol que l’on utilise pendant une cérémonie du thé coûte environ 10 000 yens. Les prix sont très différents. Cela peut aller de 5 000 à 300 000 yens environ.

Comme les potiers de «kyōyaki » ont leur atelier à la maison, ces ateliers ont des petits fours et sont privés donc on ne peut pas les voir.

Mais si cela vous intéresse, près du carrefour de la rue Gojō dori et de la rue Higashi-ōji dori, se trouve le Musée commémoratif de Kanjirō Kawaï 河井寛次郎記念館. On peut visiter sa magnifique maison-atelier et ses fours. Il a fait beaucoup de poteries « kyōyaki ». Il est décédé en 1966 à l’âge de 76 ans et après, son habitation avec son atelier ont été reconvertis en musée. Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi, à la mi-août, et autour des fêtes de fin d’année. Les heures d’ouverture sont de 10h à 17h. Le ticket d’entrée est un peu cher (1 000 yens ) mais c’est magnifique.

Il y a environ 300 maisons de potiers qui font de la poterie «kyōyaki ». Il y a beaucoup de maisons célèbres, par exemple, pour le style traditionnel, il y a la maison Raku Kitchizaemon 樂 吉左衛門 ou la famille Raku 樂家, et Eïraku Zengorō 永楽 善五郎. Près du temple Kiyomizu dera清水寺, il y a la maison Miura Chikusen 三浦 竹泉.

Voilà quelques œuvres de ces potiers célèbres.

Il y a un autre musée, le Musée Raku 樂美術館 près du carrefour de la rue Ichijō dori et de la rue Horikawa dori. Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10h à 16h30. Dans le musée, il y a des œuvres de la famille Raku 樂家 et des documents historiques sur cette famille. La poterie Rakuyaki existe depuis environ 450 ans.

 

Chaque année, du 7 au 10 août, à l’extrême est de la rue Gojō dori, il y a un festival de la poterie. Ce festival a commencé au début du XXe siècle. L’origine de ce festival vient des potiers kyōtoïtes qui vendaient, à prix bas, les produits qu’ils n’avaient pas pu vendre dans leur magasin. Maintenant, beaucoup de jeunes potiers viennent de partout au Japon pour présenter et vendre leurs œuvres.

 

Aujourd’hui, les styles de poterie «kyōyaki » sont vraiment divers.

Voilà les poteries « kyōyaki » vendues au magasin «Seïgadō Tōen 清雅堂陶苑 ».

 

Le magasin Seïgadō Tōen où on vend les poteries des photos ci-dessus, se trouve dans la rue Matsubara, très proche du temple Kiyomizu dera.

 

Chaque maison et chaque potier a son propre style, et les couleurs sont différentes selon les maisons. Si vous venez à Kyōto, visitez les boutiques de poterie « kyōyaki » ou « kiyomizuyaki ». Beaucoup se trouvent près du temple Kiyomizu dera. Vous trouverez sûrement un bol, une tasse ou une jolie assiette à votre goût à rapporter en souvenir de Kyōto !