Le Festival de Gion

February 3, 2020

Aoi YAMAMOTO et Ruri YOSHIMURA
un char dans la rue en exposition avant le défilé 

Le Festival de Gion est un festival très ancien qui a lieu à Kyoto, dans le centre-ville. Il est organisé par le sanctuaire Yasaka jinja situé dans l’arrondissement Higashiyama, à l’est de Kyoto.

Le Festival de Gion est l’un des festivals les plus importants du Japon. Ce festival a lieu pendant un mois, du 1er au 31 juillet au moment le plus chaud de l’été, au centre-ville de Kyoto. C’est très long et il y a de nombreux défilés pendant ce festival. Les défilés ont lieu du 12 au 31 juillet dont les deux principaux, le plus grand, le 17 et un autre plus petit le 24. Ce jour-là défile un char en forme de bateau. Ce sont les riverains qui participent aux défilés.

Assister au Festival de Gion est gratuit mais si vous voulez être bien placée pour voir les deux grands défilés, vous pouvez aller devant la mairie de Kyoto, rue Oike, mais par contre, c’est payant. Ce festival a une longue histoire qui se poursuit depuis le 8e siècle pendant l’Ére Heian.

des lanternes sur un char de défilé

Le Festival de Gion a commencé au début de l’Ère Heian (en 794). Cet évènement historique a été créé à l’origine, pour prier les Dieux de mettre fin à l’épidémie de la peste qui sévissait dans la ville de Kyoto. Le premier Festival de Gion a eu lieu en plein été lorsque la population souffrait de la peste. Ce festival a lieu chaque année depuis l’année 970, avec une interruption pendant les périodes de rebellion et pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant l’Ère Heian, on considérait comme important « le ressentiment des morts ». Les gens priaient par respect aux défunts. L’Ère Heian fut une période de luttes de pouvoir intenses. Beaucoup de nobles sont morts durant ces conflits.

la foule des touristes pendant le festival

Les chars du festival, 33 au total, sont exposés le long de la rue Shijo (entre les rues Kawaramachi et Horikawa dori) et dans certaines rues transversales. Les touristes peuvent monter sur certains chars. Ça coute entre 300 yens et 1000 yens suivant les chars. Les rues sont très animées le soir. Trois soirs avant le défilé, de 18h00 à 23h00, les rues où il y a des chars, sont fermées à la circulation et se remplissent de stands de nourriture, de vendeurs de boissons et d’autres choses liées au festival. Ces trois soirées spéciales sont connues sous les noms de « Yoiyoiyoiyama », soirée du 14 juillet et « Yoiyoiyama », soirée du 15 juillet et « Yoiyama », la soirée du 16 juillet. Pour les Japonais, le Festival de Gion est un festival qui représente Kyoto et ils aiment aussi y participer. Les habitants de Kyoto coopèrent en défilant sur les chars et en jouant du tambour. Nous aimerions que les étrangers aussi fassent cette expérience de la culture japonaise et se souviennent de leur été à Kyoto.

une tapisserie traditionnelle japonaise sur un char de défilé

Certaines tapisseries sont des cadeaux de pays amis étrangers comme la France. Nous sommes allées au Festival de Gion l’année dernière et nous avons porté un yukata (un kimono léger d’été). Nous avons apprécié les stands traditionnels. Tout le monde devrait participer à ce festival traditionnel du Japon.

À ce moment de l’année, il fait très chaud à Kyoto, mais on peut quand même apprécier le festival avec plaisir. Ce sera un bon souvenir à partager avec vos proches.

Le festival de Gion

par Kumiko Ishiyama et Kazue Hoshiba

 

Le festival de Gion, Gion matsuri en japonais

un kimono de cérémonie

Cette fête a lieu pendant le mois de juillet : présentation  des deux jours principaux.

un char vu de près

Beaucoup de monde vient voir ce spectacle. Les jeunes portent souvent un «yukata», un kimono d’été. Le long des rues, il y a de nombreux stands comme dans une fête foraine.

rue devenue piétonne pour le festival

Le 17 juillet est appelé «yamaboko junkô 山鉾巡行». Dès 7 heures du matin, 32 chars commencent une longue parade du coin des rues Shijo et Karasuma, «naginata boko» en tête.

Quelles sont les différences entre les chars appelés « hoko 鉾 » et « yama 山 » ?

«hoko 鉾» est un char construit avec de grosses poutres de bois, assemblées uniquement avec des cordes, sans aucun clou. Il est décoré et a la forme d’une montagne. Il est surmonté d’une grande hallebarde. Son poids varie de 4,8 à 12 tonnes. Du sol au toit, il mesure environ 8 mètres et la cîme de la hallebarde peut atteindre 25 mètres. Il peut transporter jusqu’à 40 personnes.

«Naginata boko» est le char principal. Il transporte chaque année un jeune garçon appelé «Tigo» qui inaugurera le départ du défilé en coupant une cordelette.

 

visite des chars avant le jour du défilé

«yama 山» est un char ou sanctuaire portable, beaucoup plus petit. Il pèse de 1,2 à 1,6 tonne. De 14 à 24 personnes le portent sur leurs épaules. Par exemple, on peut admirer le «koi yama 鯉山», char paré de tapisseries d’origine belge. Elles ont été produites en Flandre et ont pour sujet l’Iliade.

une tapisserie apparaissant sur un char

L’expression «koi yama 鯉山» vient du mot «koi» qui, en japonais, veut dire «carpe». La légende veut, qu’en Chine, il est difficile pour la carpe de remonter le cours d’une rivière. Chaque petite cascade est un obstacle à franchir. Lorsqu’elle réussit à le faire, la carpe devient un dragon.

Pendant le festival, on peut acheter des souvenirs. Chaque quartier ayant un char, vend un gâteau japonais à base de riz, appelé «timaki». C’est un porte-bonheur dont l’histoire est la suivante : autrefois, un homme fut accueilli dans une famille très pauvre. Pour les remercier, il leur a offert ce gâteau, qui avait le pouvoir d’éloigner les malheurs. Ce gâteau se portait alors à la ceinture.

Selon les quartiers, différents porte-bonheur existent, aux pouvoirs bénéfiques différents. Cherchez celui qui vous convient le mieux, s’il vous plaît !